Charles et Ray Eames, image ©Studio Eames

En plus d’avoir fortement contribué à la démocratisation de leur discipline, les Eames ont tenté de rendre leurs créations plus accessibles grâce à une approche moderne et industrielle, et notamment grâce à l’utilisation de matériaux innovants comme le contreplaqué ou l’aluminium. Sans pour autant négliger le marché du luxe, ils considéraient que les innovations scientifiques et technologiques devaient être mises à la portée du plus grand nombre, et c’est pour cette raison que leur pratique s’est axée sur la recherche et la production de masse. En s’aidant de leur expérience dans le milieu du cinéma, acquise lorsqu’ils ont conçu divers décors dans les années 1940, ils ont également réalisé plusieurs films éducatifs, en parallèle de leur carrière de designers.

La rencontre

Né le 17 juin 1907 à Saint-Louis, dans le Missouri, Charles Eames Jr. se lance dans des études d’architecte en 1925 à l’université de Washington, mais interrompt son cursus pour voyager en Europe, où il découvre notamment les premières créations del’allemand Ludwig Mies van der Roheainsi que le travail de Le Corbusier, père de « l’unité d’habitation ». De retour à Saint-Louis, il ouvre son cabinet en 1930 et collabore essentiellement avec l’architecte d’origine finlandaise Eliel Saarinen, arrivé aux Etats-Unis quelques années plus tôt.

Charles Eames, image ©EamesOfiice.com

En 1938, Eames est invité à reprendre ses études d’architecture à l’Académie des arts de Cranbrook, un établissement alors présidé par Saarinen. Au cours de ces quelques années de cursus supplémentaires, il a contribué à créer la Cranbrook Kingswood School, un équivalent américain de l’école du Bauhaus en Allemagne. Venu à l’Académie pour approfondir ses connaissances en architecture et en urbanisme, Charles y devient un professeur de design industriel et croise la route de Ray Kaiser, une étudiante en peinture abstraite.

Ray Kaiser, image via The Mercury News Ray Kaiser, image via The Mercury News

C’est cette rencontre qui déterminera la suite de sa carrière et de son œuvre puisque la jeune élève, originaire de Sacramento en Californie, décide de faire équipe avec le designer idéaliste et inventif, qu’elle épousera en 1941 et auquel elle donnera deux enfants.

Guerre et industrie

Le couple s’installe ensuite à Venice, près de Los Angeles, et commence à travailler pour l’industrie du cinéma. Ils travaillent principalement sur la conception de décors pour les productions de la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM) et explorent à cette occasion de nouvelles techniques de moulage et de pliage des matériaux.

Image via Mezzanine Image via Mezzanine

Avec l’entrée en guerre des Etats-Unis, Charles et Ray Eames sont sollicités par la Navy pour leurs travaux et leurs recherches sur le contreplaqué et la fibre de verre. Ils vont ainsi contribuer à la fabrication d’attelles, de brancards, et même de pièces de fuselage pour des planeurs, et découvrent au passage la production de masse, un concept qu’ils chercheront par la suite à transposer dans l’univers de leurs meubles.

Image ©Studio Eames Image ©Studio Eames

Créée sous le coup de cette dynamique, leur société, Evans Product, peine pourtant à trouver sa clientèle, et c’est sous l’enseigne Herman Miller Inc., un fabricant de meubles et de matériel de bureau basé dans le Michigan, que leurs créations vont être distribuées à partir de 1946, pour connaître un rapide succès auprès des classes américaines moyennes et aisées.

Améliorer la société

Inspirés de sources aussi inattendues qu’une chips ou un gant de baseball, les chaises et fauteuils Eames cherchent à épouser les formes du corps humain. Les deux designers redoublent de créativité et explorent l’usage du contreplaqué, de l’alu, du fil d’acier, du plastique et d’autres matériaux utilisés en aéronautique pour tendre vers toujours plus de confort, de souplesse et de flexibilité.

Chaise Lounge LWC, image via Blender Market Chaise LWC, image via Blender Market

Avec son assise séparée du dossier, la chaise dite Lounge Chair Wood (ou LCW) est sans doute leur modèle le plus célèbre, mais aussi une indéniable réussite commerciale avec plusieurs millions d’exemplaires vendus, ouvrant la voie à de multiples déclinaisons. Éditée à partir de 1956, l’Eames Lounge Chair, qui se propose de démocratiser le siège de détente, atteint elle aussi des sommets, avec six millions d’exemplaires vendus aux quatre coins de la planète. Pour le couple Eames, le design a surtout vocation à améliorer la société et à mieux comprendre le monde.

Eames Lounge Chair, image ©Herman Miller Eames Lounge Chair, image ©Herman Miller

La maison en préfabriqué

C’est dans cette optique que Charles et Ray participent au programme « Case Study Houses », lancé à partir de 1945 sur une idée du rédacteur en chef du magazine Arts & Architecture, John Entenza. Le principe : imaginer et bâtir des maisons fonctionnelles et économiques, aisément reproductibles, en utilisant les techniques de préfabrication et les matériaux industriels de l’époque, voire des matériaux de récupération.

Maison Eames, Case Study House 8, image ©Eames Office Maison Eames, Case Study House 8, image ©Eames Office

La maison conçue par Charles et Ray Eames (la n°8) dans le quartier Pacific Palisades de Los Angeles est présentée en 1949. Sa structure simple et légère s’inspire de l’architecture traditionnelle japonaise, elle reste une référence dans le domaine de la construction en préfabriqué : l’ossature en acier a été installée en moins de 90 heures…

Touche-à-tout

Outre leurs meubles résolument modernistes (chaises, fauteuils, tables, porte-manteaux…) et leur architecture, les Eames excellent aussi dans la fabrication de jouets, le graphisme, la photographie, le cinéma et les installations multimédias (comme le prouve leur dispositif multi-écrans développé en collaboration avec Hollywood et IBM au cours des années 1960).

Image via Pinterest Image via Pinterest

Leurs films, à vocation pédagogique, parfois propagandiste, voire expérimentale, traitent non seulement de leurs sujets artistiques et scientifiques de prédilection, mais également de politique dans le sens originel et noble du terme, annonçant la société d’information et le pouvoir des images.Charles Eames décède d’une crise cardiaque à Saint-Louis en août 1978, son épouse Ray meurt dix ans plus tard à Los Angeles. Leur œuvre protéiforme est aujourd’hui indissociable de leur vision d’un art à échelle industrielle.

Image via Pinterest Image via Pinterest

Une partie de leur collection est conservée par le Vitra Design Museum, à Weil-am-Rhein,à la frontière suisse-allemande. Vitra, le fabricant de meubles établi près de Bâle, assure toujours la production et la diffusion des pièces les plus intemporelles signées Eames.

Découvrez tous les objets Eames aux enchères sur Barnebys !

Commentaires