C'est la ville de Pékin qui a donc été élue ville hôte des Jeux Olympiques d'hiver 2022, selon le vote des 85 membres votants du Comité international olympique, vendredi à Kuala Lumpur.

La capitale chinoise, favorite, devient ainsi la première ville à accueillir à la fois des Jeux d'été (2008) et d'hiver. Elle a recueilli 44 voix au détriment d'Almaty, capitale du Kazakhstan, qui en a reçu 40 à l'issue d'un scrutin à bulletin secret.

Le cruel manque d'eau affectant le nord-est de la Chine n'a pas semblé faire obstacle à leur nomination. En effet, la Chine a mis en œuvre ces dernières années un projet controversé baptisé "nan shui bei diao" permettant de basculer une partie du flot du Yangzi et de ses affluents dans le centre du pays. Plus de 300 000 personnes ont été relogées de force pour ce projet titanesque.

Pour mener à bien ces JO d'hiver, Pékin devra pourtant avoir recours à la neige artificielle. "Pékin doit s'assurer d'un usage minime et compenser par des projets de conservation, il faut comprendre cette rareté, savoir à quel coût cette eau parvient jusqu'à nous et c'est ce que nous avons souligné" a précisé Monsieur Ma, fondateur d'une ONG chinoise.

Grâce aux JO 2008, Pékin possédait l'énorme avantage de disposer d'infrastructures neuves et adaptées, notamment un immense stade, le Nid-d'Oiseau (qui accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture) et un village olympique.

Un argument de poids pour le CIO, à l'heure où le surcoût engendré par la construction d'un imposant stade à Tokyo pour les JO de 2020 engendre au Japon voisin une vive polémique, le premier ministre, Shinzo Abe, venant d'ordonner de repartir de zéro.

En attendant l'arrivée (lointaine) de cet évènement, Barnebys vous fait patienter avec une sélection spéciale Jeux Olympiques.

Cliquez sur l'image pour plus d'informations sur le lot.