Dévoilée à la presse le 12 avril, la toile découverte en 2014 dans un grenier toulousain n'a pas fini de déchaîner les passions.

Le 31 mars dernier, alors que l'on ne connaît pas le nom de l'artiste qui a réalisé le tableau, Judith tranchant la tête d’Holopherne est classé "Trésor national" par le Ministère de la Culture. S'agissant d'une "composition perdue", la ministre avait alors signé le refus concernant un certificat d’exportation à titre conservatoire.

Judith décapitant Holopherne Huile sur toile, 144 x 173,5 cm Courtesy Cabinet Éric Turquin, Paris Judith décapitant Holopherne
Huile sur toile, 144 x 173,5 cm
Courtesy Cabinet Éric Turquin, Paris

Lorsque l'oeuvre est découverte il y a deux ans, elle est immédiatement confiée au commissaire-priseur toulousain Marc Labarde qui, voyant l'importance de la pièce, la soumet au Cabinet Éric Turquin. Après plusieurs études et l'avis de spécialistes, Eric Turquin attribue la toile au Caravage et l'estime 120 millions d’euros.

L'oeuvre, non-signée, serait selon l'expert une oeuvre "authentique" du maître italien. "Il est peint comme seul Caravage le faisait dans ces années-là" a-t-il expliqué dans une interview au Quotidien de l'Art du 12 avril. Le cabinet, qui a réalisé une radiographie de la toile, reconnaît dans cette toile l'énergie et le génie du Caravage.

Radiographie du tableau Courtesy Cabinet Éric Turquin, Paris Image via Le Quotidien de l'Art Radiographie du tableau
Courtesy Cabinet Éric
Turquin, Paris
Image via Le Quotidien de l'Art

Pourtant, aucune preuve concrète n'a été apportée et, au sein-même des spécialistes du maître, les avis divergent. Mercredi 13 avril, la thèse du Cabinet Eric Turquin a été réfutée par le spécialiste italien du Caravage, Gianni Papi. Selon lui, la toile aurait été exécutée vers 1607-1608 et serait de la main de Louis Finson.

Il a publié sur sa page Facebook: "J'ai vu l'œuvre trois fois à Paris au cours de l'année 2015. Je ne suis pas convaincu qu'elle soit de Caravage. Il y a trop d'éléments stylistiques où je ne retrouve pas sa main. (...) La peinture présentée depuis mardi au bureau de l'expert Éric Turquin est sans aucun doute de très haute qualité, mais Finson est un grand peintre, et il a connu étroitement le langage de Caravage."

Louis Finson (1580-85 - 1617) Autoportrait Musée des Beaux-Arts de Marseille Louis Finson (1580-85 - 1617)
Autoportrait
Musée des Beaux-Arts de Marseille

Selon Le Quotidien de l’Art, Mina Gregori, spécialiste du Caravage, estime également qu’il ne s’agit pas d’un original du maître, mais elle reconnaît la qualité et l'importance indéniable de l’oeuvre. Elle explique: "Caravage est un artiste problématique à attribuer. Il n'y a de signature. Il y a eu beaucoup de copies. L'histoire de l'art n'est pas une science exacte. L'attribution d'un tableau à un peintre se fait sur un faisceau d'indices. Cela peut prendre des années et on peut ne jamais trouver la réponse".

Alors, qui détient la vérité? On ne le saura peut-être jamais...Quoi qu'il en soit, les experts sont loin de se mettre d'accord et il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre de ce maître de la peinture qu'était le Caravage.

En attendant, l'Etat français a deux ans et demi pour acheter l'oeuvre. Passé ce délai, l'oeuvre pourra être vendue dans le monde entier.

Commentaires