"Un artiste peut-il vraiment posséder une couleur?" se questionne le critique d'art Jonathan Jones dans le Guardian cette semaine. La question est pertinente, et elle lui est inspirée par une polémique autour de l'artiste Anish Kapoor.

Ce dernier détient désormais l'exclusivité de l'usage du Vantablack, une matière noire qui absorbe 99.96% de la lumière et qui est à ce jour le noir le plus intense jamais créé. Il est si "profondément noir que vous ne pouvez presque pas le voir. Il a une sorte de qualité irréelle", a raconté Anish Kapoor à la BBC.

Un échantillon de Vantablack Image via surreynanosystems.com Un échantillon de Vantablack
Image via surreynanosystems.com

A l'origine, le Vantablack, produit par la société britannique Surrey NanoSystems, avait un usage militaire uniquement. Il servait notamment pour le camouflage des avions de chasse. Mais grâce à ses propriétés chimiques et esthétiques, le Vantablack est très apprécié dans le milieu de l'art.

Le 27 février, le Daily Mail a révélé que l'artiste britannique Anish Kapoor s'en était assuré l'exclusivité, ce que Surrey NanoSystems a confirmé. En se portant acquéreur du brevet, il en détient désormais le monopole et peut donc, en droit, priver tout autre artiste de s'en servir.

Le Vantablack est si sombre que sur du papier d'aluminium froissé, celui-ci semble plat Photo: Wikimedia Commons Le Vantablack est si sombre que sur du papier d'aluminium froissé, celui-ci semble plat
Photo: Wikimedia Commons

Instantanément, un vent de protestation a soufflé sur le monde de l'art, provenant notamment des artistes et collègues de Kapoor.

Le peintre britannique Christian Furr, qui souhaitait expérimenter les capacités du matériau dans ses œuvres, a réagi violemment dans le Daily Mail: "Je n'ai jamais entendu parler du monopole d'un artiste sur un matériau. Turner, Manet, Goya... Les plus grands sont tous obsédés par un noir pur. Ce noir, c'est de la dynamite dans le monde de l'art. Nous devrions tous être en mesure de pouvoir l'utiliser. Ce n'est pas juste qu'il appartienne à un seul homme".

Ce n'est pas la première fois qu'un artiste détient le monopole d'une couleur. En 1960, Yves Klein déposait un brevet de la formule de son fameux bleu IKB pour International Klein Blue. Cependant, cette fois-ci, il faut bien avouer que Kapoor n'a rien inventé du Vantablack...

Commentaires