Sept décennies d’enchères

À l’approche de ses 70 ans, la maison de ventes danoise Bruun Rasmussen n’a pas pris une ride. L'enseigne est aujourd’hui considérée comme une véritable référence sur le marché scandinave, et pour fêter ce tournant décisif, annonce une vacation exceptionnelle ainsi que la mise en place d’un nouveau concept de vente.

Sept décennies d’enchères

Bruun Rasmussen a été fondée en 1948 et s’est fait une place de choix sur le marché scandinave. Forte de son succès, la maison de ventes fait défiler plus de 100 000 lots par an, comprenant des œuvres de maîtres de l’histoire de l’art, du design bien sûr, mais aussi de la haute joaillerie et des pièces d’orfèvrerie finement sélectionnées. En d’autres termes, tout collectionneur, scandinave ou international, peut trouver son compte chez Bruun Rasmussen.

En plus de ses traditionnelles enchères en salle et en ligne, la maison vient d’annoncer l’adoption d’un nouveau concept de vente : « Direct Auction ». Les sessions seront tenues en ligne et les lots évalués par les experts de la maison de ventes, jusque-là, rien d’anormal. La nouveauté réside dans le fait que le vendeur photographie lui-même son objet, qui est ensuite répertorié chez Bruun Rasmussen et vu par les experts. Après la vacation, le vendeur envoie l’objet directement à son nouveau propriétaire. Le lot ne fait donc aucun passage physique au sein de la maison de ventes, et une partie du processus traditionnel a été supprimée.

Image ©Bruun Rasmussen
Image ©Bruun Rasmussen

C’est un concept prometteur qui rendra très certainement la vie plus facile aux vendeurs, qui n'enverront pas leurs objets chez Bruun Rasmussen, mais qui bénéficieront tout de même de leur expertise et de leur crédibilité auprès des potentiels acheteurs. Cela va sans dire que les frais sont considérablement réduits pour les deux parties.

Mais revenons à la vente qui sera tenue du 4 au 6 décembre à l’occasion du 70e anniversaire de la maison, une vente traditionnelle certes, mais parsemée de lots d’exception.

Ce dessin au charbon et à l’huile par le grand Willem de Kooning date du début des années 1970. C’est une réinterprétation du tableau de The Dancer, de 1972, qui a été exposé dans plusieurs musées et galeries aux États-Unis, notamment à la Corcoran Gallery of Art de Washington, DC.

La cote de Willem de Kooning vient de grimper considérablement, puisque son record d’artiste a été décroché la semaine dernière avec Woman as a Landscape, vendu pour 68.9 millions de dollars.

« Il est inhabituel de voir une œuvre de Willem de Kooning dans une vente aux enchères au Danemark. C’est l’un des artistes les plus chers du marché des enchères, et avec ce dessin sur vélin, nous découvrons une facette très intéressante et moins connue de son corps de travail », explique Niels Raben, responsable du département d'art moderne de Bruun Rasmussen.

Tiare en saphir, C. E. Bolin, Russie, 1897-98, image ©Bruun Rasmussen
Tiare en saphir, C. E. Bolin, Russie, 1897-98, image ©Bruun Rasmussen

Cette tiare historique était à l’origine une « pièce combinée », ce qui veut dire que les différentes parties qui la composent pouvaient être utilisées individuellement. En 1933, le roi et la reine du Danemark ont offert les bijoux à leur belle-fille, la princesse Caroline-Mathilde, lors de son union avec leur plus jeune fils, le prince Knud, à la chapelle du palais de Fredensborg. Après la mort de la princesse en 1995, la tiare a été passée à son fils, le comte Christian de Rosenborg, et à sa famille, où elle a reposé jusqu'à cette future vente.

Axel Salto, vase sculptural, image ©Bruun Rasmussen
Axel Salto, vase sculptural, image ©Bruun Rasmussen

Voici un objet d'art tout à fait remarquable, ce grand vase sculptural en grès du céramiste danois Axel Salto, a été modelé comme un organisme vivant en train de germer. L'œuvre est décorée d’une patine verte et brune avec des touches de bleu.

Salto a étudié à l'Académie Royale des Beaux-Arts du Danemark de 1909 à 1914 sous la direction de Peter Rostrup Bøyesen. Il est l'éditeur et le fondateur du magazine d'art Klingen (1917 à 1919), sa pratique picturale vire rapidement vers la céramique dans les années 1920 et donnera naissance à environ 3 000 œuvres différentes de 1923 à 1950.

Pendule, attribuée à Jean-Joseph de St. Germain, image ©Bruun Rasmussen
Pendule, attribuée à Jean-Joseph de St. Germain, image ©Bruun Rasmussen

Un modèle similaire à cette étonnante pendule en bronze à patine est actuellement conservé au Louvre. Cette merveille de style Louis XV, datant du milieu du XVIIIe siècle, est attribuée à Jean-Joseph de St. Germain et possède une boîte à musique en écaille pour socle. Un éléphant en bronze surplombe la boite musicale et porte le mécanisme de la pendule sur son dos. Cette pièce d’horlogerie hors-pair figure dans plusieurs extraits de littérature.

Kaare Klint, paire de modules en cuir et acajou, image ©Bruun Rasmussen
Kaare Klint, paire de modules en cuir et acajou, image ©Bruun Rasmussen

On termine avec les créations de Kaare Klint, père du design danois moderne. L’architecte et designer était connu pour son utilisation extensive des meilleurs matériaux possibles et pour ses lignes épurées. La chaise au dossier semi-circulaire ainsi que la paire de modules présentées dans le catalogue ont été sont conçues respectivement en 1932 et 1933, et se composent d'acajou et de cuir.

Kaare Klint, chaise à dosier semi-circulaire, image ©Bruun Rasmussen
Kaare Klint, chaise à dosier semi-circulaire, image ©Bruun Rasmussen

Venez célébrer l’anniversaire de Bruun Rasmussen du 4 au 6 décembre à Copenhague, et en attendant, retrouvez le catalogue complet sur Barnebys !