Image via The week Image via The week

Le contrat d’édition français de l’ouvrage Le Capital, l’étude sur le capitalisme considérée par son auteur comme « le plus redoutable missile qui ait été lancé à la tête de la bourgeoisie », s’est vendu mardi dernier à Paris pour 5 fois son estimation haute, fixée à environ 25 000 euros.

Le contrat est signé avec l’éditeur Maurice Lachâtre avant la publication du tout premier tome en version française du Capital, en 1872. Le papier stipule que « l’édition soit expressément sous une forme et à un prix qui mettent l’ouvrage à la portée des plus petites bourses ». L’expert de la vente a également déclaré que l’éditeur aurait proposé une impression sur deux colonnes, pour réduire les coûts de fabrication. L’adjudication du précieux document, mis aux enchères avec d’autres pièces par un héritier de Lachâtre, a été enregistrée à 121 600 euros.

Édition français de Le Capital, édition Maurice Lachâtre

Bien que le théoricien de l’économie politique allemand Karl Marx ait passé plus de 20 ans de sa vie à la rédaction de l’œuvre Le Capital, il n’en a achevé qu’une partie de son vivant. Le premier livre, publié le 14 septembre 1867, est dédicacé à Wilhelm Wolff, tandis que les deux ouvrages suivants (publications en 1885 et 1887) ont été finalisés par Friedrich Engels grâce à des brouillons laissé par Marx.

Le Capital est principalement basé sur l’observation de l’industrie britannique contemporaine et de ses conditions de travail, ainsi que sur la critique d’autres théoriciens de l’économie politique. Avec son ouvrage, Marx entend démontrer la nature du capitalisme et mettre le doigt sur les contradictions internes du système.

Extrait de lettre issue de la correspondance entre Marx et Lachâtre, image ©Ader-Nordmann Extrait de lettre issue de la correspondance entre Marx et Lachâtre, image ©Ader-Nordmann

La vente comprenait également une correspondance de 23 lettres signées par Marx et adressées à Lachâtre, dont la plupart dataient de 1872. L’ensemble de missives s’est vendu pour 160 000 euros, un prix justifié par l’importance de leur contenu. Les lettres permettaient en effet de confirmer que Marx avait lui-même traduit le premier tome du Capital de l’allemand au français, car il n’était pas satisfait par la traduction originale.

« Nous savions que Marx avait participé à la traduction de l’ouvrage, mais pas qu’il en avait rédigé une si grande partie. Ces documents historiques étaient connus de certains spécialistes, mais ils n'avaient jamais été diffusés. », a confié un expert.

Sotheby’s a également proposé à la vente, dans le cadre de la dispersion de la bibliothèque Pierre Bergé le 14 décembre, une copie originale de la première édition française du Capital.

Retrouvez toute la littérature et manuscrits aux enchères sur Barnebys.

Commentaires