Tel père, tel fils

Que ce soit par passion ou pour faire perdurer l’héritage familial, beaucoup d’artistes ont marché sur les traces de leurs parents. Les peintres José Lapayese Bruna et José Lapayese del Río en sont un exemple éloquent.

Tel père, tel fils

José Lapayese Bruna, né en 1899 à Calamocha, en Espagne, est le quatrième fils de Juan Ramón Lapayese et de Teresa Bruna. À l’opposé de sa fratrie, Le choix de carrière de José s’est avéré évident : issu d'une famille d'artistes, il commence à peindre dès son plus jeune âge. Lapayese Bruna commence ses études d’art à Saragosse, où son talent se fait rapidement remarquer. Son travail est exposé pour la première fois en 1918, alors qu’il n’a que dix-neuf ans.

Lapayese Bruna, « Abstracto », 1974, image ©Durán Arte y Subastas
Lapayese Bruna, « Abstracto », 1974, image ©Durán Arte y Subastas

Le jeune artiste déménage à Madrid pour poursuivre ses études, où il sera récompensé pour son œuvre, et y rencontre également sa future femme, qui lui donnera son premier fils l’année suivante, José Lapayese del Río.

José Lapayese Bruna, « Torero », image ©Durán Arte y Subastas
José Lapayese Bruna, « Torero », image ©Durán Arte y Subastas

En 1927, comme tant d’autres artistes du XXe siècle, Bruna pose ses valises Paris, y séjourne pendant trois ans avec sa famille, avant de regagner Madrid vers 1930.  

José Lapayese Bruna, « Lilas Blancas », image ©Durán Arte y Subastas
José Lapayese Bruna, « Lilas Blancas », image ©Durán Arte y Subastas

Quelques années après son retour, l’éclatement de la guerre Espagnole le pousse à mettre un frein à sa production plastique, et à tenir différents emplois pour subvenir aux besoins de sa famille. Lapayese Bruna travaille sans relâche et au terme du conflit, explore différentes techniques artistiques, telles que la peinture, la sculpture et la céramique.

Son fils, José Lapayese del Río, fait ses premières armes dans l'atelier de son père dès son enfance. Il s'installe ensuite à Barcelone pour y étudier et reçoit des bourses de la part d’institutions culturelles françaises et espagnoles, qui lui permettent d’effectuer des voyages d’études en Europe, et notamment en Italie, en France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

José Lapayese del Río, « El acueducto », image ©Durán Arte y Subastas
José Lapayese del Río, « El acueducto », image ©Durán Arte y Subastas

À ses débuts, Lapayese del Río s’adonne à la peinture figurative, mais après un voyage à Paris en 1952, adopte un style qui tend de plus en plus vers l’abstraction. Dans les années 50 et 60, il participe à pas moins de trois biennales et au cours de sa carrière, bénéficie de plus de 50 expositions monographiques dans son pays natal, à Munich, Los Angeles ou encore New-York.

José Lapayese del Río, « Bodegón con cerámicas », image ©Durán Arte y Subastas
José Lapayese del Río, « Bodegón con cerámicas », image ©Durán Arte y Subastas

José Lapayese Bruna décède à Madrid en 1982 et 18 ans plus tard, en 2000, José Lapayese del Río le rejoint. Les deux peintres continuent néanmoins d’inspirer les jeunes générations d’artistes espagnols, et bien qu’étroitement liés sur le plan personnel, d’être admirés pour leurs productions plastiques indépendantes et affirmées. 

Le 28 février, la maison de ventes espagnole Durán Art and Subastas mettra aux enchères plusieurs œuvres de Lapayese Bruna et de Lapayese del Río, sur lesquelles les collectionneurs peuvent enchérir en ligne jusqu’à la vente en salle. 

Retrouvez tous les lots de Durán Art et Subastas sur Barnebys !