Un pari titanesque, qui aurait vite pu prendre des allures de soupe indigeste. Pari tenu grâce à une habile combinaison de figures emblématiques, telles que Chéri Samba ou Chéri Cherin, d'installations sonores diffusant chants populaires, soul, jazz et rap, de vidéos, de photographies des folles nuits kinoises des années 1950 capturées par Ambroise Ngaimoko, de maquettes architecturales délirantes et foutraques de Bodys Isek Kingelez et Rigobert Nimi, de planches de bandes dessinées de Papa Mfumu'eto Ier...

Une variété des mediums bienvenue pour retranscrire la diversité foisonnante des pratiques artistiques de ce pays d'Afrique centrale.

Des œuvres sur papier du précurseur Djilatendo, silhouettes simplifiées à la modernité confondante, aux photographies hypnotiques et aqueuses de Kiripi Katembo, étudiant aux Beaux-arts de Kinshasa, en passant par le graphisme précis de l'école d'Elisabethville, il souffle sur cette exposition un vent de liberté et de bonheur. Votre dose de vitamine pour l'année !

Beauté Congo – 1926-2015 – Congo Kitoko. Jusqu'au 15 novembre 2015

Fondation Cartier pour l'art contemporain, 261 boulevard Raspail, 75014 Paris