La première biennale de l'Antarctique aura pour point de départ Ushuaia, la ville la plus au Sud de l’Argentine.

Le projet, porté par l’artiste russe Alexander Ponomarev, a pour objectif d'initier une réflexion sur le futur du "dernier continent libre", fortement atteint par le réchauffement climatique. En interrogeant l'art et la science, cette biennale d'un nouveau genre entend réinventer notre vision de la création artistique en mouvement.

La première biennale de l'Antarctique se tiendra en 2017 Image: antarcticbiennale.com Image: antarcticbiennale.com

Alexander Ponomarev encourage les jeunes artistes à s'exprimer sur ce terrain totalement nouveau et sans barrière: "L’Antarctique est le dernier continent libre. Il n’appartient à aucun état et, d’après les accords internationaux, il est voué exclusivement à des activités créatives et à des recherches scientifiques, dans l’intérêt de l’humanité. Il est pur, difficile à atteindre, et mystérieux, à l’image de l’art!"

"Le sixième continent ressemble à une feuille de papier blanc, sur laquelle les artistes de différents pays devraient dessiner des nouvelles visions de la vie du 21ème siècle". 

Le comité d’organisation de la biennale de l'Antarctique vient d’annoncer son appel à projet international. Pour y participer, les artistes de moins de 35 ans sont invités à travailler avec n’importe quel moyen (incluant installations ou performances).

Les projets des candidats peuvent avoir lieu à bord du navire d’expédition de la biennale ou en pleine nature, sur la terre, sur l’eau ou sur la glace. Logistique, mobilité, proportions dans l'espace ainsi que souci écologique doivent être pris en compte ainsi que le slogan de la biennale: Mobilis in Mobile.

Image: antarcticbiennale.com Image: antarcticbiennale.com

Ce cadre d'expression artistique insolite, Alexander Ponomarev l'a précisément imaginé: "C’est une biennale ‘à l’envers’ : au lieu des habituels pavillons nationaux – l’inaccessibilité glacée du continent Antarctique. Au lieu d’appartements et de chambres d’hotels pompeux – des cabines ascétiques. Au lieu d’errances créatives chaotiques, à travers des rues remplies de réceptions et de touristes – un dialogue avec la grande nature et une explosion de conscience facilitée par un dialogue avec des scientifiques, futuristes, et visionnaires technologiques."

Image: antarcticbiennale.com Image: antarcticbiennale.com

Le lauréat choisi par le jury aura la chance de participer à un voyage de 12 jours à bord de "l’Akademik loffe research ship" du 27 mars au 7 avril 2017. Il sera accompagné par des scientifiques ainsi qu'un groupe d’artistes renommés (parmi lesquels Tomás Saraceno, Hani Rashid ou encore Matthew Ritchie).

La biennale de l'Antarctique a déjà prévu une réinstallation ultérieure du projet choisi à travers des expositions dans des musées internationaux.

Le processus de candidature en ligne est accessible via le site www.antarcticbiennale.com. Fin des candidatures le 3 octobre 2016. Annonce des finalistes en octobre 2016 et annonce du lauréat en décembre 2016. 

Commentaires