Anna-Karin Laurell, PDG de Bukowskis Anna-Karin Laurell, PDG de Bukowskis

Que se passe-t-il pour Bukowskis cet automne?

Nous avons le plaisir de présenter de belles et importantes œuvres internationales. Parmi elles, une phénoménale aquarelle par Anders Zorn, une peinture incroyable par Otto G. Carlsund et un ensemble complet de trois prints d'Andy Warhol dans des couleurs exceptionnelles.

Anders Zorn, ”Kapprodd”, (1886), aquarelle Estimation: £616 000 – 770 000  Bukowskis  Vente internationale de cet automne Anders Zorn, ”Kapprodd”, (1886), aquarelle
Estimation: £616 000 – 770 000
Bukowskis
Vente internationale de cet automne

Otto G Carlsund, ”Andra maskinen (Gröna maskinen)” (1926),  Huile sur toile  Estimation: £616 000 – 770 000  Bukowskis Vente moderne cet automne Otto G Carlsund, ”Andra maskinen (Gröna maskinen)” (1926),
Huile sur toile
Estimation: £616 000 – 770 000
Bukowskis
Vente moderne cet automne

Andy Warhol, "Ingrid Bergman"  En vente chez Bukowskis Ensemble complet de trois prints de 1983, chacun signé et numéroté 85/250 Imprimé par Rupert Jasen Smith, New York, publié par la Galerie Börjeson, Malmö. L./S. 96,5 x 96,5 cm. Andy Warhol, "Ingrid Bergman"
En vente chez Bukowskis
Ensemble complet de trois prints de 1983, chacun signé et numéroté 85/250
Imprimé par Rupert Jasen Smith, New York, publié par la Galerie Börjeson, Malmö. L./S. 96,5 x 96,5 cm.

Andy Warhol, "Ingrid Bergman" en vente chez Bukowskis Andy Warhol, "Ingrid Bergman" en vente chez Bukowskis

Andy Warhol, "Ingrid Bergman" en vente chez Bukowskis Andy Warhol, "Ingrid Bergman" en vente chez Bukowskis

Cela fait un an que vous travaillez chez Bukowskis. Quels sont les points sur lesquels votre vision a évolué?

Au début, je pensais qu'il existait un certain type de client pour une maison comme Bukowskis. Au lieu de cela, j'ai découvert qu'il y a toutes sortes de clients et qu'ils sont loin d'être un groupe aussi homogène. Je ne pensais pas que l'intérêt pour l'art, le design et les antiquités serait si important. Il y a tellement de personnes, même des jeunes qui ne sont pas forcément acheteurs, qui viennent ici juste pour regarder et visiter les expositions.

Y-a-t'il autre chose qui vous ait interpellé?

Je suis ici depuis un an, ce qui dans le langage des ventes aux enchères représente deux sessions de ventes, printemps et automne. Je tiens à souligner que la maison est en activité tous les jours 24h sur 24. Absolument tous les jours de la semaine. Bukowskis a son siège dans le centre de Stockholm sur Arsenalgatan, mais les gros revenus proviennent de ce que nous vendons en ligne. Il y a eu une croissance explosive dont nous sommes très fiers. Dans les journaux, nous lisons que la vente à distance a augmenté de 15% et que Bukowskis a observé une croissance de 32%. C'est une énorme augmentation, ce qui est un résultat de clients qui veulent acheter en ligne. En d'autres termes, ce n'est pas nous qui voulons vendre sur internet, ce sont les clients qui ont changé leur comportement d'achat. Tous nos efforts pour vendre en ligne sont une réponse à la pression accrue de la clientèle.

Que pensez-vous des ventes traditionnelles par rapport aux ventes aux enchères en ligne?

Les ventes traditionnelles vivent un changement graduel. L'an dernier, les enchères en direct ont égalé les ventes aux enchères en ligne en termes de revenus. Cette année, les ventes aux enchères en ligne ont pris le relais, tandis que les lots phares, à savoir des objets suédois et internationaux de prestige, continuent à atteindre des prix élevés sur les ventes aux enchères en direct à Stockholm. Cependant, la procédure changera sûrement un peu cet automne. Pour avoir les vraies valeurs en tête, nous devons d'abord terminer l'année 2015. Le changement vers les ventes en ligne a déjà eu lieu. Nous avons pas l'ambition de laisser les enchères en direct grossir, elles sont déjà assez nombreuses.

Y aura-t-il toujours un catalogue imprimé?

Non, nous allons supprimer le catalogue imprimé cet automne. Au lieu de cela, nous présenterons un catalogue en ligne qui fait partie de notre initiative numérique que nous lançons en même temps que notre nouveau site le 1er octobre. À partir de cet automne, il y aura plus aucun catalogues imprimés, mais nous allons continuer avec les impressions sous forme de diverses éditions spéciales. Au lieu des catalogues imprimés auxquels nous sommes habitués, le catalogue numérique contient plus d'images qu'avant. La disposition sera également différente. L'objectif est de satisfaire nos clients avec un catalogue qui est plus facilement lisible, accessible et éducatif. Beaucoup de clients sont bien sûr à l'étranger et ne voient jamais les objets, ce qui explique ce nouveau service, qui sera accompagné de plus de photos, de vidéos et de rapports de conditions. C'est une étape importante, c'est la première étape dans une chaîne de développement numérique encore plus grande.

Voyez-vous un danger dans la rapidité imposée par les ventes aux enchères en ligne? Avez-vous le temps d'effectuer un cataloguing approprié?

Notre force consiste en l'expertise. Il y a une longue tradition de qualité et de connaissance et la maison a bien grandi depuis ses débuts. Nous avons 170 employés à Stockholm, Malmö, Göteborg et Helsinki. Nous avons de bonnes compétences d'évaluation et bien sûr, il s'agit d'une denrée périssable. Il y aura plus d'experts qui feront des vérifications ponctuelles dans le catalogue, heureusement, ils aiment naturellement suivre les évolutions du marché. C'est incroyablement excitant de voir autant de spécialistes passionnés pour les objets. La passion est également une condition préalable pour être un très bon spécialiste.

Quelles expériences de vos précédents emplois pouvez-vous utiliser dans votre nouveau rôle en tant que PDG de Bukowskis?

J'ai travaillé dans le leadership toute ma carrière et j'apporte l'expérience d'avoir travaillé dans le monde de la banque, dans une compagnie d'assurance ainsi que chez un opérateur de téléphonie mobile. Le point commun dans toutes mes activités précédentes, c'est qu'elles ont toutes mis l'accent sur le client dans le secteur des services. C'est cette connaissance du service au client que j'ai facilement pu appliquer chez Bukowskis.

Pourquoi avez-vous décroché ce poste selon vous?

Il faut poser cette question à ceux qui m'ont recrutée.

Quels sont les futurs challenges de Bukowskis?

Travailler avec plus de clarté et de simplicité. C'est une erreur lorsque vous prenez pour acquis que les clients savent comment les choses fonctionnent pour les commissions et les conditions d'enchères. Nous devons travailler avec un service client dédié et augmenter le niveau de toute l'entreprise dans ce domaine. C'est un défi. Nous voyons une tendance vers les consommateurs en ce qui concerne la vente en ligne. Par conséquent, le droit de rétractation, que nous avons introduit plus tôt cette année et qui sera pleinement mis en œuvre à partir du 1er septembre, est une percée pour l'industrie de la vente aux enchères, dont je me félicite. Il doit être aussi facile d'acheter aux enchères que dans une boutique.

Quelle est la force de Bukowskis?

L'expertise collective disponible dans notre maison en forme le noyau. Bukowskis est une entreprise avec une bonne réputation auprès de nombreux professionnels compétents et fiables qui constituent notre pivot. Notre rôle dans les arts et l'artisanat est imbattable.

blog (2)

Quelle est la faiblesse de Bukowskis?

Ce que nous avons déjà mentionné. Nous devons améliorer l'accessibilité et travailler vers la clarté et la transparence -tout en conservant notre tradition- pour freiner le sentiment qu'il semble difficile d'accéder aux enchères. L'été dernier, alors que j'étais sur la côte Ouest, je suis allé faire une promenade avec une de mes amies qui m'a dit qu'ils disposaient d'un immeuble centenaire dans les régions du sud de la Suède appelées Skåne. Elle a vendu ce bien personnel via Lauritz. "Pourquoi ne m'avez-vous pas appelée?", ai-je demandé surprise, mais mon amie m'a répondu qu'il n'y avait pas une belle chose à vendre. Tel est précisément le genre d'idées qui doivent disparaître. La pire réponse qu'un client peut obtenir est que nous ne pouvons pas l'aider à vendre quelque chose et en tant que client, vous devriez pas avoir à vous soucier d'entendre cela.

Y a-t-il quelque chose dans le monde de l'art qui vous ait surpris?

Il ya tellement de passion. Quand une oeuvre d'art doit être accrochée, cela peut créer un drame. C'est une sorte d'engagement que je n'avais pas vu avant. Dans mon emploi précédent, j'ai travaillé à enthousiasmer le personnel, je ne dois plus penser à cela. A la place, je dois parfois freiner l'enthousiasme et aider à prendre conscience que certaines choses ne sont pas des questions de vie ou de mort. L'avantage est qu'il est beaucoup plus facile de travailler avec une équipe positive, et c'est plus amusant au quotidien.

Interview par Sofia Silfverstolpe.

Commentaires