William James Glackens, « Café Lafayette (Portrait of Kay Laurell) », (1914), image ©Christie's William James Glackens, « Café Lafayette (Portrait of Kay Laurell) », (1914), image ©Christie's

C’est lors d’une visite cross-atlantique que l’intérêt de Barney A. Ebsworth pour l’art s’éveille, son passage entre les murs de l’emblématique institution parisienne, le Louvre, changera du tout au tout sa perception sur la peinture et stimulera son âme de collectionneur.

Ebsworth (1934-2018) commence son initiation au monde de l’art en 1957, à l’âge de 41 ans, et mettra sur pied l’une des collections privées les plus extraordinaires connues à ce jour. Le collectionneur passe son premier voyage à Paris, d’une durée de trois jours, à arpenter les allées du Louvre, « estomaqué de se trouver au milieu d’œuvres d’art si majestueuses. » Il raconte plus tard son irrésistible envie de « comprendre ces images, les époques dont elles étaient issues, et les artistes qui les avaient créées ».

Charles Sheeler, Cat-walk (1947), image ©Christie's Charles Sheeler, Cat-walk (1947), image ©Christie's

Christie’s aura le plaisir d’organiser la dispersion des biens en novembre prochain. La maison de ventes décrit la collection comme l’une « des plus importantes à apparaître sur le marché jusqu'à ce jour ». Un éloge que l’on ne doit pas tant à la quantité des œuvres qui la composent, mais plutôt à la qualité. Depuis ses débuts de collectionneur, Ebsworth a toujours jeté son dévolu sur des œuvres dignes des plus grands musées, ses acquisitions comptent plusieurs chefs-d’œuvre de maîtres de l’art américain du XXe siècle, comme Hopper, O’Keffee, de Kooning, Pollock ou encore Sheeler.

Edward Hopper, Chop Suey (1929), image ©Christie's Edward Hopper, Chop Suey (1929), image ©Christie's

Artnet révèle que les quelques 85 œuvres qui composent la sélection pourraient s’envoler pour un total de 300 millions de dollars. À titre de comparaison, la vente Rockefeller, tenue en mai dernier, a rapporté plus de 830 millions de dollars, mais pour 1 500 lots.

Parmi les pièces phares de la vente, on retrouve « Chop Suey », une toile d’Edward Hopper estimée à environ 70 millions de dollars, que Christie’s a décrite comme « l’œuvre la plus importante de Hopper encore entre les mains d’un collectionneur privé ».

Willem de Kooning, Woman as Landscape (1954–55), image ©Christie's Willem de Kooning, Woman as Landscape (1954–55), image ©Christie's

L’œuvre de Jackson Pollock « Composition with Red Strokes » sera présentée avec une estimation de 50 millions, tandis que « Woman as a Landscape », signée de Kooning, est évaluée à 60 millions.

« Personne ne commence en tant que collectionneur. Vous achetez quelques pièces que vous aimez, et après huit ou dix, quelqu’un vous dit «  Vous avez une collection remarquable », et là, vous réalisez que vous avez une collection ».

Jackson Pollock, Composition with Red Strokes (1950), image ©Christie's Jackson Pollock, Composition with Red Strokes (1950), image ©Christie's

Edsworth a débuté sa collection avec des prestigieuses œuvres flamandes du XVIIe et des peintures japonaises, avant de se tourner vers l’art moderniste américain suite à conversation avec Charles Buckley, alors directeur du musée de St. Louis. Ainsi, les travaux de Joan Mitchell, Georgia O’Keffee, Franz Kline ou encore Charles Sheeler ont rejoint les murs de sa propriété de Seattle, dont Christie’s s’est d’ailleurs inspiré pour intituler sa future vacation. « An American Place : The Barney A. Ebsworth Collection » est une référence à la demeure du collectionneur, conçue en collaboration avec l’architecte Jim Olson afin de mettre ses œuvres en lumière.

Edsworth dans sa propriété de Seattle, devant Gaston Lachaise, « Standing Woman », 1932, image ©Brian Smale Edsworth dans sa propriété de Seattle, devant Gaston Lachaise, « Standing Woman », 1932, image ©Brian Smale

« En immobilier, on dit que trois choses sont cruciales : l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement. Pour moi, l’art c’était à propos de qualité, de qualité, et de qualité ».

L’exposition de la collection d’Ebsworth débutera à Paris, lors de la Biennale, avant de s’acheminer vers New-York, Hong Kong, Londres, San Fransisco et Los Angeles, et de retourner au Rockefeller Center, où sera tenue la vente évènement.

En attendant, retrouvez tous les lots de Christie’s aux enchères sur Barnebys !

Commentaires