L’objectif principal d’ART-O-RAMA est simple : sortir du format traditionnel des foires d’art contemporain. Oubliez les centaines de stands qui s’enchaînent selon une cohérence curatoriale trop rigoureuse : ART-O-RAMA prend le parti inverse. Ainsi, les 33 exposants de l’édition 2017 (26 galeries, 6 éditeurs et 1 projet non-profit) seront, comme chaque année, parfaitement libres (ou presque) de designer leurs stands.

Chaque galerie propose un projet artistique et les organisateurs ont pour mission d’imposer le moins de contraintes possible. Libre ensuite aux visiteurs d’imaginer les liens qu’ils trouvent entre les différents stands. Voulu depuis la première édition par Jérôme Pantalacci, fondateur et directeur de l’évènement, ce primat du projet artistique individuel sur une ligne curatoriale collective a fait d’ART-O-RAMA un salon résolument expérimental. D’ailleurs, un jury composé de collectionneurs invités décerne au meilleur stand le Prix Roger Pailhas (en hommage au galeriste marseillais, célèbre pour ses stands ambitieux et qui fut le fondateur d’Art Dealers en 1996, foire marseillaise qui est en quelque sorte l’aïeule d’ART-O-RAMA). Cette récompense permet à la galerie lauréate de bénéficier du remboursement de ses frais de participation.

Encore émergents, les artistes exposés proviennent de tous les horizons. Aux galeries avant-gardistes de la scène internationale se joignent les acteurs locaux du marché de l’art contemporain. C’est là une grande force du salon : être à la fois un événement international et régional. En effet, ART-O-RAMA a fait du soutien à la création locale une de ses valeurs fortes. Par exemple, la section Show-Room permet d’offrir leurs premiers pas dans un environnement commercial à quatre artistes issus des écoles d’art de la région. Le lauréat du Show-Room deviendra l’artiste invité de l’édition suivante. Cette année, l’artiste invitée est Sabrina Belouaar, admirée l’an dernier pour son art exprimant les tensions interculturelles que l’artiste porte en elle.

Affiche de l'édition 2017, via Art-O-Rama.fr Affiche de l'édition 2017, via Art-O-Rama.fr

En parallèle, ART-O-RAMA offre une programmation très riche. Sont proposés par exemple des « Curator Tours »: deux curateurs (Luigi Fassi et Vincent Honoré) proposent au public et aux collectionneurs de découvrir parmi les exposants une sélection d’œuvres, rassemblée le temps d’un parcours singulier, comme si une exposition s’était glissée au milieu de la foire. Au programme également, des discussions organisées par la fondation d’entreprise Ricard et conçues par le critique d’art français Cédric Aurelle. Cette année, une discussion se tiendra samedi 26 sur Le marché de l’art entre féminisme et dé-colionalisme et une autre se tiendra dimanche 27 sur Le(s) Sud(s) comme état d’esprit.

Discussion avec Cédric Aurelle (2ème en partant de la droite) lors de l'édition 2016 Caption via Art-O-Rama.fr Discussion avec Cédric Aurelle (2ème en partant de la droite) lors de l'édition 2016
Caption via Art-O-Rama.fr

Avec un tel évènement, c’est donc toute la Friche la Belle de Mai qui sera en fête pour sa rentrée de l’art contemporain. 3 jours d’effervescence artistique, qui seront suivis par deux semaines d’exposition pour pouvoir accueillir un public plus large. En fait, ART-O-RAMA entraine toute la ville dans son sillage : du 24 au 27 août, ce sont plus de 30 expositions qui seront inaugurées par les galeries et différents lieux d’art contemporain de Marseille.

La Cartonnerie, ancienne usine située à la Friche la Belle de Mai accueillera le salon Caption via ART-O-RAMA.fr La Cartonnerie, ancienne usine située à la Friche la Belle de Mai, accueillera le salon
Caption via ART-O-RAMA.fr

Oui, avant les  foires de septembre-octobre (Docks Art Fair à Lyon en septembre, Fiac à Paris en octobre), c’est bien à Marseille que l’art contemporain fait sa rentrée. Capitale européenne de la culture en 2013, future hôte de la prestigieuse biennale Manifesta en 2020, la cité phocéenne s’impose toujours un peu plus comme une grande ville d’art contemporain.

Commentaires