Les six premiers mois de cette année se sont révélés fructueux pour les maisons de ventes parisiennes et françaises. À coups de découvertes insolites et de ventes évènements, les leaders du marché enregistrent une nette progression par rapport à l’an passé et pour la plupart, se réjouissent des chiffres prometteurs de ce début d’année.

1. Sotheby’s

À la première place, on retrouve Sotheby’s, qui réalise le meilleur semestre de l’histoire de Sotheby's France, avec 127 millions d’euros. C’est une augmentation de 32 % par rapport au premier semestre de 2017, avec 17 ventes records et 24 % de nouveaux acheteurs. Un succès que la maison doit à plusieurs facteurs, comme la vente phare du vase « Yangcai », adjugé pour 16,2 millions, mais aussi à la réussite de ses ventes d’Art contemporain, de Design et d’Art Moderne.

Image ©Sotheby's Image ©Sotheby's

Si le produit total de la vente d’Art asiatique de Sotheby's France en juin a atteint les 30 millions d’euros, soit trois fois plus que les résultats de 2017, le Vase Impérial « Famille Rose » en représente plus de la moitié. En effet, ce vase retrouvé dans le grenier d’une maison française il y a quelques mois a fait quelques sensations parmi les experts, avant de trouver preneur pour 16,2 millions d’euros, un record absolu pour une porcelaine chinoise vendue au sein de l’hexagone, mais aussi dans l’histoire de Sotheby’s France.

Vente d'art contemporain, l'œuvre de Kazao Shiraga s'envole pour 8,7 millions d'euros, image ©Sotheby's Vente d'art contemporain, l'œuvre de Kazao Shiraga s'envole pour 8,7 millions d'euros, image ©Sotheby's

La vente d’Art contemporain tenue à Paris le 6 juin se démarque avec une progression de 43 % par rapport aux chiffres de l’an passé. Avec 45,5 millions d’euros au compteur, Sotheby’s enregistre un record pour une vente d’Art contemporain sur le sol français.

Côté Design, la maison annonce 11,6 millions d’euros, un produit total qui vient se placer comme un record absolu pour une vente de ce type jamais enregistré en Europe.

Image ©Sotheby's Image ©Sotheby's

La progression la plus impressionnante est de 75 %, et c’est l’Art moderne qui en fait l’objet. Sotheby’s France déclare que sa vente d’Art moderne et d’œuvres sur papier a comptabilisé 18,3 millions d’euros, mais aussi 11 nouveaux records pour un artiste et un dessin d’artiste, notamment grâce à la collection d’Isabelle et Christian Adrien.

La filiale RM Sotheby’s, quant à elle, a décoché 23,7 millions d’euros à Paris en février dernier, une vente boostée par la présence d’une Bugatti Chiron de 2017.

Image ©RM Sotheby's Image ©RM Sotheby's

2. Artcurial

Avec 188 millions d’euros pour ce semestre, la maison Artcurial confirme une hausse de 27 % par rapport à 2017. Des chiffres très satisfaisants qui font monter la maison française sur la deuxième marche du podium, et qui selon Carnet du Luxe, seraient le résultat de plusieurs ventes évènements.

Vente du mobilier du Ritz Paris, image ©Artcurial Vente du mobilier du Ritz Paris, image ©Artcurial

On se souvient de la vente du mobilier du célèbre Ritz Paris en avril dernier, qui avec 7,3 millions, décroche un nouveau record absolu pour la dispersion du mobilier d’un hôtel de luxe. Un chiffre qui ne représentent peut-être pas la majeure partie du produit final de ce semestre, mais l’évènement seul a suffit à renforcer la réputation de la maison de ventes.

Image ©Artcurial Image ©Artcurial

Les deux autres facteurs de cette hausse sont incontestablement la vente Rétromobile tenue en février 2018, avec près de 31,8 millions d’euros, ainsi que l’adjudication d’un Van Gogh s’élevant à 7,1 millions d’euros.

3. Christie’s

En troisième place, on retrouve Christie’s France avec un produit total de 99,8 millions d’euros. Même si la maison enregistre neuf records mondiaux et réalise 5,3 millions d’euros pour la vente en gants blancs de la Collection Hessel, elle est quelque peu en retrait par rapport à sa performance de 2017. Un phénomène qui s’explique, selon le CVV (Conseil des Ventes Volontaires), par la dispersion de l’importante collection d’Hubert de Givenchy en 2017 (pour 27,6 millions d’euros), mais aussi par une offre d’Art contemporain moins riche que l’année dernière.

Vente d'arts d'Afrique et d'Océanie, statue fang ayant appartenu à Paul Guillaume, adjugée pour 2,632,500 euros, image ©Christie's Vente d'arts d'Afrique et d'Océanie, statue fang ayant appartenu à Paul Guillaume, adjugée pour 2,632,500 euros, image ©Christie's

D’un autre côté, les résultats du département des arts d’Afrique et d’Océanie ont cumulé 16,4 millions d’euros en seulement trois ventes, un chiffre prometteur qui, comme l’espère Christie’s, donnera le ton pour la dispersion de la collection de Juan de Beistegui, prévue le 10 septembre prochain.

Ces trois leaders représentent 76 % du montant des ventes du top 10 de ce semestre, et comme en 2017, le taux d’invendu reste inférieur à 27 %.

Sur le reste du marché français, on retrouve Aguttes, qui grâce à la belle réussite des Ventes Aristophil, enregistre un total de 30 millions et se place comme 4ème maison de ventes française, comme le confirme leur rapport.

Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes

Avec trois enchères millionnaires, la maison peut se réjouir d'une augmentation de 44 % par rapport au premier semestre de 2017, un succès principalement du à la vente évènement d’un squelette de dinosaure à la Tour Eiffel (2 019 680 euros) et bien sûr, aux vacations dédiées aux Collections Aristophil, qui à elles seules, représentent 17,6 millions d’euros.

Également marquant pour ce début d’année chez Aguttes, la création d’un département Design, qui accueillera sa prochaine vente le 24 septembre 2018.

Tajan ne se situe pas loin derrière avec 19,5 millions d’euros, notamment grâce à ses Ventes de Prestige, dispersées en plusieurs vacations du 19 au 29 juin.

Osenat, maison hôte des célèbres ventes « L’Empire à Fontainebleau » et spécialiste des souvenirs historiques, cumule 13,7 millions d’euros, un résultat qui devrait encore s’améliorer avec les ventes d’automne, et particulièrement avec la session « Automobiles de collection », prévue pour le 20 octobre prochain.

Vente « L'Empire à Fontainebleau », image ©Osenat Vente « L'Empire à Fontainebleau », image ©Osenat

On note également la performance de la maison Millon, avec 19 millions, celle de Ader, 16,5 millions, et enfin Binoche & Giquello, avec 13 millions d’euros.

Au 1er juillet 2018, le CVV a rapporté que le montant total des ventes s’élevait à 363 millions d ‘euros pour 345 vacations, soit une progression de 6,7 % par rapport à l’année dernière, puisque le premier semestre 2017 a comptabilisé 340 millions d’euros. En tout, la France a accueilli 49 enchères millionnaires au cours du premier semestre, tous secteurs confondus, pour un montant total de 149 millions d’euros.

Des résultats encourageants certes, mais les ventes aux enchères de cette fin d’année semblent cruciales pour permettre aux acteurs du marché français de surpasser les chiffres de 2017.

Commentaires