Hans Hartung, « P1959-123 », signé et daté 59, image ©Galerie Chauve Art moderne, Hans Hartung, « P1959-123 », signé et daté 59, image ©Galerie Chauve

L’événement, tenu lors de la semaine dédiée à l’Art à Paris, prendra possession de l’avenue des Champs-Élysées pour y dresser quatre pavillons éphémères abritant les grandes références de l’histoire de l’art du XXe siècle, mais aussi une remarquable sélection d’artistes contemporains et urbains.

Les galeries sélectionnées pour la foire, près de 110 pour l’édition 2018, répondent aux attentes du marché et proposent chaque année un panorama artistique de plus en plus large. Les exposants ont choisi des œuvres de qualité à la hauteur des attentes du public qui, après onze éditions couronnées de succès, pourra espérer voir une direction artistique très pointue.

Joan Miró, « Paysage animé II », 1976, image ©Galerie Pascual Art moderne, Joan Miró, « Paysage animé II », 1976, image ©Galerie Pascual

Le parcours est agencé avec perspicacité, il s’étend de la place de la Concorde jusqu’à la place Clémenceau, les quatre espaces d’expositions y sont placés face à face, de façon linéaire et assurent aux visiteurs un passage clair et agréable.

Art Élysées, qui s’est d’abord consolidée sur la section de l’art moderne, a relevé avec brio le défi d’enrichir la foire de nouvelles sections, comme le design et l’art contemporain, tout en conservant vitalité et synergie sur l’ensemble du parcours proposé. Les organisateurs tentent, d’année en année, de s’ouvrir un peu plus vers la nouveauté et de rendre Art Élysées indispensable pour tout collectionneur. Ainsi, les sections de design et d’art contemporain urbain ont rejoint l’art moderne et contemporain, et possèdent aujourd’hui leur propre pavillon.

Julien Colombier, « Sans titre (blue) », 2018, image ©Galerie Le Feuvre & Roze Art contemporain, Julien Colombier, « Sans titre (blue) », 2018, image ©Galerie Le Feuvre & Roze

Même s'il était difficile de mêler les sections d’art urbain et d’art moderne, les organisateurs ont jugé que l’art contemporain urbain méritait une place à part entière au sein de l’évènement. Le pavillon qui abritera les représentants de ce mouvement s’adressent à tous les collectionneurs, amateurs ou chevronnés. Parmi les 24 galeries qui composent la section d’art urbain et contemporain, 15 sont dédiées à l’art urbain. Voilà qui devrait donner un bel aperçu cette jeune scène contemporaine et de ses artistes.

PichiAvo, « The Olympic Torch », image ©The Nextstreet Gallery Art urbain, PichiAvo, « The Olympic Torch », image ©The Nextstreet Gallery

Le design, quant à lui, rassemblera 14 galeries. On y retrouvera, à travers une sélection de mobilier et de décors d’intérieurs remarquables, les grands noms du design français, italiens et scandinaves. Il y a deux ans, Art Élysées à également ouvert ses portes (ou plutôt ses pavillons) au design contemporain, et accueillera pour cette année l’Atelier Jespers et la galerie Modern Shapes, tout droit venus de Belgique.

Harry Morgan. « Blue Corner », image ©Modern Shapes Design, Harry Morgan. « Blue Corner », image ©Modern Shapes

Art Élysées est un lieu d’échange et de partage, où les collectionneurs peuvent interagir avec les galeries et les artistes, mais aussi, à l’initiative des organisateurs, avec des institutions, des fondations et des musées. En effet, la foire se démarque par l’inclusion d’expositions inédites, institutionnelles, ou de collections privées. Trois évènements satellites seront donc disséminés dans la foire, au tournant des pavillons A et E, et mettront à l’honneur le peintre Tristan Vyskoc (« Inspire »), la photographe Patricia de Solages (« Keep it wild »), et l’artiste urbain Kongo (« L’Avion »).

Sylvie Mangaud, « Together », image ©Galerie Hegoa Art contemporain, Sylvie Mangaud, « Together », image ©Galerie Hegoa

Avec 20 % de galeries étrangères et 32 % de nouvelles galeries, Art Élysées promet une édition 2018 tout aussi dynamique que les précédentes, et fera cohabiter avec finesse les grandes figures de l’art moderne et contemporain, les pièces de mobilier les plus rares, et les artistes urbains les plus prometteurs.

Rendez-vous du 18 au 22 octobre sur l’avenue des Champs-Élysées.

Commentaires