La campagne de financement du Black 3.0 lancée sur la plateforme Kickstarter avait été fixée à 25 000 livres sterling (28 500 euros), et a récolté la somme requise après seulement 38 heures, permettant la future commercialisation de la peinture acrylique la plus noire au monde. L’opération vise à partager le noir Black 3.0 avec la communauté des artistes et au public, à l’exception bien sûr d’Anish Kapoor, qui avait acquis les droits du précieux Vantablack en 2014, provoquant une vague de révolte dans le monde de l’art.

Le Black 3.0 est une peinture acrylique unique que Stuart Semple (et son équipe) a passé deux ans à développer. Après avoir fait testé des échantillons à plus de 1 000 artistes en novembre dernier, l’équipe a remanié la formule du produit pour en améliorer les propriétés, et propose aujourd’hui un noir qui absorbe jusqu’à 98-99% de la lumière.

Image ©Kickstarter Image ©Kickstarter

Semple a donc fait appel au grand public et à l’industrie créative pour l’aider à financer la quantité de produits minimum requise par l’usine qu'il a choisi pour la fabrication. La campagne affiche aujourd’hui près de 145 000 livres (165 000 euros), soit plus du quintuple de la somme espérée.

La science du Black 3.0 s’appuie sur le constat que les pigments noirs disponibles sur le marché ont le défaut de réfléchir légèrement la lumière (le charbon ou le khôl étant les exemples les plus probants). Stuart s’est donc penché sur la création d’un tout nouveau pigment, baptisé le Black Magick, qui remplace les agents mats utilisés dans le Black 2.0 (la version antérieure), rendant la peinture encore plus noire. Le pigment est ensuite maintenu par un polymère acrylique (également crée par l’équipe) qui possède plus de liants que dans toute autre peinture acrylique disponible à ce jour. Enfin, quelques nano-matifiants viennent compléter la formule pour aplatir les derniers reflets de lumière, sans pour autant compromettre la qualité de la couleur.

Image ©Kickstarter Image ©Kickstarter

Le Black 3.0 a été testé contre 45 autres peintures noires, et a remporté 93% d’avis positifs de la part des artistes qui ont eu la chance de l’essayer en avant-première.

La particularité du produit, c’est son utilisation, que Stuart décrit comme « ultra simple ». On se souvient de la complexité (et du danger potentiel) de l'emploi du Vantablack, qui ne peut être manié que par des mains entraînées. Le Black 3.0, lui, est aussi simple d’utilisation qu’une peinture ordinaire.

Stuart Semple crée ses propres couleurs depuis plus de 20 ans, et les partage avec les autres artistes pour aider la création collective, déclarant que « la limite de la création devrait être l’imagination, et non pas combien vous êtes riche ou puissant ».

Semple compte de nombreuses teintes à son actif, comme LIT, Gold, Dazzle, le Black 2.0, ou encore PINK, le pigment rose le plus rose, qui lui avait valu la réaction houleuse de Kapoor sur les réseaux sociaux.

Découvrez toutes les œuvres d'art aux enchères sur Barnebys !