L'avant-garde de l’Europe d'après-guerre s'était fixée pour principal objectif d'utiliser la forme pure et de développer un nouveau langage artistique qui permettrait de rompre avec ce qui avait déjà été produit auparavant.

En Allemagne, c’est surtout le groupe d’artistes de Düsseldorf, ZERO, fondé en 1958 par Otto Piene et Heinz Mack, qui poursuit dans cette voie. En 1961, Günther Uecker s’est placé comme l’un de leurs principaux représentants, il s’est fait connaître avec ses peintures « à clous » finement composées. L'œuvre  illustrée ci-dessus date de 2012-13 et constitue l’un des points forts de la vente d'art d'après-guerre et contemporain de Dorotheum, qui ouvrira sa semaine de ventes le 27 novembre.

En Italie, c’est l’artiste Carla Accardi, l’une des fondatrices du Gruppo Forma 1 de 1946 qui, à l’instar de l’avant-garde allemande, a relevé le défi d’abandonner toute création préexistante. Accardi développe une esthétique très personnelle, qui présente des formes pures et des surfaces planes apposées sur un fond généralement monochrome.

À ses débuts, le plasticien français Bernar Venet se tourne naturellement vers l'exploration de nouveaux matériaux. Il réalise des toiles recouvertes de goudron, ainsi qu'une étrange sculpture consistant en un tas de charbon posé à même le sol, qui rencontrent un certain succès et lui ouvrent les portes de la scène artistique. Son goût pour le raisonnement mathématique et l’expérimentation le conduit à ce qui sera bientôt l’art conceptuel. Il se rend à New-York en 1966 sous les conseils d’Arman, avant de s’y installer définitivement quelques mois plus tard. L’œuvre présentée à la vente est la maquette de l’œuvre monumentale 84 Arcs/Disorder, commissionnée par l’association marseillaise « L’art prend l’air » pour le parc du Palais du Pharo.

Au cours de sa carrière, Alberto Burri a développé sa propre interprétation de l’Informel en utilisant divers matériaux, tels que le bois, les sacs, le fer ou, comme dans le cas de l’œuvre Celotex, un matériau isolant fabriqué à partir de matières organiques compressées. Après l’application d’une couche de peinture de pastose, Burri a procédé à une analyse et une modification de la surface.

Outre ces quelques artistes, les œuvres de plasticiens internationaux ponctueront la vente, dont Alex Katz et Tom Wesselmann des États-Unis, Victor Vasarely de Hongrie et Julije Knifer de Croatie. L’Autriche, pays hôte de la vente aux enchères, est représentée par Hans Staudacher, Arnulf Rainer, Alfons Schilling, Hans Bischoffshausen et Maria Lassnig.

La deuxième partie du catalogue d’art d’après-guerre et contemporain sera dispersée le 29 novembre, tandis que l’art moderne entrera en salle le 28 novembre.

Marc Chagall pose ses valises à Paris en 1910 et découvre la richesse de la production avant-gardiste, il ne tarde pas à se rapprocher d’artistes et d'écrivains russophones, tels que Blaise Cendrars ou Apollinaire. Chagall s’inspire du fauvisme et du cubisme et bâti son œuvre sur l’usage d’une couleur pure et gaie, ainsi que sur une déconstruction de l’objet. Dorotheum présentera deux lithographies datées de 1962 et 1967, qui témoignent de sa liberté dans l’utilisation des couleurs, qui a longtemps fasciné ses contemporains, et notamment Robert Delaunay.

Lorsque l’on observe les épaisses lignes noires typiques du travail de Bernard Buffet, il est clair que l'artiste n'était pas seulement un peintre, mais avant tout un excellent graphiste. La manière dont Buffet a appréhendé la période d'après-guerre était quelque peu différente de celle des autres artistes. Pour lui, la figure humaine reste un élément central, mais sa vision du monde devient austère, il représente les aspects crus de la vie aliénée d’après-guerre, ses personnages sont des témoins de la souffrance endurée lors de cette sordide période de l’histoire. Dans le cas présent, Buffet prend son épouse Annabel pour modèle et la représente, en contraste avec ses autres sujets morbides, dans un cadre coloré et arborant un costume de toréador.

Cette baigneuse du grand impressionniste Pierre-Auguste Renoir est représentée à coups de pinceau souples et dans une harmonie de couleurs étonnante, compte tenu du petit format de l’œuvre. Cette œuvre de 1915-1919 est attribuée au travail tardif de Renoir, alors que l'artiste luttait contre les symptômes de l'arthrite, mais poursuivait sa passion avec une ardeur et des compétences techniques soutenues.

Outre les œuvres de Carl Moll et Giorgio de Chirico, la figure en bronze de l’éminent sculpteur autrichien Fritz Wotruba sera également proposée à l’encan, ainsi qu’une exceptionnelle toile de Henri « Le Douanier » Rousseau.

La semaine de ventes se terminera le 30 novembre avec une session dédiée aux montres-bracelets et montres de poche. Voici un aperçu du calendrier :

27 novembre, 18h - Contemporary Art, part II

28 novembre, 14h – Jewels

28 novembre, 17h – Modern Art

29 novembre, 17h – Contemporary Art, part II

30 novembre, 16h – Wrist and pocket watches

Les enchères se tiendront au Palais Dorotheum à Vienne.

Découvrez tous les lots de Dorotheum sur Barnebys !