Issu d’une famille d’industriels aisés, Christian Dior a certainement bien fait de couper court à ses études de sciences politiques lorsqu’il était étudiant. Il faut dire que ce n’était pas son vœu, mais celui de sa mère, qu’il aimait tant, et de son père, un entrepreneur de fertilisants, qui rêvait que son fils devienne diplomate. Sauf que le jeune homme avait un tout autre dessein. Lui, ce qu’il souhaitait, c’était devenir architecte et fréquenter les milieux artistiques parisiens. Il abandonne donc ses études et (sans diplôme) part à la conquête de Paris, et de sa vie…

Christian Dior Christian Dior

Gloire et beauté

Né en 1905 dans le nord de la France, Christian Dior a commencé à travailler en 1923 en ouvrant sa première galerie d’art. Jusqu’en 1929, les choses se passent relativement bien pour lui. Il hante un peu les coulisses de la couture, rencontre des artistes comme le poète Max Jacob ou encore Jean Cocteau, et met peu à peu à profit ses réseaux naissants pour vendre ses premiers croquis de mode, notamment à des magazines spécialisés et de grandes maisons comme Nina Ricci ou Balenciaga. Pendant la Grande Dépression, il n’a par contre pas d’autres choix que de mettre la clé sous la porte. Il repart donc de zéro, devient un temps illustrateur pour Le Figaro Illustré, avant de servir la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Christian Dior, La Veste Bar, 1947 Christian Dior, La Veste Bar, 1947

Sa carrière publique va réellement démarrer après la Libération, en 1947. Doté d’une sensibilité exquise et des faveurs financières de Marcel Boussac, dit « le roi du coton », Christian Dior lance cette année-là sa propre maison de couture à travers une première collection estivale qui gardera le nom de « Nouveau look ». Remarquée pour ses grandes jupes amples et gonflées (coupées à mi-mollaet avec des froufrous et une taille cintrée) ses premières créations viennent clairement bousculer les codes de la mode. En plus de respirer la féminité et l’avant-garde, elles marquent l’espoir de jours meilleurs auxquels aspirent la population française. C’est cette même année que le créateur lance sa première fragrance, Miss Dior, qui va enivrer le monde à la vitesse de la lumière.

Publicité de 1955 pour Miss Dior, design par René Gruau Publicité de 1955 pour Miss Dior, design par René Gruau

Christian Ier

Fruit d’une vocation tardive, la première collection de Dior va signer pour lui le début de la gloire et de la fortune. Dès l’année suivante, sa maison ouvre ses salons sur la 5e avenue de New-York et met la concurrence à distance. Pendant les années 1950, Christian Dior s’attache à créer un look complet en déclinant ses inspirations dans des vêtements, des chapeaux, des accessoires et des parfums. Sa volonté est également que chaque nouvelle création démode la précédente.

Christian Dior, robe du soir et manteau, 1953 Christian Dior, robe du soir et manteau, 1953

Premier couturier à faire la couverture du Time, il pèse rapidement la moitié des exportations de la couture française et gagne les attentions des grandes actrices de l’époque qui sont sous le charme du style Dior : Marilyn Monroe, Rita Hayworth, Marlène Dietrich… Cette dernière ira même jusqu’à imposer de porter du Dior à chacun de ses producteurs, avec cette réplique restée dans les annales : « No Dior, No Dietrich ».

Marilyn Monroe en Christian Dior Haute Couture, photographie par Bert Stern, pour Vogue 1962 Marilyn Monroe en Christian Dior Haute Couture, photographie par Bert Stern, pour Vogue 1962

Travailleur obstiné, Christian Dior ne compte pas ses heures et finit par tomber malade. En 1956, il quitte le milieu, se retire dans un château et commence à écrire ses mémoires. Il meurt l’année suivante d’une crise cardiaque en Italie. C’est d’abord Yves Saint Laurent qui assurera sa succession. Il sera par la suite remplacé par Gianfranco Ferré, Marc Bohan, et plus récemment par John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri, à qui il revient aujourd’hui le privilège de garder haut dans le ciel l’étoile Dior.

Image ©Dior.com Image ©Dior.com

Une affaire avant tout

Mythique aux yeux de tous, la maison ne s’est d’ailleurs jamais aussi bien portée que depuis le début des années 2010. Un peu plus de 70 ans après sa fondation, elle compte un peu plus de 70 000 employés à travers le monde et jouit toujours d’une image luxueuse et sophistiquée, mais un tantinet rajeunie par rapport au siècle dernier, notamment grâce à l’arrivée des derniers directeurs artistiques. Sa percée remarquable sur le marché asiatique joue également, au même titre que ses collaborations fructueuses avec des égéries toutes plus glamour les unes que les autres (Marion Cotillard, Monica Bellucci, Charlize Theron, Sharon Stone, Natalie Portman, Jennifer Lawrence, etc.).

Actuellement, la marque Dior est placée sous le contrôle de la famille Arnault (qui contrôle elle-même 40,9 % de LVMH) et est présente dans la maroquinerie, la haute-couture, le prêt-à-porter femme et homme, la joaillerie et les souliers. Elle compte près de 200 magasins à travers le monde et a réalisé un chiffre d’affaire de 1,94 milliards d’euros pour une marge opérationnelle de 13,1 % en 2016.

Marion Cotillard pour Christian Dior, Lady Dior, 2017 Marion Cotillard pour Christian Dior, Lady Dior, 2017

Parmi les nombreux produits iconiques de la marque, on retiendra le célèbre sac Lady Dior, créé en 1995, ou encore le rouge à lèvres Addict et bien sûr, les eaux de toilette Eau Sauvage, créées depuis 1966 et plus récemment l’intemporel J’adore, sorti en 1999. Les plus belles pièces du couturier sont elles à voir et revoir dans le nord de la France, au musée Dior de Granville, dans sa maison d’enfance où une sublime exposition regroupe les plus belles pièces de la maison de couture parisienne.

Retrouvez tous les objets Dior aux enchères sur Barnebys !