S'il est encore un peu tôt pour dresser un bilan précis et chiffré, on peut néanmoins esquisser un début de compte-rendu de cette semaine d'art parisienne riche en évènements.

On craignait une ambiance morose. Risques d'attentats, incertitudes économiques, météo peu clémente...finalement, les principaux acteurs de la semaine -Art Paris Art Fair, PAD Paris, le Salon du Dessin et Drawing Now Paris- s'en sortent plutôt bien.

Le PAD Paris est installé aux Tuileries, royaume des Arts décoratifs et du design Le PAD Paris est installé aux Tuileries, royaume des Arts décoratifs et du design

Sur le plan des entrées, nous n'avons pas encore les chiffres officiels, mais les visiteurs semblent avoir été au rendez-vous tout au long de la semaine avec, bien évidemment, une pointe de fréquentation les jours de vernissage.

Drawing Now Paris, qui célébre cette année sa 10e édition, devrait dépasser les 20 000 visiteurs. Un beau résultat en perspective pour un salon qui, comme nous le rappelait sa directrice Carine Tissot dans une interview à Barnebys, a failli disparaître en 2009.

Sur le plan du contenu, les visiteurs ont salué la variété des accrochages d'Art Paris Art Fair. L'invitation de galeries sud-coréenne a été une très belle initiative du Commissaire-Général Guillaume Piens, qui a souhaité témoigner du dynamisme artistique de ce pays. "La capitale coréenne Séoul figure aujourd'hui parmi les mégalopoles d'Asie les mieux dotées en musées, en centres d'art, en fondations et en galeries." nous expliquait-il dans une récente interview. Autre point qui différence Art Paris de sa grande soeur la Fiac: le mélange étudié de galeries confirmées et émergentes.

Les allées du Grand Palais n'ont pas désemplies pour Art Paris Art Fair 2016 Les allées du Grand Palais n'ont pas désemplies pour Art Paris Art Fair 2016

Au PAD, la qualité n'a cette année encore pas fait défaut. Objets, bijoux, mobilier d'exception: les stands rivalisent de trésors. Ici, les galeries ont leur ligne qu'elles défendent corps et âme avec des pièces d'exception. Si l'ambiance est peut être moins conviviale que dans d'autres salons, le format est idéal et les stands à taille humaine.

Le salon du dessin à la Bourse est quant à lui devenu une institution s'ouvrant chaque année un peu plus aux modernes et Drawing Now, salon du dessin contemporain, est encore monté d'un cran en qualité.

Sur le plan des ventes, celles-ci semblent être pour le moment globalement satisfaisantes. Là encore, nous n'avons pas les résultats définitifs, mais déjà de belles promesses de ventes. Mercredi 30 mars au PAD, Carpenters Workshop Gallery avait déjà vendu une table basse par Wendell Castle pour 90 000 euros. Le trop plein de foires n'a donc pas tué l'envie des acheteurs!

Même si ces salons ont un public très français et même parisien, ils résument bien l'esprit vivant de la capitale.

Commentaires