Image via Fubiz

L’œuvre représente un enfant emmitouflé dans des vêtements d’hiver, une luge à ses pieds, ouvrant les bras et tirant la langue pour essayer d’attraper les flocons de neige qui semblent tomber du ciel.

De l’autre côté du mur, une poubelle embrasée relâche une épaisse fumée noire et une pluie de cendres, révélant l’origine des « flocons de neige » s’abattant sur l’enfant.

Ian Lewis, le propriétaire du garage, a déclaré avoir vu l’œuvre pour la première fois sur Facebook. Lewis est employé chez TATA Steel, une multinationale indienne spécialisée dans la production d’acier possédant des usines à l’international. La pollution de l’air à Port Talbot est un sujet sensible qui a été reporté à plusieurs reprises dans la presse, et comme Lewis l’a suggéré, c’est probablement la raison pour laquelle Banksy a choisi le petit village.

L’artiste a bien confirmé être l’auteur de l’œuvre sur son compte Instagram : une vidéo, prenant pour bande sonore la chanson enfantine « Little Snowflake » montre le graffiti en commençant par l’enfant, révèle la poubelle enfumée, et se termine sur un plan de l’usine de TATA Steel surplombant la ville. La simple légende « Season’s Greeting » accompagne le post.


View this post on Instagram

. . . . Season’s greetings . . .

A post shared by Banksy (@banksy) on

Dès la confirmation de la paternité de l’œuvre, les membres du conseil de la ville ont contacté Ian Lewis afin de mettre en place un dispositif de protection autour du garage, tout en laissant le graffiti visible à la foule de curieux. Avec une telle agitation autour de sa propriété, Lewis a en effet déclaré ne pas avoir dormi pendant deux jours, et a ajouté que c’était « une œuvre incroyable. C’est une bonne chose pour la ville et je veux seulement la protéger, elle est là pour tout le monde ».

Nul besoin de chercher longtemps avant de trouver quelqu’un soit mécontent de la mauvaise qualité de l’air à Port Talbot. Beaucoup se sont plaints des résidus et de la poussière relâchés par les usines environnantes, qui mettent la santé des résidents en danger, et salissent leurs habitations. Il est dit que l’intervention de l’artiste est en fait une réponse à un message qui lui avait été envoyé en août par un utilisateur Instagram, qui se plaignait des conditions dans lesquelles vivaient les locaux. « Peux-tu faire quelque chose à Port Talbot, les usines produisent beaucoup de poussière chaque jour et les résidents en ont marre. TATA est propriétaire des fabriques et n’en a rien à faire, des goélands avec des masques à gaz me viennent à l’esprit… ».

(Image: Jonathan Myers)

Gary Owen, l’auteur du message et habitant de Port Talbot depuis 54 ans, s’est dit choqué en découvrant l’œuvre, et pense que son message Instagram a bien été vu et pris en compte par l’artiste. « Je pense que c’est incroyable pour les gens de Port Talbot, que quelqu’un d’aussi renommé que Bansky fasse une telle chose ».

La presse locale a également relaté qu’un individu en état d’ivresse aurait tenté de s’en prendre à l’œuvre, abatant les barrières de sécurité autour du garage, avant d’être chassé par les autorités. Suite à l’attaque, les membres du conseil ont placé une vitre protectrice devant le mur, l’œuvre a été placée sous surveillance constante, tandis que la mairie fait son possible pour gérer le flux de visiteurs le plus paisiblement possible.

Image ©Robert Melen Image ©Robert Melen

Le maître du Street art a encore frappé, et TATA Steel ne s'est pas encore exprimé.

Retrouvez toutes les œuvres de Banksy actuellement aux enchères sur Barnebys !

Commentaires