Yamazaki de 50 ans, détenteur du nouveau record pour un whisky japonais, image ©Bonhams Yamazaki de 50 ans, détenteur du nouveau record pour un whisky japonais, image ©Bonhams

Produit dans le cadre d’une série limitée de seulement 50 bouteilles, ce rare whisky serait également la plus vieille expression de Yamazaki disponible. Ce single malt a été vieilli dans des fûts dits « mizunara » (en chêne japonais) cinq décennies durant, avant d’être mis en bouteilles et lancé sur le marché en 2005.

C’est lors d’une vente aux enchères de whiskys prestigieux, organisée par la maison Bonhams à Hong Kong, que l’extraordinaire bouteille s’envole pour 2 695 000 dollars de Hong Kong, soit 267 858 euros, et décroche par la même occasion un nouveau record mondial pour une bouteille nippone.

Image ©Bonhams

Daniel Lam, à la tête du département « Fine Wine and Whisky » de Bonhams Hong Kong, avait anticipé « un très grand intérêt de la part des collectionneurs », et a déclaré que « ce nouveau record du monde pour une bouteille de whisky japonais (seulement quelques mois après avoir établi le précédent), démontre que le marché des enchères pour le whisky single malt se porte très bien ».

La maison de ventes britannique avait, en mai 2018, enregistré le record précèdent avec une bouteille de Karuizawa, 52 ans d’âge, qui avait atteint les 2 450 000 HK$ (272 458 euros).

Image via Pixabay Image via Pixabay

Une excellente opportunité pour les amateurs de mettre la main sur une bouteille issue de l’une des distilleries japonaises les plus prodigieuses, dont la qualité égale celle des grands noms du whisky comme Macallan, Port Ellen ou Ardberg.

Un record certes impressionnant pour 700 ml de boisson maltée, mais insuffisant pour égaler celui du whisky le plus cher du monde : un Macallan Valerio Adami de 60 ans, distillé en 1926, qui a fait tomber le marteau pour 905 230 euros (8,64 millions de dollars de Hong Kong) en mai dernier.

Macallan de 1926, l'étiquette a été conçue par l'artiste Valerio Adami, image via HiComsumption Macallan de 1926, l'étiquette a été conçue par l'artiste Valerio Adami, image via HiComsumption

La France, quant à elle, développe vigoureusement sa production de whisky, et même si sa notoriété n’atteint pas encore celle des flacons écossais ou irlandais, l’Hexagone pourrait bien prendre du galon dans les années à venir.

Image ©FFW - Fédération française de whisky Image ©FFW - Fédération française de whisky

Il faut savoir que la France est aujourd’hui le deuxième consommateur mondial de whisky, avec 200 millions de bouteilles bues chaque année. Et comme il n’est jamais trop tard pour implanter de nouvelles traditions, le nombre de distilleries établies sur le territoire est passé de 4 à 52 en près de 15 ans.

Alors accordez-nous quelques années et, qui sait, peut-être verra-t-on les premières bouteilles de whisky français dans les salles de ventes ?

Retrouvez tous les whiskys actuellement aux enchères sur Barnebys !

Commentaires