Les habitants de la ville côtière de Weston-super-Mare, voyant se monter un parc d'attraction éphémère, pensaient qu'il s'agissait du tournage d'un film à gros budget. Le voile a été levé ce jeudi sur Dismaland, la dernière création du street-artist Banksy, un "parc d'attractions familial qui n'est pas pour les enfants en bas âge" comme le décrit le mystérieux artiste.

Le parc est une véritable exposition à ciel ouvert, dont Banksy est le commissaire. Ce Dismaland - un jeu de mots avec Disneyland, "dismal" signifiant lugubre - a donc été initié par Banksy qui y expose dix nouvelles œuvres.

S'y côtoieront également les créations de 58 artistes contemporains, dont Damien Hirst, Jenny Holzer ou encore Mike Ross.

Ici, Cendrillon se retrouve victime d'un crash de son carrosse, sous les flashs des paparazzis.

Là, un atelier pour apprendre à ouvrir les panneaux publicitaires des arrêts de bus, pour les remplacer par vos propres posters protestataires.

La petite sirène floutée et le château (dés)enchanté de Disney n'ont pas échappé au détournement de Banksy.

Des concerts sont aussi prévus. Avec la crème des artistes engagés actuels: les rappeurs américains Run The Jewels, les punk-rappeurs anglais Sleaford Mods, le dj producteur américain Peanut Butter Wolf, le groupe de post-punk féminin anglais Savages, la rappeuse anglaise Kate Tempest, les Pussy Riot et même Massive Attack.

Le parc sera ouvert jusqu'au 27 septembre, avec des places à hauteur de 4 livres sterling, disponibles sur le site de Dismaland.

Entrez ici dans l'aventure Dismaland:

[youtube id="PTr9SZTtCHo"]