Lorsque vous prenez en compte les différents rapports publiés à cette même période de l'année, le marché apparaît très fragmenté.

Les oeuvres chères sont de plus en plus inaccessibles tandis que les prix à l'extrémité inférieure du marché continuent de baisser. Pourquoi observe-t-on actuellement ce phénomène? Comment peut-on changer ce modèle? C'est la question que la plupart des gens de l'industrie de l'art et des enchères se posent aujourd'hui.

Il n'a échappé à personne que 2015 a vu se concrétiser les ventes les plus chères jamais faites, que ce soit aux enchères ou sur le premier marché. En parallèle, un nombre croissant d'antiquaires et de maisons de ventes luttaient pour survivre sur ce marché redoutable.

Lorsque Clare McAndrew est montée sur scène à Maastricht pour expliquer le rapport TEFAF du marché de l'art 2015, elle a confirmé que la courbe des oeuvres d'art de plus de 10 millions de dollars continuait de croître, avec une augmentation de 19% par rapport à l'année dernière, alors que l'ensemble du marché a diminué de 7% par rapport à 2014. Ce qui signifie, à contrario, que les prix de la majorité des objets d'art du segment inférieur continuent de baisser.

Le stand de Robilant + Voena à TEFAF donne un avant-goût des "blue chip artists" du moment Le stand de Robilant + Voena à TEFAF donne un avant-goût des "blue chip artists" du moment

Vers un éclatement de la bulle?

Il faut se rappeler que le marché est passé d'environ 20 milliards de dollars en 2003 à environ 64 milliards de dollars en 2015. Un chiffre impressionnant attribué à la mondialisation, la numérisation et la puissance monétaire des nouvelles économies.

Naturellement, les spécialistes ont parié sur l'apparition d'une nouvelle bulle spéculative du marché de l'art. En 2008, le marché de l'art s'était déjà effondré. Le marché américain avait été particulièrement touché, alors que l'ensemble du marché avait été partiellement sauvé par l'appétit énorme des dragons chinois pour Warhol et Picasso.

Clare McAndrew et moi-même sommes d'accord pour dire qu'il y a des indices suggérant qu'une bulle persiste sur le marché actuel. Au moins pendant un certain temps.

De plus en plus de galeries asiatiques participent à des foires d'art de premier plan De plus en plus de galeries asiatiques participent à des foires d'art de premier plan

Des banques prudentes et des acheteurs sur le long terme

En outre, comme s'accordent de nombreux spéculateurs internationaux, au cours des dernières années, la hausse des prix ressentie par le marché semble s'être stabilisée. Cela est en partie la conséquence de banques beaucoup plus prudentes sur les prêts d'argent. Evidemment, les choses changent très rapidement, et tôt ou tard, la tendance s'inversera à nouveau.

Une demande croissante des musées et collectionneurs 

De nouveaux musées à travers le monde ont alimenté la hausse des prix des objets uniques et de haute qualité. Au cours des quinze dernières années se sont ouverts plus de musées que sur deux siècles. L'année dernière en Chine, un nouveau musée ouvrait ses portes tous les jours!

Avec la concurrence pour le remplissage des musées et des collections privées, on comprend mieux cette hausse des prix. Il sera tout de même difficile de suivre ce mouvement incessant en raison de la disponibilité limitée des objets les plus intéressants.

Un potentiel de croissance dans les segments inférieurs

Depuis plusieurs années, divers rapports ont souligné un problème autour des ressources financières mondiales. Les plus riches le sont devenus de plus en plus et la classe moyenne a eu un impact négatif sur le marché de l'art.

Au cours des dernières années, l'accent a été mis sur la qualité de l'offre pour offrir au public le "meilleur". Il y a un énorme potentiel dans les segments inférieurs si les galeries et maisons de vente réussissent à attirer la classe moyenne dans l'achat d'art.

La croissance des classes moyennes des nouvelles économies doit être prise en considération. Leur rôle devrait s'affirmer dans les années à venir.

Tout le monde veut du "neuf"...

La peinture et la sculpture moderne et contemporaine sont les courants qui ont le plus augmenté au cours des dernières années, ils représentent maintenant 76% du marché total.

L'art ancien est l'une des rares catégories qui ait constamment baissée au cours des dix dernières années. Il est intéressant de noter que les Etats-Unis et surtout New York est le grand moteur de la croissance de l'art moderne, tandis que le Royaume-Uni a encore son emprise sur le marché des "maîtres anciens" (qui, dans ce contexte, représente une très faible part de marché de 9%).

Kukje Gallery à l'ouverture de TEFAF Kukje Gallery à l'ouverture de TEFAF

...et tout le monde veut la même chose

Les États-Unis représentent 47% de la valeur totale des ventes d'art contemporain en 2015. Vingt artistes représentent 45% de la valeur, tandis que l'art ancien représente 14% de la valeur totale. Quant à l'art moderne, le marché américain, qui est très centré autour de New York, représente 45% de la valeur totale, et les vingt artistes les mieux payés représente un résultat incroyable de 59% (!) de la valeur totale.
Le rapport McAndrews détaille aussi que 61% de la valeur totale consacrée à des œuvres d'art de plus de 1 million de dollars ne représente que 1% du volume total.

blog (1)

Barnebys rend l'art et les ventes aux enchères plus accessibles aux acheteurs Barnebys rend l'art et les ventes aux enchères plus accessibles aux acheteurs

Internet, le moyen d'aller de l'avant

En ce qui concerne la transition numérique dans le marché de l'art, en 2015, les ventes en ligne d'art dans le monde ont compté pour 4,7 milliards de dollars. Ce qui signifie que les ventes en ligne ont augmenté de 7%.

Il ne fait plus de doute que les grandes maisons de vente ajustent leur offre par une présence en ligne, tandis que les objets les plus coûteux nécessitent encore une présence plus physique pour les acheteurs. Barnebys liste sur sa plateforme à la fois les ventes aux enchères en ligne et les ventes physiques, c'est la solution parfaite pour trouver exactement ce que vous recherchez. Et si vous ne cherchez pas quelque chose en particulier, vous tomberez peut être sur quelque chose d'excitant et d'inattendu.

Le marché de l'art reste assez prospère, après tout. Bien qu'il connaisse une très forte baisse dans certains secteurs, il reste pour le moment stable.

Commentaires