Les maisons-bulles d’Häusermann sont bradées aux enchères

Les onze constructions modulaires conçues dans les années 1960 par l’architecte Pascal Häusermann à Raon-l’Étape (Vosges), qui avaient été transformées en structure hôtelière en 2007, ont été bradées lors d’une vente aux enchères.

Les maisons-bulles d’Häusermann sont bradées aux enchères

Depuis 1967, les onze maisons-bulles de l’architecte suisse Häusermann tranchent avec le paysage de la commune de Raon-l’Étape, dans les Vosges. Le concept architectural de la maison-bulle s’est développé à partir des années 1960 (on pense notamment au palais des bulles de Pierre Cardin et à la Maison Bernard), et utilise principalement la technique du voile de béton armé sans coffrage, inventée par Häusermann lui-même en 1959.

Image via Architecture3D
Image via Architecture3D

L’ensemble immobilier a été mis aux enchères le 3 mai dernier. Mise à prix : 100 000 euros. Les onze maisons, classées aux monuments historiques en 2015, ont trouvé preneur lors d’une brève vente aux enchères à Épinal qui, selon Le Monde, n’a pas attiré les foules, et pour seulement 120 000 euros. Christophe Pechet, le nouvel acquéreur, basé à Paris mais originaire des Vosges serait « très attaché au lieu » et porteur d’un « véritable projet » pour cette curiosité architecturale, comme l’a déclaré son avocat.

Le site à été implanté en 1967, au bout d’un chemin de gravillons partant du centre de Raon-l’Étape, à la demande d’un hôtelier. Neuf des onze maisonnettes étaient dédiées à la location touristique, tandis qu’un bâtiment principal de 150 m2 faisait office de réception, et que la dernière bulle servait de local technique.

Intérieur pop de l'un des bulles, image via Hotels-Insolites
Intérieur pop de l'un des bulles, image via Hotels-Insolites

Les 405 m2 de surface habitable avaient été rachetés pour 180 000 euros en 2006 par un groupe de cinq amis admirateurs du travail de l’architecte. L’île Häusermann avait ouvert en août 2007 en tant que structure hôtelière, retrouvant sa fonction première après une grosse année de travaux pour tout remettre aux normes.

Avec des boiseries, des rideaux, et du mobilier sur-mesure (sans parler des fenêtres qui, selon la propriétaire Laurence Euvrad, ont pris deux ans pour être toutes changées), les bulles avaient été décorées par couleur et par thème, toujours dans l’esprit pop des années 1950-1970. 

Image © Frédéric-Léon Ducout, via Maison Creative
Image © Frédéric-Léon Ducout, via Maison Creative

Faute de fréquentation, d’une situation géographique éloignée des pistes de ski vosgiennes, et du poids des prêts bancaires, la structure hôtelière avait été placée en redressement judiciaire en 2015. Un coup dur pour les cinq amis, qui ont beaucoup investit pour redonner vie au lieu. « C’est un moment très difficile, une partie de notre vie s’en va, toute l’implication d’une décennie s’envole en quelques minutes d’enchères », a confié l’un des propriétaires Joël Morel. Les 120 000 euros remportés lors des enchères de vendredi dernier sont loin de compenser l’investissement placé dans le projet, mais le groupe d’amis « espère qu’il y aura une meilleure issue au terme des dix jours ». 

Intérieur de l'un des bulles, image via Milk Magazine
Intérieur de l'un des bulles, image via Milk Magazine

L’architecture de la maison-bulle se veut « organique », les constructions sont en lien étroit avec la nature et sont très intégrées à leur environnement. La technique utilisée permettait des formes libres, des lignes courbes, rappelant les organes biologiques, en marge des codes de l’architecture géométrique habituelle de l’époque (et actuelle). 

Depuis leur création, les maisons-bulles de l’île Häusermann ont changé 5 fois de mains, et avaient été laissées à l’abandon pendant une décennie, au cours des années 1990.