"Erotic, Fetish and Queer Art", tel est le nom de la vente qui marquera le lancement effectif de Fine Art Bourse (F.A.B) le 25 septembre prochain. Au catalogue, la maison de vente en ligne proposera des tableaux de nus, forcément, et d'autres oeuvres traitant d'un rapport particulier à l'érotisme, au fétichisme.

Un contenu sur lequel il est difficile de communiquer sans heurter les sensibilités, surtout lorsqu'il faut se plier à la sévérité de Facebook. Le réseau social a en effet censuré plusieurs photos d'oeuvres que la maison souhaitait publier.

Dans cette lettre, Goodman, en plus de revenir sur le cas de sa maison, rappelle d'autres cas de censure récents qui frappèrent des artistes. En 2016 par exemple, la photographe Ella Dreyfus a vu ses photos de femme nues refusées par Facebook. Celest Liddle, une photographe activiste pour les droits du peuple aborigène s'est également fait censurer pour ses photos de femmes aborigènes dont on voyait la poitrine.

Voici les vidéos qui ont mené à la censure de Fine Art Bourse, la première est celle qui fut censurée, la seconde est la version modifiée.

[youtube id="0QqnlYWltwM"]

[youtube id="n2cKTEc3a2M"]

La censure opérée par Facebook, même sur les oeuvres d'art, reste donc un sujet délicat. Retrouvez l'intégralité de la lettre de Tim Goodman ici.

Dans la vidéo ci-dessous, Tim Goodman vous explique pourquoi il a fondé Fine Art Bourse.

[youtube id="k3nVvE5ZSqs"]

La vente "Erotic, Fetish and Queer Art" aura lieu le 25 septembre prochain. Retrouvez ici toutes les informations.