Lorsque l'on découvre la dernière installation du street artist Banksy, on se croirait presque dans les coulisses du film de Wes Anderson The Grand Budapest Hotel.

Bienvenue au "Walled-Off Hotel", un hotel burlesque situé à la lisière du mur qui sépare Israël de la Cisjordanie. Jouxtant le mur en béton qui sépare les deux territoires, il offre selon son créateur "la pire vue que l'on puisse avoir d'un hôtel".

La vue depuis AFP PHOTO / Thomas COEX La vue depuis une chambre de l'hôtel Walled Off
AFP PHOTO / Thomas COEX

Ce mur de de blocs de béton a été initié en 2002 par Israël pour se protéger des incursions d'une Cisjordanie occupée en pleine vague d'attentats palestiniens. Achevée aux deux tiers, la barrière doit atteindre à terme environ 712 km, selon l'ONU. Elle est régulièrement le lieu de revendications politiques et artistiques.

Dans cet hôtel désenchanté, sept chambres ont été décorées par les oeuvres de Banksy tandis que deux autres sont signées d'artistes palestiniens et canadiens.

L'intérieur de l'hôtel est aménagé avec le même cynisme dont avait preuve Banksy lors de la création de son parc d'attraction parodié Dismaland. Caméras de surveillance, coeur blessé, bataille de polochons entre soldats israélien et palestinien...on retrouve beaucoup d'indices qui rappellent le contexte politique tendu de la région.

"Walled off", qui signifie "coupé par le mur", est un jeu de mot parodiant une chaîne d'hôtels de luxe.

L'hôtel ouvrira ses portes à la clientèle le 20 mars prochain, avec des tarifs débutant à 30 euros la nuit.

Commentaires