C'est la loi des séries pour Reed Expositions, qui, quelques jours après l'annonce de la fermeture définitive de Paris Photo Los Angeles et Fiac Los Angeles, remet le couvert avec l'annonce de l'annulation de l'édition 2016 d'Off(icielle).

Si selon Jennifer Flay, directrice de la Fiac, il n'y a pas d'amalgame à faire avec les annulations des foires précédemment citées, cette annonce reste un coup dur pour Reed, plus gros gestionnaire de salons en France.

1650x500-large-banner-officielle

Cet événement satellite, qui avait lieu la même semaine que sa grande soeur la FIAC, n'est pas parvenu à trouver sa place au cœur des nombreuses foires parisiennes. Installée aux Docks-Cité de la mode et du design, Off(icielle) avait pourtant attiré de nombreux exposants.

Image via maisonpradier.com La Cité de la mode et du design
Image via maisonpradier.com

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la fermeture du salon. Premièrement, des causes que l'on peut imputer à l'organisateur Reed: localisation trop éloignée du Grand Palais, stands onéreux et ventes en berne.

Ensuite, le contexte économique et social actuel n'a pas du faciliter la tâche des organisateurs. Le ralentissement du marché de l'art dû à la crise économique chinoise ainsi que les attentats de Paris de novembre dernier ont créé un terreau pas forcément propice au maintien d'une jeune foire comme Off(icielle). En cause également, la saturation du calendrier des foires avec la concurrence de nouveaux arrivants, comme Paris Internationale ou encore le salon Galeristes, créé cette année au Carreau du Temple par Stéphane Corréard.

Le vernissage officiel de Paris Internationale, 2015 Image via parisinternationale.com Le vernissage officiel de Paris Internationale, 2015
Image via parisinternationale.com

C'est probablement un peu de tout cela qui a mené Reed à éviter tout risque à ses galeries partenaires et à annuler l'édition 2016.

Pour offrir une alternative à ses galeries, la Fiac compte se tourner vers le Petit Palais et y implanter un secteur intitulé "On site". Affaire à suivre, donc.

Commentaires