Art, design, antiquités, votre recherche commence ici

France - Manufacture Impériale de Tulle - Modèle 1866...
Vente terminée

À propos de l'objet

Fusil d'infanterie française "Modèle 1866 (" CHASSEPOT ") de la Manufacture d'Armes Impériale de Saint-Etienne.\nBon état de conservation (les let'ts voient les images), le boulon fonctionne parfaitement (j'ai pris plusieurs photos des différentes étapes de l'action de boulon).\n\nArme jamais modifiée\nChaque numéro de tampon correspond (croix, boulon, canon): 59301\nAnnée de production: 1870 MI (voir photos)\nPlusieurs poinçons (voir photos)\n\nLongueur totale: 131cm\nPoids: 4200g\n\nRespectez les règles d'importation en fonction de votre pays!\nJe vais l'envoyer avec soin par Chronopost / DPD\n\nL'HISTOIRE\n\nLe Chassepot, connu officiellement sous le nom de Fusil modèle 1866, était un fusil à culasse à chargement militaire, réputé pour être le bras des forces françaises dans la guerre franco-prussienne de 1870/1871. Il remplaça un assortiment de fusils à chargement par la bouche Minié, dont beaucoup furent convertis en 1867 au chargement par la culasse (les fusils Tabatière). Amélioration notable des fusils militaires existants en 1866, le Chassepot a marqué le début de l'ère de l'action moderne des fusils militaires à chargement par la culasse. partir de 1874, le fusil fut facilement converti en munitions métalliques (sous le nom de fusil Gras), une étape qui aurait été impossible avec le fusil à aiguilles Dreyse.\n\nIl a été fabriqué par le MAS (Manufacture d'armes de Saint-Étienne), la Manufacture d'Armes de Chtellerault (MAC), la Manufacture d'Armes de Tulle (MAT) et, jusqu'en 1870, par la Manufacture d'Armes de Mutzig dans le ancien chteau des Rohan. Nombre d'entre eux ont également été fabriqués en Angleterre (contrats de chasse "Potts et Hunts" livrés à la marine française), en Belgique (Liège) et en Italie à Brescia (par "Glisenti"). En juillet 1870, l'armée française disposait d'un nombre approximatif de 1 037 555 unités. En outre, les usines de lÉtat pourraient fournir 30 000 nouveaux fusils par mois. Les fabricants d'armes britanniques et autrichiens ont également fabriqué des fusils Chassepot pour soutenir l'effort de guerre français. En 1871, le manège militaire Steyr en Autriche livra à la France 12 000 carabines Chassepot et 100 000 pièces. La fabrication du fusil Chassepot prit fin en février 1875, quatre ans après la fin de la guerre franco-prussienne. Environ 700 000 fusils Chassepot furent fabriqués entre septembre 1871 et Juillet 1874.\n\nPendant la guerre franco-prussienne (1870/1871), le Chassepot rencontra son homologue prussien, le fusil à aiguille Dreyse. Le Chassepot avait plusieurs avantages sur le Dreyse. Il comportait un obturateur en caoutchouc sur la tête du boulon pour fournir un joint étanche au gaz plus efficace. Bien quelle ait tiré avec un calibre inférieur (11 mm contre 15,4 pour le Dreyse), les munitions du Chassepot contenaient plus de poudre à canon (5,68 grammes contre 4,85 grammes), ce qui a entraîné une vitesse initiale plus élevée (436 mètres par seconde, 33% par rapport au Dreyse), trajectoire plus plate et une plus longue portée. Ainsi, la vue sur le Chassepot pourrait être élevée jusqu'à 1 600 mètres, tandis que le réglage de la vue maximale du Dreyse n'était que de 600 mètres. Les Chassepots ont été responsables de la plupart des victimes allemandes et prussiennes pendant le conflit. Après la guerre, 20 000 fusils Chassepot capturés ont été vendus au Shah de la dynastie des Perses Qajar. Weaponry---
loading...

Vous recevrez un e-mail pour les nouveaux objets dans cette catégorie !


Vous recevrez un e-mail pour les nouveaux objets dans cette catégorie !



Advert
Advert