Isidre Nonell est né en 1872 à Barcelone en Espagne. De 1893 à 1895, il étudie à l'École des Beaux-Arts de Barcelone où il se lie d'amitiés avec d'autres artistes comme Joaquim Sunyer, Ricard Canals, Juli Vallmitjana, Ramón Pichot ou encore Adrià Gual.

Isidre Nonell © CAGP/Iberfoto Isidre Nonell © CAGP/Iberfoto

Ensemble, le groupe développe un intérêt pour les paysages, qu'ils représentent sur la toile en travaillant la lumière d'une toute nouvelle façon. Ils sont ainsi appelés "Groupe Safran" pour les tons chauds qu'ils utilisaient ou encore "Groupe Sant Martí" d'après la ville où ils peignaient.

L'impressionnisme est alors en plein développement et le travail des couleurs, de la matière et des lumières sont au coeur de leur préoccupation.

Entre autres, à la suite de voyages auprès de malades, Isidre Nonell s'intéresse particulièrement à représenter des personnes socialement marginalisées. Notamment, les femmes prennent une place de plus en plus importante dans son travail.

Dans ses oeuvres, les traits épais superposés les uns après les autres ne mélangent pas tout à fait les couleurs dans l'œil, laissant une impression directe d'émotion.

En février 1897, il se rend à Paris et partage un atelier avec Picasso. Au début de l'année 1901, il est de retour en Espagne et peint des tableaux de femmes, telles que des femmes tziganes et ouvrières, ainsi que des natures mortes.

Il expose deux fois dans la Sala París de Barcelone, en 1902 et 1903, et meurt en 1911 mort à Barcelone, à seulement 38 ans.

On retiendra de Isidre Nonell ses peintures de la misère: exclus, pauvres, malades, etc. Sa représentation franche de la pauvreté lui valut de son vivant de nombreuses critiques. Aujourd'hui, il est reconnu comme l'un des peintres espagnols majeurs de la période post-impressionniste.

Les deux toiles ci-dessus sont en vente chez Duran, maison espagnole basée à Madrid.

Retrouvez l'ensemble du catalogue de Durán sur Barnebys.

Commentaires