Aristide Boucicaut, qui s'associe aux frères Paul et Justin Videau qui ont déjà 12 employés, comprend vite qu'il y a une place pour un nouveau commerce, proposant plus de choix aux acheteurs. Il transforme, avec son épouse Marguerite, une simple échoppe en un "grand magasin" parisien singulier au large choix où l'on entre librement et déambule sans être importuné.

L'œuvre du couple Boucicaut se distingue avant tout par la recherche constante de la réalisation du beau dans l'utile: toute leur vie, Aristide et Marguerite enrichissent leur activité première d'éléments architecturaux, sociaux, décoratifs et artistiques novateurs.

Temple historique du commerce moderne, vitrine de l'élégance parisienne, gardien d'un certain art de vivre à la française, le Bon Marché est aussi un lieu de culture dont les expositions et événements rythment la vie des Parisiens du XIXe siècle.

La sélection d'une cinquantaine de pièces présentée par la maison Tajan raconte une partie de cette incroyable aventure. On y retrouve par exemple des peintures et sculptures d'artistes en vogue à l'époque tels que Lobrichon et Carrier Belleuse, provenant de l'ancienne collection personnelle de Marguerite Boucicaut. D'autres articles de luxe destinés à une clientèle haute gamme -porcelaine de Sèvres et de Meissen, vases, brûle -parfum et statuettes importés d'Asie au XIXe – portent encore les premières étiquettes du Bon Marché.

Cliquez sur l'image pour obtenir plus d'informations sur le lot.

Retrouvez ici tous les lots en vente chez Tajan. 

Sources: Le Bon Marché/Tajan