Robert Indiana dans son studio en 1963, image via Pinterest Robert Indiana dans son studio en 1963, image via Pinterest

La nouvelle est annoncée par l'avocat de l'artiste : le 19 mai, l'artiste est mort à son domicile, qui lui servait également d’atelier, situé à Vinalhaven, une île du Maine. Son nom vous est peut-être inconnu, mais sûrement vous avez vu, au moins une fois dans votre vie, l’une de ses œuvres.

Robert Indiana était un artiste, scénographe et créateur de costumes considéré comme l'un des principaux membres du Pop Art, mouvement qu’il découvre l'âge de vingt ans lorsqu’il déménage dans la Big Apple. Son œuvre la plus connue, au point d'éclipser toutes ses autres créations, est l’emblématique « LOVE », créée dans les années 1960.

Robert Indiana, « LOVE » 1967, image ©MoMA Robert Indiana, « LOVE » 1967, image ©MoMA

Nombreux sont ceux qui ont croisé l’œuvre aux quatre lettres, mais peu connaissent le nom de son créateur, et peut-être encore moins son histoire. Le concept du texte rouge avec le « O » incliné placé sur un arrière-plan bleu et vert est né en 1961, mais ne connait le succès qu’en 1964, alors qu’il est imprimé sur une carte de vœux du MoMa.

La source d’inspiration première pour la célèbre peinture se trouve être la Christian Science Church que l’artiste fréquentait dans son enfance, pour aller réciter : « Dieu est amour » (God is love). Marqué par ce souvenir, Indiana conserve le mot "love" et créer une image qui, malgré elle, deviendra une marque.

Une des nombreuses reproductions de « LOVE », image via Wikimedia Commons Une des nombreuses reproductions de « LOVE », image via Wikimedia Commons

L'œuvre est par la suite imprimée sur un timbre commémoratif de 8 centimes de dollar, ce qui contribue à la répandre amplement à travers les États-Unis. L’image de « LOVE » est rapidement reproduite (et traduite) partout dans le monde et vient se loger sur de nombreux supports, comme des tapis, sculptures, et même des skateboards ...

Lettre avec timbre Robert Indiana de 8ct, 1973, image via Etsy Lettre avec timbre Robert Indiana de 8ct, 1973, image via Etsy

Malgré son immense succès, Indiana n'a absolument rien obtenu au moment de sa création, car n’ayant jamais déposé la marque, il ne peut encaisser les redevances qui lui sont dues.

L'artiste éprouve des difficultés à accepter cette popularité soudaine, qui éclipse non seulement les autres œuvres qu'il a faites, mais aussi bien souvent, son propre nom. Malgré cette notoriété indésirable, Indiana décide de réitérer l’expérience. En 2008, il propose à l'occasion de la candidature d'Obama à la présidence des Etats-Unis une œuvre qui conserve le même graphisme, mais pur laquelle le mot LOVE est remplacé par HOPE.

Robert Indiana, « HOPE », image via Sotheby's. Robert Indiana, « HOPE », image via Sotheby's.

« HOPE » est reçu avec brio par un public familier avec les couleurs vives et le graphisme de l’artiste et contribue à diffuser le message à l’échelle mondiale.  L’aspect minimal, les tons vigoureux et le message universel sont autant d’éléments qui propulsent l’artiste au rang des plus grands représentants du Pop Art avec Andy Warhol, bien qu'il ait toujours rejeté cette étiquette.

C'est aussi la raison pour laquelle en 1970, il quitte New-York pour ne jamais y revenir, et séjourne jusqu'à sa mort en quasi-autarcie, sur une île difficile d’accès.

Commentaires