En France, les Imari fleuris mis à l'honneur

Le vendredi 15 avril prochain, Millon dispersera une belle collection mobilier-objets d'art d'une propriété française, dans laquelle il sera possible d'acquérir une paire de grands vases ovoïdes Imari XIXe.s. (61,5cm) estimés entre 2 000 et 3 000 euros.

De Baecque & Associés proposera quant à elle, le mercredi 20 avril, une paire d'étonnantes potiches Imari avec prise en chien de Fô. Datée fin Edo, cette paire estimée entre 3 500 et 5 000 euros saura ravir les amateurs de porcelaines flamboyantes.

Christie's et le dernier samourai à New York

La maison de ventes anglaise organise le 15 avril prochain ce qui sera sans aucun doute l'une des plus belles ventes en art japonais (et coréen) de l'année. Cette dispersion sera l'occasion de pouvoir acquérir des pièces exceptionnelles rarement mises sur le marché, oeuvres issues de collections américaines.

L'art guerrier nippon y est mis à l'honneur avec une présentation de lots sublimes: notamment une armure complète iroiro odoshi ni-mai do gusoku de période Edo estimée de 100 000 à 150 000 dollars associée à un magnifique casque suji bachi de 62 lamelles de l'école Myochin et signé du Maître Nobuie Saku.

A retrouver également: une sublime armure Nimaido gusoku XIXe siècle estimée entre 20 000 et 30 000 dollars associée à un ichimai kabuto, casque fait d'une seule plaque de métal.

Pour les collectionneurs de casques kabuto, ces derniers s’arrêteront sur un kawari kabuto XVIe s. (époque Momoyama) de style nanban (esthétisme unique au Japon, mêlant l'approche décorative japonaise aux effets de style européens). Estimé 35 000 à 40 000 dollars, ce casque a pour particularité d'être associé d'une double décoration: emblème de face maedate formé par deux carrés à bords ronds croisés et waidate décorations latérales de la forme des ailes d'insecte.

Un autre kawari kabuto couplé à un masque menpô laqués rouge attirera tous les regards par son maedate formé de deux carpes opposées, estimé entre 5 000 et 7 000 dollars.

A cela s'ajoute d'autres pièces décoratives: bronzes articulés, vases...comme ce cloisonné signé Nyoto Namikawa fin XIXe s. (Meiji) estimé (largement) entre 150 000 et 250 000 dollars, démontrant la prouesse technique du Maître japonais permettant de rendre la légèreté de la composition fleurie.

Prochains rendez-vous en mai, notamment à Londres chez Bonhams...