Même si la vente de mobilier, céramiques et décorations du mercredi 9 mai a démarré très doucement, la salle s’est animée à l’arrivée du lot numéro 18, un service en porcelaine de Sèvres commandé par Napoléon 1er lui-même, estimé entre 150 000 et 250 000 dollars.

Image ©Christie's Image ©Christie's

La bataille pour ce lot d’exception a été livrée sous l’œil (et le savoir-faire) de la commissaire-priseuse Gemma Sudlow, qui démarre les enchères à 150 000 dollars. Un petit groupe de connaisseurs commence à enchérir et est rejoint par au moins quatre concurrents opérant par téléphone. Lorsque le service atteint le million de dollars, la compétition se transforme en duel et se poursuit jusqu'à une adjudication finale de 1,8 millions de dollars (environ 1,5 millions d’euros).

Image ©Christie's Image ©Christie's

Le service, en excellente condition, porte l’appellation de « Marly Rouge », il a été commissionné par Napoléon Bonaparte en 1809 au château de Compiègne, pour être livré le 11 octobre de la même année à Fontainebleau. Lorsque l’Empereur est exilé sur l’île italienne d’Elba, il emporte avec lui le précieux service.

Image ©Christie's Image ©Christie's

Les pièces qui le composent sont en porcelaine de Sèvres rouge cuivrée et bleue ciel, illustrées d’abeilles, de papillons, de guêpes et autres insectes volants. Des motifs floraux et des couronnes en or sont également présents sur l’ensemble du service. Certains éléments comportent des ornements atypiques : on trouve par exemple une glacière à tête d’éléphant, des sucriers tête d’aigle, une jatte Hebé, ou encore deux compotiers à pieds dauphins. Des chefs-d’œuvre de la céramique qui ensemble, et selon Jody Wilkie (la co-présidente des Arts Décoratifs à Christie’s), ont raflé le prix record pour un service vendu aux enchères.

Image ©Christie's Image ©Christie's

Image ©Christie's Image ©Christie's

Mais pourquoi cet engouement ?

L’objet rejoint la collection d’Abby Aldrich Rockefeller, épouse de John D. Rockefeller, pour être transmis à son fils Laurance en 1948. À la mort de ce dernier en 2004, c’est son frère David qui rachète le service et le gardera jusqu'à son apparition chez Christie’s.

En plus de la conservation remarquable de l’objet, la riche histoire Napoléonienne, combinée aux noms de Peggy et David Rockefeller ont sûrement joué un rôle dans la flambée du prix. Avec une telle double provenance, pas étonnant que le service s’envole pour six fois son estimation.

Retrouvez notre article sur les records de la vente Rockefeller.

Retrouvez tous les objets liés à Napoléon aux enchères sur Barnebys !

Commentaires