Art, design, antiquités, votre recherche commence ici

1931 - CITROEN B2 CARROSSERIE MANESSIUS

À propos de l'objet

Probablement la seule B2 survivante carrossée par Manessius Complète Carte grise normale ! Carte grise française normale Châssis N° : 111106 Dès le printemps 1919, Citroën fait diffuser par la presse le communiqué suivant : « Citroën lance la première voiture française de grande série ». La naissance de la 10 Hp type A est donc annoncée et cela, à un prix défiant toute concurrence : 7500 Francs (le quart du prix d’une voiture de 1914). La production débute avec 30 voitures, puis la cadence augmente, si bien que 22700 voitures sont construites jusqu’en décembre 1920. Le véhicule de grande série est une torpédo 4 Places, 3 portes, avec 2,83 m d’empattement et une cylindrée de 1327 cm3 pour 8 CV fiscaux. Du point de vue technique, deux innovations sont à noter : le démarreur électrique qui évite désormais la corvée de la manivelle (surtout pour les dames) et l’éclairage électrique. Ce n’est qu’en juin 1921 que la type A devient d’abord la 2B puis la B2. C’est cette dernière dénomination qui la désigne couramment mais les documents Citroën font une distinction. L’évolution du moteur avec ces 1452 cm3 propulse la type B à 75 km/h. D’autre part, la B2 offre trois autres modèles principaux de carrosserie : La torpédo trois places, la conduite intérieure trois places, le fameux coupé docteur, la conduite intérieure 4 places, 3 portes. La torpédo 3 places avec l’arrière en poupe de bateau avec deux dispositions pour les sièges, soit en trèfle, soit avec un siège arrière coulissant et strapontin, tous deux placés à droite du conducteur. Dans cette dernière position il y a deux coffres : Un dans la pointe arrière, l’autre dans le dos du conducteur. Au cours des années 20, la mode est aux grands carrossiers, qui à la demande, habillent les châssis de leurs clients selon leurs désirs. Parmi eux, Manessius installé à Levallois Perret, qui habillera les plus belles voitures de son temps. La voiture ici présentée est une B2 mise en circulation pour la première fois en novembre 1931 ce qui semble être tardif par rapport à sa probable date de construction. Aujourd’hui à l’état d’épave mais complète, elle serait une rarissime survivante de quelques B2 transformées à l’époque par Manessius. Elle fut trouvée dans un champ dans les années 1980 puis sauvée par l’actuel propriétaire qui la dénichera dans une annonce du journal LVA. La carte grise est par miracle présente ! Le moteur est complet et non grippé. Sur tout l’accastillage le numéro 113 est retrouvé et correspond sans doute à un numéro de série chez Manessius. Certaines traces d’un revêtement souple sur la tôle est encore visible par endroit. Une reconstruction pourrait être envisagée pour faire revivre cette voiture. Tous les galbes et les éléments sont par miracle présents.
loading...

Vous recevrez un e-mail pour les nouveaux objets dans cette catégorie !


Vous recevrez un e-mail pour les nouveaux objets dans cette catégorie !



Advert
Advert