8 œuvres d’art envoyées dans l’espace 

Tout commence à la fin des années 1960, avec « Moon Museum », une initiative visant à envoyer une petite plaquette de céramique comportant les œuvres de six artistes majeurs sur la lune (Warhol inclus). Une multitude d’œuvres d’art a depuis suivi ce musée miniature aux confins de la galaxie. 

8 œuvres d’art envoyées dans l’espace 

On compte aujourd’hui plus d’une vingtaine d’œuvres d’art envoyées au-delà de l'orbite terrestre, que ce soit dans l’espace dit « proche », dans l’espace « lointain », sur la lune ou sur Mars. L’irrépressible esprit de conquête de l’homme n’est visiblement pas limité au domaine de la science, puisque plusieurs artistes ont essayé, pendant près de 50 ans, de créer, d’envoyer ou de déposer des œuvres d’art dans l’espace. 

Depuis les premières avancées en matière d’ingénierie spatiale, qui ont rendu possible l’envoi des premiers satellites et astronautes en orbite, l’espace est strictement réservé au secteur de la recherche, et l’idée même qu’un objet puisse y être expédié à des fins purement artistiques n’est pas apparue avant la fin des années 1960. Avant Forrest Myers. 

1. Moon Museum, 1969

Forrest Myers, Moon Museum, 1969, image © MOMA
Forrest Myers, Moon Museum, 1969, image © MOMA

Considéré comme le premier objet d’art de l’espace, Moon Museum est une petite plaque de céramique (1,9 x 1,3 cm) comportant les œuvres de six artistes notoires des sixties : Robert Rauschenberg, David Novos, John Chamberlain, Claes Oldenburg, Forrest Myers et Andy Warhol. 

« Mon idée était de rassembler six grands artistes et de créer un tout petit musée qui serait sur la lune ».  L’initiateur du projet, l’artiste Forrest Myers, a tenté de faire valider son dessein par la NASA à maintes reprises, sans jamais réussir à obtenir un soutien concret. 

C’est donc à l’écart des chemins officiels que Myers a mis son projet sur pied, avec l’aide de l’équipe scientifique de Fred Waldhauer, qui a accepté de graver les croquis des six artistes participants sur la plaque. C’est par l’intermédiaire d’un ingénieur travaillant sur Apollo 12, un ami de Waldhauer, que l’œuvre a été placée sur le sol lunaire, le 12 novembre 1969. Il n’y a à ce jour aucun moyen de vérifier si la plaque à bien été placée et repose toujours sur la lune. John Chamberlain et Claes Oldenburg ont confirmé leur participation au projet. 

2. Fallen Astronaut, 1971

Paul Van Hoeydonck, Fallen Astronaut, 1971, image via Wikipedia via NASA
Paul Van Hoeydonck, Fallen Astronaut, 1971, image via Wikipedia via NASA

Fallen Astronaut (L’astronaute tombé) est une sculpture en aluminium de 8,5 cm de haut représentant un astronaute sans sa combinaison spatiale, qui a été déposée sur la lune en 1971 par l’équipage d’Apollo 15.

L’œuvre a été réalisée par l’artiste belge Paul Van Hoeydonck, après sa rencontre avec l’équipage de l’appareil qui, marqué par la mort de trois cosmonautes russes, a proposé à la NASA de donner une fonction commémorative à l’œuvre. Le but était donc de rendre hommage aux cosmonautes décédés pour et pendant l’exploration de l’espace.   

La petite figure d’aluminium a été déposée le 2 août 1971 dans la plaine au pied du mont Hadley, à côté d’une plaque commémorative portant les noms de 8 astronautes américains et de 6 cosmonautes soviétiques. Pour éviter toute fin commerciale, le nom de l’artiste ne figure pas sur l’œuvre, et l’artiste a d’ailleurs regretté qu’elle n’ait pas été placée debout, comme il le souhaitait.

3. Les tableaux d’Ellery Kurtz, 1986

L'un des tableaux d’Ellery Kurtz envoyé dans l'espace, 1986, source Haolin Fang
L'un des tableaux d’Ellery Kurtz envoyé dans l'espace, 1986, source Haolin Fang

En 1986, quatre tableaux de l’artiste Ellery Kurtz ont été envoyés à bord de la navette Columbia, dans le cadre du programme « Get Away Special ». L’expérience, supervisée par la NASA, avait pour but de voir comment les pigments et les toiles feraient face aux conditions extrêmes de l’espace (gravité, température, etc.), ouvrant ainsi la perspective lointaine de la création d’une œuvre d’art directement dans l’espace.

Curieux de savoir si l’homme serait un jour en mesure d’emporter des tableaux hors des limites de la terre, Kurtz a donc expédié quatre compositions représentatives de son style, semi-abstraites et inspirées des murs couverts d’affiches publicitaires. 

« Où l’homme va, l’art doit aller », avait-il déclaré. 

4. Inter-Galactic Sculpture, 1987-92

Gauche : Couverture de l'ouvrage « Ezra Orion, Intergalactic sculpture » | Droite : Sculpture d'Ezra Orion, 2011, image via Artslack
Gauche : Couverture de l'ouvrage « Ezra Orion, Intergalactic sculpture » | Droite : Sculpture d'Ezra Orion, 2011, image via Artslack

L’artiste israélien Ezra Orion a poussé le concept d’art spatial un peu plus loin, en imaginant une sculpture qui serait exposée directement dans l’espace. 

Sous la supervision d’Israeli Space Agency et du Israel Museum, l’artiste a conçu une installation sculpturale lumineuse en envoyant un rayon laser en plein milieu de la voie lactée. Inter-Galactic Sculpture, créée en pointant par trois fois un ensemble de faisceaux lumineux vers plusieurs zones de la voie lactée, est la première œuvre de l’espace lointain qui n’a pas seulement été emportée à bord d’une sonde spatiale, mais qui a été exécutée pour et dans l’espace. 

5. Cosmic dancer, 1993

Cosmonaute Alexander Polischuk en apesanteur avec « Cosmic Dancer », image via Cosmicdancer.com
Cosmonaute Alexander Polischuk en apesanteur avec « Cosmic Dancer », image via Cosmicdancer.com

La sculpture Cosmic Dancer (Danseur cosmique), réalisée par l’artiste Arthur Woods, a été envoyée à bord d’une rocket Progress en direction de la station russe Mir le 22 mai 1993. 

L’œuvre, une structure géométrique en aluminium peint mesurant approximativement 35 x 35 x 40 centimètres et pesant exactement un kilogramme, a été la première œuvre tridimensionnelle conçue spécialement pour évoluer dans un habitat spatial. Le but de l’opération était d’explorer les propriétés d’une sculpture en apesanteur et l’intégration d’une œuvre d’art dans un programme spatial qui n’incluait habituellement que l’homme. 

Après son arrivée sur la station Mir, la sculpture Cosmic Dancer pouvait virevolter et flotter librement en apesanteur, libre de toute force gravitationnelle qui obligerait l’artiste à la positionner d’une certaine manière, et pouvait être admirée sous tous les angles. 

6. Ars ad Astra, 1995

Elisabeth Carol Smith, When Dreams are Born, image via Arsadastra.com
Elisabeth Carol Smith, When Dreams are Born, image via Arsadastra.com

Ars ad Astra est une exposition complète, la première tenue dans l’orbite de la terre, qui a pris place sur la station Mir en 1995. Le projet, porté par la OURS Foundation et l’European Space Agency, a débuté par une compétition internationale permettant à 20 artistes d’être sélectionnés par un jury qualifié de personnalités artistiques et d’experts de l’espace. 

L’exposition, organisée dans le cadre de la mission EUROMIR 95, avait pour thème « Space and Humanity ». Chaque artiste participant avait pour mission de créer une œuvre légère dénuée de tout matériau ou produit toxique. 

À bord de la station, l’équipage a choisi parmi les 20 œuvres celle qui resterait exposée sur Mir : une aquarelle de l’artiste Elisabeth Carol Smith intitulée When Dreams are Born

7. Beagle 2, 2003

Réplique terrestre de l'appareil de calibration de Beagle 2, conçu par Damien Hirst, image © David Johnson
Réplique terrestre de l'appareil de calibration de Beagle 2, conçu par Damien Hirst, image © David Johnson

Damien Hirst a été le premier artiste à partir à la conquête de Mars, avec Beagle 2, un petit engin spatial de type atterrisseur développé par l’Agence spatiale européenne, comportant les pois emblématiques de Hirst. Suite à l’invitation du Professeur Colin Philinger (concepteur de Beagle 2), les points de couleurs de l’artiste ont été utilisés comme une carte d'étalonnage à bord du vaisseau spatial.

La mission, visant à confirmer si Mars abritait une quelconque forme de vie, avait échoué peu après la séparation de Beagle 2 et du vaisseau auquel il était attaché, avant son entrée dans l’orbite de Mars. Beagle 2 ne pouvant être localisé, il était présumé perdu jusqu’en 2015 : la sonde a été retrouvée par les chercheurs, et l’appareil détecté constitue la première œuvre d’art martienne ayant été envoyée depuis la terre. 

8. Space2, 2015

Invader, Space2, mosaïque, image via Telerama
Invader, Space2, mosaïque, image via Telerama

On termine avec l’artiste urbain français Invader, qui en 2015, s’est invité à bord de l’ISS (Station Spatiale Internationale). L’œuvre intitulée Space2 était une petite mosaïque de 15 par 10 cm représentant un petit alien rouge, figure caractéristique du corps de travail de l’artiste, qui recouvre les murs de Paris. 

Partie en juillet 2015 à bord du vaisseau spatial européen ATV-5, la mosaïque est arrivée dans l’ISS pour devenir la mascotte des astronautes, flottant librement dans la station pendant des mois, attendant qu’un membre de l’équipage veuille bien l’installer définitivement. 

C’est la spationaute italienne Samantha Cristoforetti qui a posé le point de colle salvateur sur la mosaïque Space2

Retrouvez tous les objets et œuvres d'art en rapport avec l'espace sur Barnebys !