Les artistes utilisent des pigments et appréhendent la couleur de manière subjective. La façon dont ils perçoivent les variations de couleurs et de tons peut définir leur approche artistique toute entière. Certains d’entre eux se définissent par la palette de couleurs qui s’inscrit le mieux dans leur corps de travail, quand d’autres sont constamment à la recherche de celle qui exprimera au mieux le concept de leur prochaine création.

Parmi l’infinie palette dont les plasticiens disposent aujourd’hui pour travailler, il existe une poignée de couleurs « à part ». Parfois inimitables, parfois sujets de controverses, mais toujours très prisées par les industries créatives, voici quatre teintes à l’histoire particulière.

Le Bleu Klein

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA Sculpture Bleu Klein, image via Minimalismo

Probablement la couleur la plus célèbre ayant été créée et déposée par un artiste, le IKB (International Klein Blue) est une nuance d’un bleu profond appartenant à l’artiste Yves Klein. Le Bleu Klein est développé par l’artiste en collaboration avec Edouard Adam, un marchand de peinture basé à Paris, dont la boutique se trouve encore rue Boulevard Edgar-Quinet à Montparnasse.

L’impact visuel du Bleu Klein réside dans sa forte dépendance au bleu outremer, mais aussi dans la quantité conséquente que l’artiste a l’habitude de déposer sur ses œuvres, qui texturise davantage les toiles.

L’unicité du IKB ne dérive pas directement du pigment outremer, mais plutôt d’un liant mat mis au point par Adam dans lequel la couleur est suspendue, et qui permet au pigment de conserver son intensité et sa luminosité d’origine. Ce liant porte aujourd’hui le nom de « Medium Adam 25 ». Après l’avoir fusionné avec le bleu outremer, Klein dépose la formule dans l’enveloppe Soleau No. 63 471 à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle en mai 1960.

Blue Man Group, image via Zimbio.com Blue Man Group, image via Zimbio.com

Le Bleu Klein est apparu dans de nombreux films, plusieurs extraits de littérature et même sur les visages du trio de musique Blue Man Group.

Le Vantablack

Certains se souviennent peut-être de l’acquisition du Vantablack par l’artiste Anish Kapoor en février 2016, un acte qui fait déferler bien des vagues de protestations dans le monde de l'art.

Vantablack, image via Pinterest Vantablack, image via Pinterest

Le Vantablack possède des propriétés extraordinaires, c’est le noir le plus absolu que l’on puisse trouver, puisqu’il possède un coefficient d’absorption de 99,965 %. Ce noir profond est composé de nanotubes de carbones dont l’agencement vertical est similaire à celui d’une « forêt » très dense. L’appellation de la couleur comporte d’ailleurs l’acronyme anglais « Vertically Aligned NanoTube Arrays », que l’on peut traduire par « rangées de nanotubes alignés verticalement ».

Vantablack, image via Format.com Vantablack, image via Format.com

C’est la compagnie anglaise Surrey Nanosystems qui en 2012, met au point le Vantablack, qui est ensuite commercialisé sous deux formes, pour application directe ou en spray. La lumière, au lieu d’être réfléchie, est diffusée par les nanotubes puis reste coincée dans la dense « forêt », avant de se transformer en chaleur.

Quatre ans après sa conception, l’artiste britannique Anish Kapoor s’empare du Vantablack. Il l’achète et s’en approprie les droits exclusifs pour un usage artistique, laissant ainsi le reste de la communauté des artistes sur le carreau. Il avait réalisé le potentiel créatif d’un tel matériau et avait au préalable travaillé sur son utilisation (depuis 2014). Il confie alors que le pigment est très technique, extrêmement difficile à manier et à appliquer en quantité suffisante.

Anish Kapoor, image via Trey Speegle Anish Kapoor, image via Trey Speegle

Les artistes du monde entier se révoltent contre Anish Kapoor, et ce n’est pas tant le fait qu’il en soit le nouveau propriétaire qui attise les tensions, mais surtout le fait que la couleur soit prohibée pour quiconque souhaiterait l’utiliser.

Christian Furr déclare lors d’une interview pour le Daily Mail : « Je n’ai jamais entendu parlé d’un artiste monopoliser un matériau. Tous les meilleurs artistes ont quelque chose pour un noir pur (Turner, Manet, Goya…). Ce noir c’est de la dynamite pour le monde de l’art. Nous devrions tous être en mesure de l’utiliser. C’est n’est pas juste qu’il n’appartienne qu’a une seule personne. »

Image via CB Insight Image via CB Insight

Le pigment PINK

La riposte contre l’acte de Kapoor ne se fait pas attendre bien longtemps. En novembre 2016, le plus rose des roses entre sur le marché, avec une vraie particularité : il est disponible pour tous… sauf pour Anish Kapoor !

Pigment PINK, ©Stuart Semple Pigment PINK, ©Stuart Semple

Le pigment PINK est acheté et commercialisé par l’artiste Stuart Semple pour seulement 3,99 dollars le pot. Il est considéré comme le rose le plus intense et Semple ne cache pas son intention de répondre à Anish Kapoor pour avoir privé tous les plasticiens d’une denrée exceptionnelle. Il déclare d’ailleurs qu’il mourrait d’envie d’utiliser le Vantablack pour son propre travail et qu’il était terriblement déçu d’apprendre la nouvelle. Le pigment extra-concentré du rose PINK reflète la lumière de manière si puissante qu’une fois appliquée, la peinture créé un effet fluorescent.

Pigment PINK, ©Stuart Semple Pigment PINK, ©Stuart Semple

Le but de l’opération PINK est bien entendu de lui renvoyer la pareille, en lui interdisant publiquement l’accès au matériau. Les acheteurs en ligne sont même tenus de signer une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne sont pas Anish Kappor, ne sont pas en relation avec lui et que le pigment ne finira pas entre ses mains.

La punition ne dure cependant pas bien longtemps, car en décembre 2016, Kapoor affiche sa subtile réponse sur ses réseaux sociaux. L'insultante image de l'artiste britannique en possession du pigment est accompagnée d'une légende non moins vulgaire, adressée directement à Stuart Semple. Les réactions du public envers Kapoor sont virulentes et cette petite guerre des couleurs prend une nouvelle dimension, que certains qualifient de « ridicule ».

Instagram d'Anish Kapoor Instagram d'Anish Kapoor

La réponse de Semple est presque instantanée : il publie une vidéo sur laquelle il promène sa main arborant le symbole « paix », les deux doigts recouverts d'une substance qui ressemble étrangement au Vantablack. La collègue de l'artiste, Emily Mann, après avoir été questionnée sur l'authenticité du pigment noir de la vidéo, déclare qu'elle ne peut « pour des raisons évidentes », pas nier ou confirmer qu'il s'agit bien du Vantablack. La légende « peace » accompagne la publication et confirme que Semple ne veut pas attiser les tensions. Il répond simplement au magazine Gizmodo que « Anish est celui qui a privé du noir la communauté des artistes, qui a volé notre rose et nous fait un doigt d'honneur, nous nous sommes simplement amusés à créer des choses cool, colorées et pailletées ». Une déclaration qui semble clore le débat puisqu'il n'y aurait pas eu de nouvelles attaques publiques entre les deux artistes depuis.

Instagram de Stuart Semple.

Love Symbol #2

Violet Love Symbol #2, image ©Pantone

On termine avec une couleur dont l’histoire plus positive prend cette fois racine dans l’industrie de la musique. Nous en avions déjà relaté les faits l’année dernière, lorsque la compagnie Pantone Color Institute annonçait en août 2017 la sortie de sa nouvelle teinte de violet Love Symbol #2 dédiée au chanteur Prince.

L’Estate du mythique chanteur de Purple Rain en fait sa couleur officielle, pour garder une consistance dans la représentation de la mémoire et la « marque » Prince après son décès. La nuance se hisse donc au rang des couleurs certifiées et s’inspire principalement de son piano Yamaha, mais aussi de sa guitare et de ses tenues excentriques qui ont fait du violet sa marque de fabrique pendant des décennies.

Piano Yamaha de Prince. image via Jelliottco Piano Yamaha de Prince. image via Jelliottco

La teinte hommage est accompagnée du célèbre hiéroglyphe de Prince, qui mixe les symboles Homme et Femme et que l’on retrouve sur bon nombre de ses vêtements et accessoires.

« Quand le ciel saigne : le rouge et le bleu donnent du violet… » Prince.

Commentaires