Jean Lambert-Rucki, image ©comitejeanlambertrucki

Artiste d’avant-garde et sculpteur, Jean Lambert-Rucki est un plasticien polonais qui s’inscrit dans les mouvements Cubiste, Surréaliste et des Arts Décoratifs. Il arrive à Paris un beau matin de février 1911 et après avoir trouvé refuge chez des amis d’origine polonaise, il s’inscrit à l’Académie Colarossi. Il fréquente les lieux « branchés » de la capitale, où de nombreux artistes bobos se retrouvent régulièrement pour refaire le monde. Il rencontre d’importantes personnalités comme Blaise Cendrars, Max Jacob ou Amadeo Modigliani, avec lequel il partage une chambre au 8 rue de la Grande-Chaumière.

Jean Lambert-Rucki, « Sans titre », 1925, image ©Christie's Jean Lambert-Rucki, « Sans titre », 1925, image ©Christie's

Après s’être enrôlé dans la légion française pendant la Première Guerre mondiale, il sert auprès des troupes françaises et rencontre pendant son service militaire les sculpteurs Joseph Csaky (image ci-dessous) et Gustave Miklos.

Joseph CSAKY, « La Sébile », 1926, Bronze à patine noire

Une fois la guerre terminée, il retourne à Paris et expose ses œuvres, qui connaissent un franc succès et génèrent des commissions pour des établissements, et en particulier des églises (nécessitant des rénovations après la guerre) situés aux quatre coins de l’Europe, du Canada et des États-Unis. Il collabore en 1925 avec Émile-Jacques Ruhlmann et Jean Dunand lors de l’Exposition des Arts Décoratifs industriels et modernes, qui contribuera quelques années plus tard a l’appellation « Art déco », un style dominé par des compositions géométriques et symétriques.

Jean Lambert-Rucki, « Les Noctambules » circa.1925, image ©Christie's Jean Lambert-Rucki, « Les Noctambules » circa.1925, image ©Christie's

À partir de 1930, il devient l’un des pionniers de « l’Art Sacré Moderne », une forme d’art majoritairement sculpturale qui présente des lignes pures et des formes simples. À travers l’Art Sacré Moderne, Lambert-Rucki parvient à s’exprimer avec un minimum de moyens, et le clergé de l’époque le recherche pour commissionner ses œuvres mystiques.

Gauche : « La bénédiction du Christ », image ©desa.pl / Centre et droite : « Madonna et enfant », image ©artinfo.pl Gauche : « La bénédiction du Christ », image ©desa.pl / Centre et droite : « Madonna et enfant », image ©artinfo.pl

Tout en gardant son expression plastique unique, il s’intéresse à d’autres sujets et réalise des sculptures illustrant divers personnages, comme le témoigne « Couple au chapeau Gibus », une œuvre en bronze à patine noire d’une édition de 8, qui sera présentée à la vente le 16 mai par Expertisez.com.

Jean Lambert-Rucki, « Couple au chapeau Gibus »

Il rejoint en 1931 l’Union des Artistes Modernes où il expose aux côtés de Charles-Édouard Jeanneret (Le Corbusier) et Jean Fouquet, et en 1932, il  sera naturalisé par l’état français.

Découvrez toutes les œuvres de Jean Lambert-Rucki sur Barnebys.

Commentaires