La photographe et artiste suédoise Clara Hallencreutz remet en question les formes, les couleurs et les thèmes récurrents qui bousculent notre société et qui tiennent une place de choix dans l’actualité. Le talent de Hallencreutz se retranscrit dans des installations surréalistes soigneusement pensées, puis capturées dans des photographies colorées.

Ici, la bouteille de l’emblématique Numéro 5 de Chanel a été recréée sous la forme d’une sculpture sur glace emprisonnant des fleurs et végétaux.

Hallencreutz décrit sa photographie comme « conceptuelle », avec pour objectif principal de rendre l'art accessible au plus grand nombre, sans jamais prendre en compte l’origine, l’éducation, l’âge ou le sexe du spectateur. Bien que les œuvres soient extrêmement imaginatives, leur interprétation appartient à l’observateur, qui est libre de les appréhender selon sa propre perspective et de leur octroyer un sens. Hallencreutz tente de provoquer l’imagination en usant des objets universels, quotidiens, ou immédiatement reconnaissables. Elle a construit sa pratique sur plusieurs thèmes récurrents, qui interrogent nos habitudes, notre consommation excessive, nos motivations et nos choix.  Les fleurs, les aliments, les emballages et le maquillage en sont quelques-uns.

À l’occasion de sa collaboration avec Absolut Art, Clara Hallencreutz a créé deux séries spéciales : Brand Matters un corpus photographique axé sur les relations entre les marques et les consommateurs et Arms Disarmed.

Dans la série Arms Disarmed, l’artiste s’attaque à l’un des sujets les plus controversés du moment : le commerce des armes. En utilisant des objets familiers et facilement accessibles, tels que des bonbons ou des fruits, Hallencreutz conteste la disponibilité effarante des armes à feu, mais aussi ses conséquences.

Clara Hallencreutz a étudié la photographie au Queensland College of Art en Australie, où elle a obtenu son diplôme en 2009. L’artiste est représentée dans plusieurs galeries majeures, comme la galerie suédoise GKM, la Opera Gallery à Londres et la Mouche Gallery Los Angeles.

L'artiste Bobo Wallmansson, originaire de Boro, a commencé à peindre à l'âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’en 2013 qu’il trouve sa figure de prédilection, le singes. Avec ses grandes peintures à l'huile et ses couleurs vives, Wallmansson étudie le comportement humain par l'intermédiaire de nos plus proches parents, souvent mis en corrélation avec avec nos propres habitudes de consommation et les règles sociales non-écrites. Avant d’être en mesure de vivre de son art, que Wallmansson travaillait dans le domaine du design.

Les primates de Bobo Wallmansson sont souvent placés dans des situations observées chez l’homme, soulignant ainsi les similitudes et les différences entre les deux espèces : les singes vivent en harmonie avec leur habitat et avec la nature, tandis que l'homme la remplace peu à peu, s’en approvisionne abondamment et impunément. Les mises en scènes de Wallmansson sont très limitées, le fond est généralement composé d’une seule couleur, et laisse ainsi les « personnages » dominer la composition.

Pour Absolut Art, Wallmansson a créé une série d’impressions dans lesquelles le joueur de tennis légendaire John McEnroe est représenté comme un singe. Cet ensemble d’œuvres aborde les thèmes de la parentalité, de la rivalité et de l’existence même.

Lisa Törner, Business as usual at Wall Street XL, image ©Absolut Art Lisa Törner, Business as usual at Wall Street XL, image ©Absolut Art
Oliw87, One Million Baby! XL, image ©Absolut At Oliw87, One Million Baby! XL, image ©Absolut At

La sélection complète d’Absolut Art est à retrouver sur Barnebys.