La maison munichoise Hermann Historica tiendra, du 20 au 24 mai, quatre sessions d’enchères dédiées aux siècles passées. Objets historiques, objets militaires, objets de collection et armes à feu anciennes seront au rendez-vous. 

Le coup d’envoi sera donné le 20 mai avec un catalogue d’armes à feu couvrant cinq siècles d’histoire. Parmi les 832 lots figurant dans la sélection des experts, on retrouvera une paire de fusils de luxe fabriquée vers 1820 par l’armurier Joseph Reisinger à Wels. Les serrures sont décorées et gravées de fins détails, et leur mécanisme d'allumage était considéré extrêmement innovant pour l’époque (la serrure n’ayant été inventée que 20 ans auparavant). Tout comme les armuriers britanniques, les fabricants autrichiens étaient particulièrement doués pour la conception d’armes à feu nécessitant des produits chimiques, et ont même développé leur propre système d’allumage.

Les 21 et 22 mai seront consacrés aux armes anciennes, à la chasse et à l’artisanat ancien, avec un total de 1 110 lots. Dans l’histoire de la céramique et de l’artisanat grec, les figures noires, comme celles visibles sur ce vase cratère attique archaïque, ont rapidement été remplacées par des décors de couleur rouge. Les cratères étaient principalement utilisés pour mélanger le vin.

Ce casque chalcidien en bronze de la région nord de la mer Noire, et datant du IVe siècle avant J.-C., est dans un état de conservation exceptionnel. Les pommettes représentent un bel exemple de l’adoption de l’esthétique grecque par les peuples du Proche-Orient.

Passons au Moyen Âge avec ce pendentif viking du Xe siècle, conçu en forme d’oiseau de proie. Cet objet creux composé de feuille d’argent est paré de granules et de filigranes. 

Jusqu'à l'invention du chemin de fer, voyager était une opération difficile et parfois dangereuse (une attaque pouvait survenir à tout moment). Les cochers ont donc pris l’habitude de dissimuler leur agent et leurs biens dans une boîte cadenassée appelée « cowboy box », qui, en étant attachée sous la calèche, rendait le pillage particulièrement difficile.

Le deuxième jour de la vente aux enchères comprendra une grande sélection d’armes blanches, d’objets militaires, et d’œuvres artisanales provenant du Japon, de Chine, d’Inde et d'Afrique, mais aussi des empires ottoman et perse. Cette luxueuse paire de couteaux Kards incrustés d’or a été conçue vers 1800. Le Kard est un type de dague utilisé en Perse depuis le Moyen Âge, dont la lame pouvait atteindre 30 cm de long.

Cette rapière extrêmement luxueuse a été fabriquée vers 1620 par un forgeron allemand. Cette élégante pièce d’artisanat est dotée d'une croix incurvée en forme de « s », qui, à l'instar de la poignée, a été décorée avec une grande attention portée aux détails.

Parmi les équipements militaires de protection, on note la présence d’un Morion gravé et doré ayant été porté par un membre de la garde saxe de Christian I (1586-1591). Fidèle aux goûts et à l’esthétique de l'époque, le casque de fer est orné de représentations des héros mythiques Mucius Scaevola et Marcus Curtius.

 Les enchères se poursuivront le 23 mai avec 902 lots classés dans la catégorie « Ordres et objets de collection historiques militaires » (comprenant l'Allemagne jusqu'en 1918). Cette médaille provient de l’ordre le plus illustre de la Chula Chom Klao, un ordre de première classe institué le 16 novembre 1873 par le roi Rama V de Siam (plus connu sous le nom de Chulalongkorn), à l'occasion du 90e anniversaire de la dynastie Chakri.

Ce portrait miniature est un cadeau fait personnellement par le tsar russe Nicolas Ier, en 1898. Il aurait été offert à Franz I, Prince de Lichtenstein, et a été exécuté par le peintre miniaturiste Johannes Zehngraf, qui occupait un poste important chez Fabergé. Il est donc probable que ce petit cadre perlé provienne de la maison du célèbre joaillier russe.

On retrouvera également un chapeau d'été décoré de plumes ayant appartenu à l'impératrice Elisabeth d'Autriche. L’élégante garde-robe de l’impératrice se composait majoritairement de vêtements et d’accessoires noirs, blancs, gris, et violets. Après le suicide de son fils, le prince héritier Rudolf, en janvier 1889, Elisabeth ne portait que du noir.

L’ultime vente, qui se tiendra le 24 mai, sera consacrée à l’histoire de l’Allemagne de 1919 à nos jours. Cette machine de chiffrement est tirée du modèle Key Unit 41, développé pendant la Seconde Guerre mondiale. Le mathématicien anglais Alan Turing ayant déchiffré le code de la machine à clé à rotor ENIGMA en 1941, la Wehrmacht allemande avait besoin d'un nouvel appareil à clé, menant à l’élaboration du dispositif à clé 41, également appelé « Hitler Mill », en raison de sa manivelle latérale. La machine n’a cependant été livrée qu’a 500 exemplaires à la fin de l’année 1944, et la plupart a été détruite après la guerre.

Découvrez tous les lots actuels d’Hermann Historica ici !