C'est presque devenu une tradition. Tous les ans à l'approche de l'été, alors que l'activité ralentit progressivement dans les grandes villes de France, la Principauté est en ébullition. Elle s'apprête à accueillir des milliers de vacanciers, prêts à dépenser dans ces lieux de villégiatures dorées.

Le Rocher de Monaco abrite la vieille ville. DR Le Rocher de Monaco abrite la vieille ville. DR

C'est un vrai art de vivre que viennent rechercher ces visiteurs, pour nombreux étrangers. Glamour, luxe, soirées...tout est réuni pour qu'ils se laissent porter par l'atmosphère féérique monégasque.

"À Monaco, les femmes portent encore des bijoux qu'on ne voit plus à Paris" commentait François Tajan en août 2015 à l'annonce de l'ouverture d'une antenne d'Artcurial à Monaco.

Cette clientèle aisée, majoritairement constituée d'italiens, de français, d'anglais, d'américains et de russes, constitue le fer de lance du Rocher. Tous les étés, ces vacanciers participent aux ventes de prestige et se laissent parfois prendre au jeu des enchères.

Ce sont donc des enchères moyen et haut de gamme qu'organisent les maisons de vente, avec des spécialités très ciblées que sont les bijoux, l'horlogerie, les automobiles de collection et la maroquinerie de luxe.

Le sac Birkin vendu 10 400 euros lors de la vente Hermès Vintage d'Artcurial, à Monaco, en 2014. Un sac Birkin vendu 10 400 euros lors de la vente Hermès Vintage d'Artcurial, à Monaco, en 2014.

Cet été n'a pas dérogé à la règle et plusieurs grandes maisons étaient présentes pour ce rendez-vous monégasque. Tajan, qui a laissé de côté ses ventes monégasques, a fait place à un duel de choix entre Artcurial et HVMC.

L'Hôtel des Ventes de Monte-Carlo, sous la houlette de Franck Baille et Chantal Beauvois, avait misé sur pas moins de neuf ventes aux enchères. En plus des traditionnelles vacations de bijoux, montres, maroquinerie et voitures de collection, la maison monégasque a ouvert sa sélection à des tableaux modernes (dont une jolie Nature morte de Fernand Léger), du design, de la photographie ou encore de l'art russe, élargissant encore un peu plus sa base d'acheteurs.

Belles et prestigieuses enchères pour HVMC Photo: Monaco Matin Belles et prestigieuses enchères pour HVMC
Photo: Monaco Matin

Pari également réussi pour Artcurial qui totalise pour la quatrième fois consécutive près de dix millions d'euros de résultats.

Parmi les résultats les plus notables, un bracelet historique de Cartier en ivoire et onyx qui a quadruplé son estimation (58 500 euros *), un lot de sept bijoux par Suzanne Belperron qui a enflammé les enchères (105 900 euros* pour la paire de clips de revers Spire), ou encore le triomphe des incontournables Rolex (la Eagle Al Makhtoum Daytona adjugée 186 500 euros*) et Hermès (le sac Birkin Himalaya en crocodile mat blanc dispersé pour 70 000 euros*).

Cartier, bracelet Soudanais onyx et ivoire, vers 1919. Adjugé frais inclus 58 500 euros. Cartier, bracelet Soudanais onyx et ivoire, vers 1919. Adjugé par Artcurial frais inclus 58 500 euros.

Notons le dynamisme de l'Horlogerie de collection, qui progresse de 60% par rapport à 2015 et signe un nouveau record pour le département d'Artcurial. Sans surprise, la maison de ventes de Dassault enregistre 73% d'acheteurs étrangers de 34 nationalités différentes.

En parallèle, le salon Point Art Monaco fraîchement renommé European Art Fair Monaco ouvrait ses portes au Grimaldi Forum pour une semaine de foire. Avec un programme recentré sur des galeries de qualité, une sélection élargie et plus moderne, le salon comptait bien toucher lui aussi cette clientèle fortunée venue passer du bon temps sur le Rocher.

EAF Monaco 2016 Courtesy EAF Monaco EAF Monaco 2016
Courtesy EAF Monaco

Une chose est sûre, Monaco s'inscrit désormais dans l'agenda des collectionneurs et amateurs d'art internationaux.

Cette année encore, les montres, les bijoux et les oeuvres d'art ont atteint sur le Rocher des sommets aux enchères. Preuve que le luxe se porte bien. Très bien même.

* tous les prix annoncés sont frais inclus.

Commentaires