"Ever Young" avec l'artiste James Barnor

Porteur d'histoire, précurseur, observateur de son époque, James Barnor va et vient, entre le Ghana et l'Angleterre, traversant les continents, survolant les cultures.

jomAwV5FqxlnbD142Q9cRu0-K8BMb0GZty31rB-cD5o,iDti51LfQ_uIjWH9UlPmhHPIIYUERdRji6J0lTeFLVo
jomAwV5FqxlnbD142Q9cRu0-K8BMb0GZty31rB-cD5o,iDti51LfQ_uIjWH9UlPmhHPIIYUERdRji6J0lTeFLVo

Son oeuvre photographique a le goût de l'élégance, de la simplicité et de l'évidence. Jonglant entre tous les milieux sociaux, l'oeil affuté, James Barnor garde le regard rivé sur ses semblables.

5bLUVp-1NdlHogIcThmb1ofkT_rrMovVDobZMkU7fKM
5bLUVp-1NdlHogIcThmb1ofkT_rrMovVDobZMkU7fKM

Depuis son studio "Ever Young" à Accra, le photographe est le témoin d'une société ghanéenne mouvante, acquérant son indépendance en même temps qu'une trépidante envie d'en découdre avec l'ère coloniale. C'est à ce moment-là, que James Barnor entreprend son oeuvre singulière, et décide de capturer l'éloquence de l'air du temps.

L'apprentissage de la photographie couleur, à la fin des années 1950 à Londres, permet à James Barnor de grandir son oeuvre, de la retoucher, de l'affiner et de lui apporter une certaine légèreté, à l'image des robes hautes en couleur de ses modèles pour le magazine Drum,"Africa's leading magazine".

James Barnor Drum Cover Girl Erlin Ibreck, London, 1966  © Autograph ABP
James Barnor Drum Cover Girl Erlin Ibreck, London, 1966 © Autograph ABP
m_8MWNleUZp3wTxy2lT3-I29m4PzxXmLBaGBi4Z6yBY
m_8MWNleUZp3wTxy2lT3-I29m4PzxXmLBaGBi4Z6yBY

Troupes de comédiens, pasteurs, boxeurs poids plume, policières, ministres et entraîneurs sportifs : la palette des personnages photographiés offre un joyeux kaléidoscope de deux pays, le Ghana -ancienne Côte de l'Or- et la Grande-Bretagne, en pleine métamorphose.

NoCjt83qQ8sh70uGBmQ45VNcqbsjf-S7kDhCJQQZhrQ,VXFRH58X1Tw0XHiegIGgpIUbZvRhBstxk52ytDw7j3g
NoCjt83qQ8sh70uGBmQ45VNcqbsjf-S7kDhCJQQZhrQ,VXFRH58X1Tw0XHiegIGgpIUbZvRhBstxk52ytDw7j3g
jomAwV5FqxlnbD142Q9cRu0-K8BMb0GZty31rB-cD5o,iDti51LfQ_uIjWH9UlPmhHPIIYUERdRji6J0lTeFLVo
jomAwV5FqxlnbD142Q9cRu0-K8BMb0GZty31rB-cD5o,iDti51LfQ_uIjWH9UlPmhHPIIYUERdRji6J0lTeFLVo

Au sein d'espaces citadins dans les rues de Londres ou d'Accra, ou de mises en scène sur fonds peints à la main, James Barnor allie avec grâce scènes intimes, presque spontanées, prises sur le qui-vive -comme la Fête du Youth Development Club Party- avec spectacles plus sophistiqués, au décor choisi, au cadrage précis et à la mise en scène méticuleuse.

9LQIVbVmbp2z_rdaXlssFlAkZqhaa2OEvBQkRY3PGvQ,hJTldeNeJ43llJLRvP3yFe4PK7gkuYXwhAe2ihnD5W0
9LQIVbVmbp2z_rdaXlssFlAkZqhaa2OEvBQkRY3PGvQ,hJTldeNeJ43llJLRvP3yFe4PK7gkuYXwhAe2ihnD5W0

Quel semble être le point commun entre tous ces instantanés ? La franchise des regards. Autant de points d'ancrage, de reflets de la sincérité de la démarche, et certainement miroirs de la bienveillance de l'homme qu'ils ont face à eux.

En octobre, James Barnor était exposé à la Galerie Clémentine de la Feronnière à Paris. Achetez ici le catalogue de l'exposition.

Publicité
Publicité