La session d'enchères de Dorotheum commence par la vente d'argenterie le 22 novembre à 13h. Le même jour, la première partie de la vente d'art contemporain se déroulera à 18h. Le 23 novembre sera consacré à l'art moderne à partir de 17h. Le 24 novembre, la deuxième partie de la vente d'art contemporain aura lieu à 18h. Avant cela, la vente aux enchères de bijoux et de montres débutera à 15h. Elle se poursuivra le 25 novembre à 16h et achèvera en beauté cette folle semaine d'enchères.

Toutes les expositions publiques commenceront le 12 novembre et prendront fin le jour de la vente aux enchères.

Art Contemporain

Commençons par cinq œuvres de la vente d'art contemporain, mises aux enchères en l'espace de deux jours. C'est un véritable hommage à d'importants artistes contemporains du monde entier, dont Andy Warhol, Christo, Damien Hirst, Jörg Immendorff, Gerhard Richter ou encore Paolo Scheggi dont le bleu intense a retenu notre attention.

Ci-dessous, Robert Longo nous offre une belle vue de notre planète. Ce qui ressemble d'abord à une photographie tirée est en réalité un dessin au fusain qui reproduit la terre avec une précision et un réalisme incroyables.

Günther Uecker est bien représenté puisque cinq de ses œuvres seront proposées aux enchères. L'oeuvre ci-dessous est la 30ème partie d'un objet de 30 mètres de long qu'Uecker a fracassé en 30 pièces au cours de son projet "Raum zerteilter Vorstellung". N ° 30 est le bord extérieur droit de l'objet d'origine.

L'oeuvre suivante est un travail conjoint du photographe Gianfranco Gorgoni et de l'artiste Robert Rauschenberg. Rauschenberg a retravaillé avec l'image de Gorogni. La pièce a fait partie de l'exposition "Altered Images" en 1988 à New York.

Enrico Castellini est un artiste peintre italien de l'art conceptuel. Après avoir étudié à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, il revient en Italie et s'intéresse à l'avant-garde. L'effet de lumière et d'ombre de son travail monochrome a été réalisé par l'utilisation d'un pistolet à clous qui créé une surface en relief sur la toile.

Art Moderne

Tout aussi impressionnante, Dorotheum propose une belle sélection d'œuvres d'art modernes, rassemblant de grands noms comme Max Ernst, Conrad Felixmüller, Giorgio de Chirico ou encore Wifredo Lam.

Le point culminant de la vente aux enchères sera probablement l'œuvre "Fleurs" de Marc Chagall, qu'il peint après avoir quitté son foyer russe en 1923. Ayant déménagé à Paris, c'est un monde d'art totalement nouveau qui s'ouvre à lui. Malgré son sujet, "Fleurs" ne doit pas être considéré comme une nature morte.Les bourgeons colorés, qui ressemblent à des visages, exsudent la gaieté et l'énergie qui symbolisent la nouvelle vie de Chagall, marqué par l'espoir. Ce n'est pas sur la technique de peinture qu'il faut ici s'attarder mais plus sur les couleurs.

Le toile "Fille peignant ses cheveux" est signée Karl Hofer. Entre 1933 et 1945, ce peintre expressionniste a été injustement opprimé par le régime national-socialiste. Ainsi, il fut privé de son poste de professeur à la Hochschule der Künste de Berlin au début de 1933, ce qui ne l'empêcha pas de développer ses talents artistiques.

"Prélude à une sérénade" est peint par Paul Klee peu de temps avant sa mort en 1940. Cette période correspond à un énorme élan créatif de Klee qui considère même un bout de papier usé comme support d'une oeuvre.

Francis Picabia n'est pas seulement peintre et graphiste mais aussi écrivain. Il a fondé à Barcelone le magazine Dada 391 publié de 1917 à 1924. Le centre de sa vie, cependant, était Paris, où il est né en 1879. Son père n'était autre qu'un membre aristocratique de l'ambassade cubaine.

Giacomo Balla a été l'un des plus importants représentants du futurisme, un mouvement d'avant-garde qui a ses racines en Italie. Le fondateur du mouvement fut Filippo Tommaso Marinetti, qui décrivit ses principes en 1909 dans son Manifeste futuriste. Le futurisme a pris fin avec la mort de Marinetti en 1944.

Argenterie

Après tout cet art moderne et contemporain, nous ferons enfin un voyage aux enchères des bijoux et de l'argenterie.

Ces quatre pièces ont été produites à Paris avant d'être importées en Russie. Elles faisaient partie de l'ameublement du palais d'Anitchov à Saint-Pétersbourg alors habité par le tsar Nicolas I (1796-1855).

Bijoux

Pour une fin couronnée, ces trois diadèmes devraient enchanter le public. Le premier a été conçu dans le style d'un Kokoschnik, un bijou de tête que les femmes du nord de la Russie portaient du 16ème au 19ème siècle. Le deuxième présente des étoiles qui peuvent être portées individuellement comme des broches. Le troisième diadème peut également être utilisé de plusieurs façons, comme un collier ou en trois broches.

Retrouvez Dorotheum sur Barnebys.