Michel Martin Drolling (Paris 1789-1851) Ecole Française du XIXème siècle «Portrait Officiel de l’Empereur Napoléon Ier, en grand costume de sacre.» Huile sur Toile Estimation: 80 000 - 100 000 euros Michel Martin Drolling (Paris 1789-1851) Ecole Française du XIXème siècle «Portrait Officiel de l’Empereur Napoléon Ier, en grand costume de sacre.» Huile sur Toile
Estimation: 80 000 - 100 000 euros

Cette huile sur toile date du Premier Empire, elle est signée et datée en bas à gauche "Drolling P. 1808" et a été réalisée des mains du peintre Michel Martin Drolling (1789-1851).

Cette peinture n'est autre qu'un portrait officiel de l’Empereur Napoléon Ier en grand costume de sacre. Ce costume élaboré a été dessiné par Jean-Baptiste Isabey. Il est constitué d’une longue tunique de soie blanche, de bas de soie, de brodequins de velours blanc brodés d’or, d’une paire de gants, d’une cravate de dentelle, d'un long manteau en velours pourpre brodé d’or, d’un semi d’abeille et de rinceaux sur le pourtour, le tout doublé avec une peau d’hermine.

Autour du cou, Napoléon Ier porte le grand collier de Grand Maitre de la Légion d’honneur institué en 1802, et au côté une épée du sacre, dite "épée de Charlemagne".

Détail. Michel Martin Drolling (Paris 1789-1851) Ecole Française du XIXème siècle «Portrait Officiel de l’Empereur Napoléon Ier, en grand costume de sacre.» Détail. Michel Martin Drolling (Paris 1789-1851) Ecole Française du XIXème siècle «Portrait Officiel de l’Empereur Napoléon Ier, en grand costume de sacre»

On retrouve les honneurs impériaux à ses côtés ainsi que sur sa tête. La couronne de laurier, la couronne posée sur un cousin de velours ou encore le sceptre avec la main de la justice sont autant d'attributs inspirés des Empereurs romains. Le trône est un autre attribut impérial, il se trouve juste derrière l’Empereur et possède en son centre ses initiales "N".

On retrouve ce même "N" en arrière-plan sur la gauche sur un tissu orné de couronne de Césars et d'abeilles. De l’autre côté toujours en arrière-plan, une tenture ou tapisserie laisse voir de manière partielle les grandes armoiries de l’Empereur.

C'est lors de cette cérémonie du sacre que Napoléon Ier reçoit la légitimité monarchique. L’Eglise lui confère la souveraineté, c’est-à-dire l’autorité d’un guide de Dieu, en d'autres termes, une reconnaissance de sainteté.

Cette oeuvre fait écho à un autre tableau de Napoléon Bonaparte en Premier Consul réalisé en 1806 par Jean-Auguste-Dominique Ingres.

Napoléon Ier sur le trône impérial, Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1806 Napoléon Ier sur le trône impérial, Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1806

Si les attributs sont les mêmes, la posture y est cependant très différente. Dans la version de Drolling, le personnage est plus déterminé, comme dans l'action. L'Empereur est en effet représenté debout, de trois quart, le pied droit en avant.

Alors qu'il avait reçu la légitimité démocratique du Sénat quelques temps auparavant, Napoléon Ier aurait déclaré: "Je suis le seul à pouvoir gouverner la France aujourd’hui."

Retrouvez sur Barnebys l'ensemble du catalogue. 

Commentaires