Nouvelle-Zélande : une sculpture « malveillante » donne des sueurs froides aux passants

La capitale néo-zélandaise vient d’accueillir « Quasi », une sculpture en forme de main géante qui trônera sur le toit d’une galerie pour une durée de trois ans, et qui n’a pas du tout conquis le cœur des habitants. 

Image © Wellington City Gallery
Image © Wellington City Gallery

Le journal anglais The Guardian a relaté la vision « monstrueuse » procurée par une sculpture de cinq mètres de haut, installée sur le toit d’un bâtiment de Wellington, la capitale néo-zélandaise.

L’œuvre monumentale a été déposée par hélicoptère la semaine dernière, sur le toit d’une galerie d’art située dans l’île nord du pays. La sculpture en forme de main géante, intitulée Quasi, arbore un visage masculin en plein milieu de sa « paume », et c’est cet aspect hybride, entre autres, qui inquiète sérieusement les passants. Bien que la ressemblance avec le président américain Donald Trump soit frappante, l’œuvre n’a pas été conçue dans le but de lui ressembler. Réalisée en 2016 par l’artiste contemporain Ronnie van Hout, un résidant de Melbourne, l’œuvre serait en fait un « autoportrait partiel », produite d’après des scans de parties du corps de l’artiste. C’est « comme si la main de l’artiste avait elle-même développé sa propre vie de monstre », peut-on lire sur le site internet de la galerie.

Image © Wellington City Gallery
Image © Wellington City Gallery

Quasi a vu le jour suite au tremblement de terre de 2011 qui a touché la ville de Christchruch, d’où est originaire l’artiste, et y était exposée avant de gagner la capitale la semaine dernière. La City Gallery de Wellington a décidé d’accueillir l’œuvre pour une durée de trois ans, mais peu après son installation, la sculpture se heurte déjà au jugement défavorable des passants.

Supposée référence au Quasimodo de Victor Hugo, l’œuvre a provoqué de multiples commentaires sur les réseaux sociaux : « dérangeant », « installation hideuse et malveillante », ou encore « cauchemar Lovecraftien », les passants semblent s’indigner à la fois de son apparence hybride et de sa ressemblance avec le président des Etats-Unis. Une résidente de Christchurch qui se « sentait jugée par ce gars-là en traversant Cranmer Square chaque matin » s’est même réjouie de voir la sculpture partir dans une autre ville pour aller « dévisager l’âme d’autres gens ». 

Retrouvez toutes les sculptures sur Barnebys !

Publicité
Publicité