Environ 6 500 lots de toutes catégories (antiquités, armes anciennes, médailles, objets historiques et militaires) passeront sous le marteau de la maison Hermann Historica du 1er au 11 mai 2018. Comme d’habitude, la sélection de chefs-d'œuvre sera très variée et de grande qualité.

Dans la section antiquités, vous pourrez trouver des pièces uniques (dont certaines ont fait partie d’importantes collections) réalisées par les mains expertes de forgerons archaïques. Le lot qui se démarque ici est daté entre les IVème et Vème siècles avant J.C. Ce casque illyrien en bronze est doté de petits cercles gravés qui descendent le long des joues. Le prix de départ s’élève à 12 000 euros. Fait d’une seule pièce, le casque n’impressionne pas seulement par son aspect élaboré pour l’époque, mais aussi par son état de conservation.

Casque Illyrien, image ©Hermann Historica Casque Illyrien, image ©Hermann Historica

Ce brûleur en bronze de l’Empire Seldjoukide, dont le tronc est fait de trois visages identiques, est un exemple remarquable d’artisanat oriental. Faisant face au public et qu’importe le point d'observation, les visages sont finement travaillés et présentent des joues légèrement rebondies, tandis que de fins détails composent les yeux, le nez et la bouche. Les croisements stylistiques de la pièce suggèrent une origine reflétant une époque de tensions entre les cultures Chrétiennes et Orientales. L’objet en excellente condition avec un prix de base de 18 000 euros, sera un bel enrichissement pour quiconque le détiendra.

Brûleur en bronze, image ©Hermann Historica Brûleur en bronze, image ©Hermann Historica

À Nuremberg, dans le célèbre Germanisches Nationalmuseum, il existe une pièce similaire à cette porte Gothique d’intérieur, exécutée vers l’an 1400 dans la même ville. Sur le devant, cette impressionnante œuvre médiévale arbore des bandes en fer jonchées de petits reliefs en forme de rosace. Les plaques de métal montrent alternativement les blasons de Nuremberg, où des lions et aigles héraldiques remplissent les losanges. Un chef-œuvre d’artisanat pour lequel des enchères commencent à 9 000 euros.

Porte médiévale, image ©Hermann Historica Porte médiévale, image ©Hermann Historica

Un travail d’orfèvrerie de haute voltige d’une époque moins lointaine sera présenté avec cette montre signée Ulysse Nardin, modèle astrolabe Galileo Galilei. Avec 21 complications, incluant l'affichage des mois, date, signes du zodiaque, orbites planétaires, éclipses solaires et lunaires, cet objet complexe a été enregistré dans le Guinness des Records comme la montre comportant le plus de mécanismes ajoutés. Un vrai bijou de technologie, pour lequel un nouveau propriétaire devra débourser au moins 19 000 euros.

Montre Ulysse Nardin, image ©Hermann Historica Montre Ulysse Nardin, image ©Hermann Historica

Cette armure de tournoi d’Augsbourg datant de la deuxième moitié du XVIème siècle est méticuleusement pensée et en plus d’être artistiquement exécutée, possède une fonction particulière. Cette armure médiévale se devait de fournir à son occupant la meilleure protection possible et un maximum de mobilité. Les brides protégeaient le corps des attaques tandis que la conception en lames permettait aux joints de se plier. Complétée d’un casque fermé, l’armure est estimée à 25 000 euros.

Armure, image ©Hermann Historica Armure, image ©Hermann Historica

On peut comparer cette épée allemande du début du XVIIème siècle à des exemplaires exposés aux musées militaires de Stockholm et de Paris. Les fins détails argentés sur le pommeau à huit crêtes et le manche se composent de vrilles végétales et de chérubins. La technique de damasquinage aujourd’hui à peine maîtrisée et le travail fin d’artisans du métal, qui élèvent la valeur de la pièce à 14 000 euros, font de cette épée un objet de collection très spécial.

Epée allemande, image ©Hermann Historica

Comme d’habitude chez Hermann Historica, l’offre de lots de Chine, du Japon, d’Inde et d’Afrique est impressionnante, aussi bien en termes de qualité que de diversité. La sélection de lots rares se distingue avec cette virole chinoise aux incrustations dorées et argentées datant de la période des Royaumes combattants, entre les IVème et IIIème siècles avant J.C. Avec un prix de départ de 27 000 euros, la pièce richement décorée et stylisée de têtes d’oiseux a été longtemps documentée pour une collection.

Virole chinoise, image ©Hermann Historica Virole chinoise, image ©Hermann Historica

Les documents qui témoignent des évènements de leurs temps ne sont pas seulement des pièces historiquement importantes. Arborant souvent un design très artistique, ces objets méritent une attention toute particulière. Autographié par le grand Roi Prusse Frederick II, le certificat de donation du « noble couvent séculier de St. Marien zu Minden » datant de 1778 est un document exceptionnel. L’œuvre au texte joliment calligraphié et aux illustrations en couleurs présentant des insignes de l’Ordre est disponible pour 12 500 euros.

Certificat signé par le Roi Frederick II, image ©Hermann Historica Certificat signé par le Roi Frederick II, image ©Hermann Historica

Parmi les trésors de souverains européens se trouve un télescope rétractable gravé d’un monogramme : une couronne royale et une couronne de laurier ornent cet objet qui a servi personnellement au Roi de Bavière Ludwig II (1845-1886). Fait de laiton, ce télescope peut se déployer à une longueur de 55 cm. Une pièce de référence est aujourd’hui gardée dans le Château de Hohenschwangau, d’où le roi observait la construction du Château de Neuschwanstein jusqu’à sa mort en 1886.

Telescope rétractable de Ludwig II, image ©Hermann Historica Telescope rétractable de Ludwig II, image ©Hermann Historica

De grands noms font partie de la sélection d’objets militaires russes. Les lots clés incluent principalement des armes tranchantes d’une rareté considérable. Comme par exemple ce « Pallash » (glaive) daté de 1844 et réalisé à Solingen par P.W. Knecht. Il a été transmis par le Tsar Nicholas 1er de Russie (1796-1856) au Prince George de Hesse-Darmstadt (1870-1856). Les enchères commenceront à 15 000 euros pour ce glaive à la lame à double tranchant et au manche en laiton doré.

« Pallash » (glaive), image ©Hermann Historica « Pallash » (glaive), image ©Hermann Historica

Dignes des grands musées, les médailles et badges d’honneur sélectionnés pourront être présentés aux amateurs et aux spécialistes durant la vente. Parmi ces objets sensationnels se trouve l’Ordre de Sainte-Anne de 1ère Classe, serti de diamants et qui est indubitablement considéré comme l’un des plus grands lots militaires russes à apparaître sur le marché depuis des décennies. La rareté et l’état de conservation impeccable se reflètent dans le prix annoncé. En effet, 30 000 euros devront être offerts pour le set.

Médaille de l'Ordre de Saint-Anne, image ©Hermann Historica Médaille de l'Ordre de Saint-Anne, image ©Hermann Historica

Les rêves les plus fous des collectionneurs d’armes antiques pourront être exaucés. Une paire de pistolets à silex de luxe provenant de l’armurerie du Prince de Lobkowitz sera présentée. Ils ont été réalisés en 1730 dans l’atelier de Prague du célèbre Paul Ignazius, pour être finalisés par le non moins talentueux Franz Matzendorf. 60 000 euros devront être rassemblés pour ces chefs-d’œuvre.

Paire de pistolets à silex de l'armurerie du Prince von Lobkowitz, image ©Hermann Historica Paire de pistolets à silex de l'armurerie du Prince von Lobkowitz, image ©Hermann Historica

La vente aura lieu à Munich du 1er au 11 mai 2018. L’exposition est ouverte aux visiteurs les 26, 27 et 30 avril et le 7 mai de 14h à 18h.

Découvrez tous les objets de Hermann Historica aux enchères sur Barnebys.

Commentaires