Le triptyque de la tauromachie ainsi que le portrait de Michel Leiris par Francis Bacon en vente chez Morand méritent quelques explications pour en comprendre la portée artistique et historique.

Francis Bacon réalise les trois Études pour une corrida en 1969. Sans doute sous l'influence de l'écrivain Michel Leiris fasciné par la corrida, Bacon réalise trois versions différentes de cette étude. Le Musée des Beaux-Arts de Lyon possède Etude pour une corrida #2 grâce au legs de Jacqueline Delubac.

Cliquez sur l'image pour obtenir plus d'informations sur le lot.

Francis Bacon et Michel Leiris se rencontrent en 1965 à la Tate Gallery de Londres, à l'initiative de l'écrivain et critique d'art David Sylvester. Si leur mode de vie les oppose, les deux artistes partagent les mêmes exigences intellectuelles qui les mènent à s'interroger constamment sur l'âme humaine.

Michel Leiris est fasciné depuis les années 1920 par la corrida, sport qui intrigue les intellectuels de l'époque par ses images sanglantes chargées d'érotisme et de drame. En 1936, il est marqué à vie par une corrida du grand Rafaelillo Ponce. Il écrit dans la foulée trois textes: Tauromachies (1937), Abanico para los toros (1938) et Miroir de la Tauromachie (1938).

Leiris voit dans les toiles de Bacon la "vérité criante" dont il fait le critère absolu de l'oeuvre d'art. Il admire ses interprétations, ses déformations du sujet de la corrida non seulement pour la violence qui s'en dégage, mais aussi pour l'aspect sanguinolent des images. Ainsi, Bacon réalise en 1969 trois compositions ayant pour sujet la tauromachie.

Ces oeuvres seront utilisées en 1990 pour illustrer une édition limitée à 150 exemplaires du Miroir de la Tauromachie. Bel hommage de Bacon à son ami Leiris, lui qui avait toujours combattu les ouvrages illustrés.

Les trois lithographies sont complétées d'une quatrième, d'après le portrait de Leiris réalisé en 1976 par Bacon.

Retrouvez ici tous les lots en vente chez Morand.