Banksy a encore frappé! En hommage à Jean-Michel Basquiat, deux nouvelles fresques signées du street artist sont apparues près du lieu où se tient actuellement une rétrospective majeure sur l'artiste américain.

Le premier dessin reprend la célèbre oeuvre Boy and Dog in a Johnnypump réalisée en 1982 par Basquiat. Banksy la détourne en l'entourant de deux officiers de police londoniens et accompagné sur son compte Instagram de la mention "Basquiat accueilli par la Metropolitan Police (la police de Londres) - une contribution non officielle à la nouvelle expo Basquiat".

Boy and Dog in a Johnnypump, Jean-Michel Basquiat, 1982 Boy and Dog in a Johnnypump, Jean-Michel Basquiat, 1982

Image via Instagram @banksy Image via Instagram @banksy

Pour le street artist britannique, c'est probablement une façon de dénoncer les arrestations abusives et les préjugés dont sont victimes encore de nombreuses minorités.

La deuxième fresque se moque visiblement du Barbican Centre. Elle représente une grande roue dont les nacelles ont été remplacées par des couronnes - l'emblème qu'avait choisi Basquiat lors de ses premiers tags sur les murs new yorkais avec le collectif SAMO.

Des passants posant devant l'un des nouveaux graffitis de Banksy à Londres Image: EPA-EFE/FACUNDO ARRIZABALAGA Des passants posant devant l'un des nouveaux graffitis de Banksy à Londres
Image: EPA-EFE/FACUNDO ARRIZABALAGA

En bas de la roue, les gens font la queue pour voir les oeuvres exposées au Barbican, "un lieu qui normalement s'empresse de nettoyer les graffitis", remarque avec ironie Banksy sur Instagram.

Image via Instagram @banksy Image via Instagram @banksy

Connu pour ses graffitis mêlant satire, poésie et militantisme, Banksy a récemment réagi au Brexit sur un mur de Douvres, au Royaume-Uni, avec la fresque d'un drapeau européen dont il manque une étoile. Ses oeuvres se vendent à prix d'or aux enchères et pour éviter tout vol ou toute détérioration, la Ville de Londres a fait placer sur les fresques de Basquiat une vitre protectrice.

Jean-Michel Basquait, mort le 12 août 1988 à 27 ans d'une overdose, est quant à lui récemment devenu l'artiste américain le plus cher de l'histoire du marché de l'art.

Commentaires