D’un bol chinois à une relique de cinéma, en passant par un jouet pour enfants, retrouvez 10 objets de collection qui comptent parmi les plus chers jamais vendus aux enchères.

Le bol Ru ganyao

Ce petit bol aux lignes élémentaires était utilisé pour laver les pinceaux de petite taille. Datant de la dynastie Song, cette porcelaine chinoise de plus de 900 ans a été présentée comme « extrêmement rare et importante » lors d’une vente aux enchères en 2017.

Comme l’a expliqué la plateforme Reuters, la vaisselle « Ru guanyao » est connue pour sa couleur intense aux nuances bleues-vertes, et son aspect « glacé et craquelé » est rarissime, car la production d’une telle porcelaine n’a duré que deux décennies, avant d’être interrompue définitivement.

Après une bataille de 20 minutes, la petite pièce de vaisselle chinoise est vendue pour 37,68 million de dollars chez Sotheby’s à Hong Kong, et détrône l’ancien record mondial pour une porcelaine chinoise, alors détenu par le « Chicken Cup » depuis 2014.

Le tapis persan

Avec une estimation fixée entre 5 et 7 millions de dollars, ce tapis faisait partie de la collection de William Andrew Clark, dispersée aux enchères en 2013. Contre toute attente, le tapis parsemé de feuilles de vigne issu du sud de la Perse fait tomber le marteau pour 33,76 millions de dollars.

La poupée antique

En janvier 2018, Theriault’s Auction House a eu le plaisir de présenter à la vente cette poupée antique française créée par Antoine Edmund Rochard. La poupée a rapidement atteint les 333 500 dollars, et l’acheteur a déclaré qu’elle résiderait au Barry Art Museum of Norfolk en Virginie.

Selon la maison de ventes Theriault’s, spécialisée dans la vente de poupée anciennes, cet exemplaire symbolise à merveille « l’âge d’or des poupées françaises ». C’est un modèle fascinant pour les passionnés d’histoire et de culture française, car le torse de la poupée est orné d’un collier complexe peint à la main, qui recèle dans ses 24 petites « perles », des micro-photographies de scènes historiques de France. On reconnaît notamment Fontainebleau, le Louvre, ou encore l’Hôtel de Ville de Paris. Lorsque l’on tient la poupée au plus proche de l’œil, on s’aperçoit que chaque image est magnifiée environ 160 fois.

Le squelette de dinosaure du Jurassique 

En juin 2018, la maison parisienne Aguttes s’empare du premier étage de la Tour Eiffel pour une vente hors du commun comprenant un lot de taille : le squelette d’un dinosaure carnivore « encore inconnu » de neuf mètres de long, 2,60 mètres de large, et âgé de 150 millions d’années.

Découvert en 2013 aux États-Unis dans le Wyoming, ce théropode du Jurassique (complet à 70%) s’envole pour « 1,58 millions d’euros, soit 2,02 millions d’euros frais inclus », et enregistre un nouveau record, l’adjudication la plus importante des 20 dernières années pour un squelette de dinosaure.

Le directeur de la maison de ventes, Claude Aguttes, a précisé que l’acheteur était un particulier français qui collectionnait plutôt des œuvres d’art contemporain, et qu’il avait acquis là son premier dinosaure, qui serait visible dans un musée français.

Le collier d’Elizabeth Taylor par Cartier

Élaboré par Cartier, cet extravagant collier a été conçu spécialement pour l’actrice Elizabeth Taylor, afin de mettre en valeur l’exceptionnelle perle du XVIe siècle appelée La Peregrina, que Richard Burton lui avait offert en 1969.

Étant donné son histoire et sa nature, il n’est pas étonnant que le bijou ait atteint la modique somme de 11 842 500 dollars chez Christie’s.

Lire aussi : les 10 montres les plus chères des enchères.

Robby le Robot

Du haut de ses 2,13 mètres, ce remarquable accessoire de film, ou « movie prop », (vendu avec sa Jeep futuriste), a décroché un record mondial fin 2017.

Robby le Robot, tiré du classique de science-fiction Forbidden Planet, sorti en 1956, s’est vendu pour 5 375 millions de dollars chez Bonhams à New-York. Cette adjudication surpasse celle de la mythique robe blanche de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexion, mais aussi celle de l’Aston Martin DB5 de James Bond vue dans Goldfinger, toutes deux enregistrées à 4,6 millions de dollars.

La carte de baseball Honus Wagner

La carte de baseball la plus précieuse au monde date du début des années 1900. Avec seulement neuf exemplaires connus, un modèle Honus Wagner en excellente condition comme celui-ci est d’une grande rareté.

Cet exemplaire s’est envolé pour 3,12 millions en 2016, pulvérisant l’ancien record du monde pour une carte de baseball, tenu par une carte différente du joueur Wagner. La valeur de cette carte à par la suite fait apparaître beaucoup de reproductions sur le marché.

La poster de Dracula

Ce poster original de 1931 a établi un record mondial en 2017 chez Heritage Auction. Étant l’un des deux seuls exemplaires ayant survécu à l’épreuve du temps, les collectionneurs ont fait grimper les enchères à 525 800 dollars.

Comme le précise la maison de ventes, l’ancien record était détenu par l’unique poster connu du film Casablanca, sorti en 1946, adjugé chez eux en juillet 2017.

Le bureau Chippendale

Bien souvent, lorsque qu’une pièce de mobilier établit un nouveau record aux enchères, elle provient de Rhode Island, de New-York, ou peut-être même de Pennsylvanie. Mais en 2017, c’est un bureau antique conçu en Kentucky qui est monté sur la première marche du podium.

Ce bureau de style Chippendale en bois de noyer a été élaboré spécialement pour le Capitaine John Cowan par un fabricant inconnu. Il s’est vendu pour 498 750 dollars, l’adjudication la plus élevée jamais atteinte pour une pièce de mobilier du Kentucky, selon le rapport du Lexington Herald-Leader.

L’appeau ancien

Ce modèle ancien a fait partie de la vente d’appeaux la plus réussie jamais organisée, et l’exemplaire montré ici a non seulement décroché le record pour de l’artisan qui en est l’auteur, mais aussi le record pour tout fabriquant d’appeaux canadien. Cette création de Thomas Carver a été vendue par Copley Fine Art Auctions pour 270 000 dollars.

Retrouvez tous les objets de collection et antiquités aux enchères sur Barnebys !