Un siècle de Bauhaus

L’année 2019 marque le centième anniversaire du mouvement Bauhaus, une école influente et révolutionnaire qui, grâce à un esprit visionnaire et une approche moderne, a unifié les disciplines de l'art, de l'architecture et du design.

Un siècle de Bauhaus

Dès sa création en 1919, le mouvement Bauhaus apporte un vent nouveau a l'art moderne et au design international du XXe siècle, depuis ses conceptions architecturales à ses innovations en matière de mobilier, en passant par ses recherches dans le domaine du textile et de l'artisanat. Le style moderne véhiculé par le Bauhaus associe les principes du fonctionnalisme et de la production de masse à une esthétique simple et agréable, un concept pertinent et toujours en prise avec l’air du temps. Retour sur l'histoire du mouvement centenaire…

Walter Gropius, fondateur du Bauhaus (1883-1969), image via Wikipedia
Walter Gropius, fondateur du Bauhaus (1883-1969), image via Wikipedia

Avec la fin de la Première Guerre mondiale et l'installation de la République de Weimar, la créativité, la libération artistique et l'innovation s'épanouissent en Allemagne. Profitant de cette nouvelle ère, l'architecte Walter Gropius fonde le Bauhaus (terme allemand qui signifie « maison de construction ») en avril 1919, en combinant deux écoles d'art dans la ville de Weimar, au cœur de l'Allemagne. Dans sa « Proclamation du Bauhaus », il révèle la mission, les principes, ainsi que le programme de son école. Son manifeste déclare : « Les architectes, les peintres et les sculpteurs doivent reconnaître le caractère composite d'un bâtiment en tant qu'entité... L'art n'est pas un « métier ». Il n'y a pas de différence essentielle entre l'artiste et l'artisan. Créons une nouvelle guilde d'artisans dénuée de cette distinction des classes, qui érige une barrière arrogante entre artisan et artiste ! Ensemble, désirons, concevons, et créons la nouvelle structure de l'avenir, qui englobera architecture, sculpture et peinture dans une unité. »

Le Manifeste Bauhaus, 1919, conçu par Lyonel Feininger
Le Manifeste Bauhaus, 1919, conçu par Lyonel Feininger

Au Bauhaus, les étudiants étaient guidés par un corps enseignant impressionnant (plusieurs professeurs y ont d’ailleurs débuté en tant qu’étudiants), à ​​savoir Wassily Kandinksy, Lyonel Feininger, Josef et Anni Albers, et Paul Klee. Le programme comprenait des cours d'histoire de l'art, de théorie des couleurs, d'anatomie et de science des matériaux ; de dessin et de peinture ; et une spécialisation choisie dans l'artisanat, comme la conception de meubles, la poterie, le tissage ou le vitrail.

La chaise Wassily, image via Design within Reach
La chaise Wassily, image via Design within Reach

Au cours des années 1920, de plus en plus d’idées et de concepts novateurs émergent au sein de l’école. L’ancien étudiant et professeur Marcel Breur par exemple, signe les emblématiques chaises Cantilevered et Wassily, où l’objet est réduit à ses éléments les plus essentiels : des panneaux en cuir sont tendus sur une structure tubulaire en acier, laquelle peut être facilement fabriquée en série. L’étudiant Herbert Bayer a développé des polices de caractères sans empattement, un prototype de texte moderne largement utilisé dans les publicités de l’école, et qui a peu à peu caractérisé l’identité visuelle du Bauhaus.

Lampe WA24 Wagenfeld, 1924, image ©MoMA
Lampe WA24 Wagenfeld, 1924, image ©MoMA

Sous la coupe du Bauhaus, les objets ménagers et utilitaires deviennent des pièces esthétiques, de la lampe boule de Wagenfeld à la théière en argent de Marianne Brandt. Wilhelm Wagenfel, en expliquant la philosophie de conception du Bauhaus, a affirmé que les produits de première nécessité devaient être « suffisamment bon marché pour le travailleur ordinaire, et suffisamment beau pour les riches ». Le Bauhaus a répandu le design moderne au sein de toutes les classes sociales, utilisant la production de masse et des prix abordables, rendus possibles par les avancées technologiques.

Le Bauhaus s’était donné pour mission d’abolir les différences entre les Beaux-arts et l'artisanat. Annie Albers, épouse de Josef Albers, y étudiait le tissage, la seule spécialité artisanale ouverte aux femmes. Le fort penchant de l’école pour la production en série a rapidement poussé Albers à développer des prototypes tissés qui n’auraient pas à être fabriqués sur le métier à main, mais qui resteraient esthétiquement agréables. En incorporant des nouveaux matériaux et des nouveaux motifs dans sa pratique, Albers s’est illustrée comme une véritable artiste textile et a fait de l’atelier de tissage du Bauhaus un succès commercial lucratif.

Small Worlds I, Wassily Kandinsky. 1922, lithographie, image via Wikipedia
Small Worlds I, Wassily Kandinsky. 1922, lithographie, image via Wikipedia

L’enseignement du Bauhaus eut un impact significatif sur les œuvres de Kandinsky et Klee, deux pionniers de l’art moderne et membres de Der Blaue Reiter. Au sein de l’école, les deux artistes ont vu leurs langages plastiques respectifs se transformer : ils se concentrent sur la théorie des couleurs, incorporent des formes géométriques, des lignes droites et des courbes délimitées dans leurs compositions, s’inspirant librement du design Bauhaus.

Camel (in rhythmic landscape with trees), Paul Klee, 1920, image via Wikipedia
Camel (in rhythmic landscape with trees), Paul Klee, 1920, image via Wikipedia

Autre innovation apportée par Walter Gropius : sa vision d'un nouveau style architectural. À l’aube d’une nouvelle république marquée par la fin de la monarchie, il envisage une esthétique moderne définie par des matériaux industriels (verre et acier), un design simple et profilé qui se démarquerait de l’Art Nouveau, et une production facile en série. Pour Gropius, la dimension esthétique était étroitement liée avec la conception et la fonctionnalité, et encourageait donc leur intégration au sein du corps étudiant.

Le campus Bauhaus à Dessau, image ©Bauhaus Dessau
Le campus Bauhaus à Dessau, image ©Bauhaus Dessau

Le premier projet architectural majeur de l'école n’était autre que son nouveau campus, conçu en 1926. Après une baisse du financement perçu par le Bauhaus en 1925, Gropius prend l’initiative de déménager l’école à Dessau, une ville de l'est de l'Allemagne située au bord de l'Elbe. À la tête de la conception du nouveau site, il met l’accent sur un style architectural défini par la forme géométrique, les matériaux industriels, et le manque d'ornementations, trois caractéristiques inhérentes à la politique du Bauhaus.

Mies van der Rohe dans la chaise Mr Side qu'il a conçue, image © Mies Society
Mies van der Rohe dans la chaise Mr Side qu'il a conçue, image © Mies Society

En 1928, Gropius démissionne et passe le flambeau à Hannes Meyer, un leader controversé qui a recentré l'attention de l'école sur la fonctionnalité plutôt que sur la forme. Après la démission de Meyer en 1930, Gropius nomme Mies van der Rohe à la tête de l’institution. Un an plus tard, le parti nazi ferme les locaux de l’école, forçant Van der Rohe à l'installer dans une usine désaffectée de Berlin. Mais le conflit perdure, et la fermeture définitive de l’école est prononcée en avril 1933, jugée trop libérale, dégénérée et communiste par les nazis.

Résidences Mies sur Lake Shore Drive à Chicago, image ©Chicago Mag
Résidences Mies sur Lake Shore Drive à Chicago, image ©Chicago Mag

Même après sa fermeture, les élèves et enseignants émigrent dans d’autres pays européens, aux États-Unis, au Canada ou en Israël, et répandent l’influence du Bauhaus dans le monde entier. Walter Gropius et Marcel Breuer s'installent dans le Massachusetts en 1937 pour enseigner à la Harvard School of Graduate Design. Leur pédagogie forge la prochaine génération d'architectes et de designers modernes, comme leurs étudiants Philip Johnson et I.M. Pei. Mies van der Rohe déménage à Chicago et prend les rênes de la Second Chicago School, bien connue pour ses immenses tours d'acier et de verre. Les Albers se réinstallent en Caroline du Nord et enseignent au Black Mountain College, où l’esprit du Bauhaus perdure à travers une nouvelle guilde d'artisans.

Bâtiments Bauhaus à Tel-Aviv, image via Pinterest
Bâtiments Bauhaus à Tel-Aviv, image via Pinterest

La Ville blanche de Tel Aviv, en Israël, compte le plus grand nombre de bâtiments Bauhaus (plus de 4 000), un phénomène dû à l’arrivée d’un grand nombre architectes juifs dans une Palestine contrôlée par l’Empire britannique, lors de la montée des nazis. La ville a été classée comme Site du Patrimoine Culturel Mondial de l'UNESCO en 2003.

Les effets du Bauhaus se répercutent également dans le présent siècle : la vision de Gropius, consistant à synthétiser forme et fonction dans l'architecture, le mobilier, les produits de tous les jours, et bien plus encore, est visible partout aujourd'hui, notamment dans la conception de smartphones et de voitures, dans les décors minimalistes et l’urbanisme.

Le bus Bauhaus à Dessau, image ©Van Bo Le-Mentzel
Le bus Bauhaus à Dessau, image ©Van Bo Le-Mentzel

L'Allemagne célébrera cette année le centième anniversaire du Bauhaus à travers des expositions, des festivals et des projets de grande envergure, ce le bus itinérant conçu par l'architecte berlinois Van Bo Le-Mentzel. Créé sous la forme du campus de Dessau, le bus abrite une galerie sur l’histoire du Bauhaus et déambulera dans les rues de Dessau, Berlin, de la République démocratique du Congo, et de Hong Kong. Deux musées Bauhaus ouvriront également leurs portes cette année à Weimar et à Dessau, les foyers du mouvement.

Retrouvez tous les objets du Bauhaus aux enchères sur Barnebys !

Publicité
Publicité