ndjs

Dans les années 50, Millares a commencé à faire des collages spectaculaires où il a laissé des couches de l'huile se mélanger avec du sable, des morceaux de bois et de la toile à sac. La toile à sac a été utilisé comme une provocation car Millares a voulu questionner la position actuelle de l'art dans la société. Millares a formé la toile à sac, il l'a recousue, la déchirée et l'a couverte de peinture. Sa destruction est devenue une métaphore des conditions de l'homme et de la vie et les déchirures du tissu pourraient être perçus comme des blessures humaines. Ces oeuvres d'art très abstraites ont donc été faites par une fusion par des différentes matières, une rencontre entre l'ancien et le moderne, entre l'archéologie et le contemporain.

L'art de Manolo Millares est apparu dans le contexte perturbé des événements de la guerre civile espagnole aussi bien que ceux de la Seconde guerre mondiale, comme l'atrocité dans le village Guernica ou les camps de concentration en Europe. En quelques mots, de la guerre, de l'horreur et de l'injustice. Millares a fait de ses oeuvres des porteurs d'hommage mais également des porteurs d'un avertissement adressé à l'humanité. Sa poésie brutale a pu s'exprimer par les matériaux déchirés et le résultat est un rayonnement extrêmement fort qui n'a pas d'équivalent dans l'histoire de l'art post-moderne.

Manolo Millares, Salvador Victo & Elvireta Escobio Manolo Millares, Salvador Victo & Elvireta Escobio

Ses oeuvres d'art respirent un mystère qu'il a créé en utilisant une palette limitée et sombre où les couleurs rouge et noir sont essentielles. Le tableau de Bukowskis, qui est daté en 1959, porte la passion et l'intransigeante caractéristique de Millares où une "explosion" éruptive a été causée par le sable, la toile à sac, le cordon et une couche de peinture. Effectivement, Millares a été très inspiré par les reliques momifiées des premiers habitants des Îles Canaries, "les Guanches", qu'il a vu au musée à Las Palmas.

Le tableau vient d'une des collections les plus centrales de Chicago, Morgon G Neumann Collection. Monsieur et Madame G Neumann ont acheté l'oeuvre en 1961 à la Galerie Daniel Cordier à Paris. Après la mort des époux, leur collection d'objets d'art vaste est passé à leurs enfants qui ont décidé de vendre certaines pièces pour financer les droits de succession. Le tableau "Cuadro 51" a été également présenté aux enchères chez Christie's "Sale Shaler" le 2 mai 1985. Ensuite, l'oeuvre a fait partie d'un collection considérable européenne où il se trouve jusqu'aujourd'hui.

Morton G Neumann était un industriel brillant qui a commencé à collectionner des oeuvres d'art avec sa femme Rose dans les années 40 après un voyage qu'ils ont fait en Europe. Avec passion, aussi bien que des bonnes relations avec les galeristes connus de l'époque comme Pierre Matisse, Daniel Cordier, Henry Kahnweiler et Sidney Janis, le couple est parti en Europe plusieurs fois pour acheter des oeuvres contemporaines mais aussi pour aller voir des artistes comme Pablo Picasso, Fernand Léger et Man Ray. Au fil des années, les enfants de Monsieur et Madame Neumann ont été impliqués dans la collection d'art et une vraie tradition de famille a été créée qui dure depuis trois générations. Des pièces modernes de Rothko, Rauschenberg, Warhol, Liechtenstein, Basquiat et Koons ont été incorporées dans la collection.

Le prix de réserve chez Bukowskis est de 6 à 8 millions couronnes, à peu près 650.000-850.000 €.

Voyez le catalogue dans son ensemble ici !

Commentaires