Découverte : dormez dans une œuvre d'art au Château du Pé

Six duos d’artistes ont été invités à décorer les chambres du château du Pé, un domaine reconverti en hôtel situé à Saint-Jean de Boisneau, dans les pays de la Loire. Les différents styles plastiques des créateurs ont conféré à l’établissement un univers unique. 

Découverte : dormez dans une œuvre d'art au Château du Pé

Le Château du Pé est une résidence des pays de la Loire bâtie au XVIIIe siècle, qui abrite aujourd’hui 6 chambres créées par des artistes contemporains de renom. Le projet a vu le jour dans le cadre de la manifestation Estuaire | Nantes - Saint-Nazaire 2007-2009-2012, invitant les artistes à redéfinir et appréhender la chambre comme un espace intime et créatif. Blotti dans un parc boisé de 7 hectares, le château accueille également, au sein de son petit plan d’eau, l’installation Did I miss something ? (Ai-je raté quelque chose ?), de l’artiste danois Jeppe Hein. Cette œuvre consiste en un jet d’eau de 20 mètres de haut qui se met en marche lorsqu’un visiteur s’assoit sur un banc voisin. 

Sarah Sze, The Settlers, œuvre située à Bouguenais / Port Lavigne, dans le cadre de la manifestation Esturaire, image © Estuaire.info
Sarah Sze, The Settlers, œuvre située à Bouguenais / Port Lavigne, dans le cadre de la manifestation Esturaire, image © Estuaire.info

Le projet artistique Estuaire est une manifestation d’art contemporain créée en 2007 par l’équipe du Lieu unique, qui s’étend tout au long de la Loire, de Nantes jusqu’à Saint-Nazaire. La biennale, réitérée en 2009 et 2012, propose un parcours d’œuvres monumentales d’artistes émergents ou reconnus à l’international, prenant place dans la nature ou sur le tissu urbain longeant l’estuaire de la Loire. Les quelque soixante artistes participants ont ouvert un véritable dialogue avec le site pour offrir au public un condensé de curiosité.  

Moriceau & Mrzyk : Est-il bien prudent d'envoyer des messages aux extraterrestres ?

Moriceau & Mrzyk : Est-il bien prudent d'envoyer des messages aux extraterrestres ?, image © chateaudupe.fr
Moriceau & Mrzyk : Est-il bien prudent d'envoyer des messages aux extraterrestres ?, image © chateaudupe.fr

Le condensé de curiosité du Château du Pé, lui, commence au rez-de-chaussée : la chambre intitulée Est-il bien prudent d'envoyer des messages aux extraterrestres ? a été créée par le couple Moriceau & Mrzyk, et nous confronte à nos rêves, nos peurs profondes et aux mystères de l’imagination. Des boîtes transparentes accrochées aux murs exhibent divers insectes et créatures, tantôt effrayants, tantôt remarquables de beauté (papillons, tarentules, scorpions, scarabées, phasmes…). La peinture noire coulant le long des murs confère un sentiment oppressant, tandis que deux chevets sculptés à l’effigie d’un homme barbu (figure fétiche des artistes) veillent sur le sommeil des invités.   

Frédéric Dumond & Emmanuel Adely : Antichambre

Frédéric Dumond & Emmanuel Adely : Antichambre, image © chateaudupe.fr
Frédéric Dumond & Emmanuel Adely : Antichambre, image © chateaudupe.fr

En pénétrant dans l’Antichambre, le visiteur ne trouve qu’un siège près de la fenêtre. Il faudra un œil aguerri pour remarquer que les boiseries ne sont pas ce qu’elles semblent être. Le pan de mur devient un lit, un secrétaire, une autre niche révèle une étagère, ou un placard. Inspirés par la peur des écrivains pour la page blanche, les artistes ont pensé la chambre comme telle, comme un lieu à activer, un livre à ouvrir, une page blanche à remplir. Des extraits de textes de leur composition viennent habiller les pans de mur immaculés par endroits.

John Giorno & Ugo Rondinone : There was a bad tree

John Giorno & Ugo Rondinone : There was a bad tree, image © chateaudupe.fr
John Giorno & Ugo Rondinone : There was a bad tree, image © chateaudupe.fr

Cette pièce de 14 m2 conçue par le duo John Giorno et Ugo Rondinone diffuse, à travers sa fenêtre aux vitres noires et réfléchissantes, l’enregistrement d’un poème de Giorno intitulé There Was a Bad Tree Ce conte moderne évoque l’acharnement des hommes à vouloir détruire un « mauvais arbre » produisant des fleurs pestilentielles et des fruits toxiques. Ne réussissant pas à l’abattre une première fois, les hommes tentent de couper ses branches, de le brûler, lui jettent de l’acide et des produits chimiques, mais il repousse toujours plus grand, plus toxique et plus laid. Découragés, les hommes déplacent l’arbre à la périphérie de la ville. Il sera sauvé par une communauté humaine apaisée, qui sentent ses pétales et goûtent ses fruits, lesquels renferment « Les Cinq Sagesse », dont la compassion.

Bevis Martin et Charlie Youle : La grande question

Bevis Martin et Charlie Youle : La grande question, image © chateaudupe.fr
Bevis Martin et Charlie Youle : La grande question, image © chateaudupe.fr

Créée par le couple d'artistes Bevis Martin & Charlie Youle, la chambre La Grande Question propose une série de bas-reliefs qui court sur les murs blancs et explore le mystère de la vie. Des organes reproducteurs de fleurs, l'évolution d’un fœtus de chien, une larve de poisson, la naissance d'un arbre… Autant d’éléments inspirés par l’imagerie des livres d’école et des ouvrages scientifiques. À travers ce jeu de piste existentiel, les deux artistes ont conduit une véritable analyse de la pédagogie et de la morale véhiculée par l’institution. 

Sarah Fauguet et David Cousinard : Saturnia Pyri

Sarah Fauguet et David Cousinard : Saturnia Pyri, image © chateaudupe.fr
Sarah Fauguet et David Cousinard : Saturnia Pyri, image © chateaudupe.fr

La chambre Saturnia Pyri est une création du couple français formé par Sarah Fauguet et David Cousinard. La pièce d’environ 13 m2 comporte un plancher de tomettes en chêne ponctué par une trappe contenant le lit. Une cheminée monumentale en bois nobles divise le visiteur entre inconfort et admiration : la beauté de la marqueterie contraste avec le danger potentiel d’une cheminée inflammable. Le décor de la marqueterie s’inspire d’un motif observé sur les ailes d’un papillon géant menacé d’extinction : le Saturnia Pyri.

Eva et Adèle : Nebelglanz

Eva et Adèle : Nebelglanz, image © chateaudupe.fr
Eva et Adèle : Nebelglanz, image © chateaudupe.fr

Le terme Nebelglanz, un néologisme de Goethe, pourrait se traduire par le contresens « brouillard de clarté ». Ce mot propice au rêve a servi de fil conducteur au couple allemand qui fait de sa vie une œuvre, Eva et Adèle. Chargé du décor de la chambre de 35 m2 située dans les combles du château, le couple a réalisé une peinture murale dans des tons rouges, qui allie la force de l'expression plastique à des références à l'amour, à la sexualité, aux rêves et à la nature éphémère de la vie. Un portrait du couple est dissimulé parmi les nombreuses illustrations. Le lit est une couchette blanche en forme de cube pouvant accueillir quatre personnes qui par sa silhouette, domine le centre de la pièce.

Si vous rêvez de dormir dans une œuvre d’art, l’hôtel du Château du Pé est à découvrir.

Retrouvez tous les objets de design et de décoration sur Barnebys !

Publicité
Publicité